Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

L'église catholique en Seine-Saint-DenisAssociation diocésaine de Saint-Denis-en-France
S'inscrire à la newsletter
Actions sur le document
  • Imprimer

6 janvier 2013 : Fêtons l'Epiphanie du Seigneur... en communion avec les Eglises d'Afrique

L'Épiphanie qui a lieu 12 jours après Noël est la présentation de Jésus aux rois mages (appelé aussi jour des Rois).

Qu'est-ce-que l'Epiphanie ? (Source : Eglise catholique en France)

Du grec épiphanéia : « apparition » ; de épiphainéin : « paraître ou briller sur ». La Solennité de l'Epiphanie célèbre la manifestation de Jésus comme Messie. La fête est venue d'Orient où elle a été fixée au 6 janvier : fête des lumières, fête de l'eau, elle est beaucoup plus la célébration de l'inauguration du ministère public du Christ, lors de son baptême au Jourdain, qu'une festivité des événements de l'enfance de Jésus.

En Occident, l'Epiphanie, fixée au 6 janvier ou au dimanche situé entre le 2 et le 8 janvier, est surtout la fête des Mages ou des « Rois ». Les manifestations inaugurales de la vie publique ne sont pas oubliées, puisque l'office de la fête parle des trois mystères de ce jour comme n'en faisant qu'un : l'adoration des Mages, le baptême de Jésus et les noces de Cana (cf. Antienne de Magnificat aux secondes Vêpres) ; il faut dire cependant que les Mages retiennent presque toute l'attention.

Pour laisser à l'Epiphanie toute sa dimension de « Pentecôte » du cycle de la Nativité, l'Église latine a récemment instauré la Fête du Baptême du Seigneur, célébrée le dimanche qui suit l'Epiphanie.


Réflexions, prières sur l’Epiphanie...

Site de la liturgie catholique
Frère Bernard-Dominique Marliangeas, dominicain
Ca veut dire quoi Epiphanie ?
 (Kto, 26')
Quelques prières

 


6 janvier 2013 : Quête Pontificale de l’Épiphanie pour l’Afrique
Dans toutes les paroisses de France

Partageons et faisons nôtre, le regard des pères du Synode sur ces chrétiens, hommes et femmes, qui vivent dans les pays d’Afrique : « nous vous exprimons avant tout notre gratitude pour le témoignage que vous rendez à l’Évangile, souvent dans des situations de vie humainement difficiles. Nous vous exhortons à redonner élan à l’évangélisation reçue en des temps encore récents, à vous construire comme Église « famille-de-Dieu », à renforcer l’identité de la famille, à soutenir l’engagement des prêtres et des catéchistes, spécialement dans les petites communautés chrétiennes. »

Cette quête est reversée aux diocèses d’Afrique qui ont peu de ressources financières. C’est une manière concrète pour l’Église de France de répondre à ce souci de partage. Ainsi, en janvier 2012, 217 diocèses dans 28 pays ont reçu une subvention de 4 000 € chacun en provenance de cette quête.

Par ailleurs, les dons reçus de particuliers par l’Aide aux Églises d’Afrique continueront également de répondre à des demandes de soutien pour de petits projets pastoraux présentés par l’un ou l’autre évêque de ces diocèses d’Afrique.

Les chrétiens de France sont une nouvelle fois invités à manifester, par un geste de solidarité, leur soutien à l’évangélisation en Afrique en donnant aux acteurs de cette évangélisation les moyens pastoraux de mener à bien leur mission (Extrait du message du père Pierre-Yves Pecqueux, Directeur général de la Quête pontificale de l’Épiphanie pour l’Afrique).

Fiche liturgique de la Fête de l’Épiphanie
Préparée par l'Aide aux Églises d’Afrique avec le Service national de la pastorale liturgique et sacramentelle

Site Internet de l’AEA (Aide aux Eglises d’Afrique)

 

Evangile selon Matthieu (2, 1-12)

Jésus étant né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode, voici des mages d'Orient arrivèrent à Jérusalem, et dirent : Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? car nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus pour l'adorer. Le roi Hérode, ayant appris cela, fut troublé, et tout Jérusalem avec lui. Il assembla tous les principaux sacrificateurs et les scribes du peuple, et il s'informa auprès d'eux où devait naître le Christ. Ils lui dirent : A Bethléem en Judée ; car voici ce qui a été écrit par le prophète : Et toi, Bethléem, terre de Juda, Tu n'es certes pas la moindre entre les principales villes de Juda, Car de toi sortira un chef Qui paîtra Israël, mon peuple. Alors Hérode fit appeler en secret les mages, et s'enquit soigneusement auprès d'eux depuis combien de temps l'étoile brillait. Puis il les envoya à Bethléem, en disant : Allez, et prenez des informations exactes sur le petit enfant ; quand vous l'aurez trouvé, faites-le-moi savoir, afin que j'aille aussi moi-même l'adorer. Après avoir entendu le roi, ils partirent. Et voici, l'étoile qu'ils avaient vue en Orient marchait devant eux jusqu'à ce qu'étant arrivée au-dessus du lieu où était le petit enfant, elle s'arrêta. Quand ils aperçurent l'étoile, ils furent saisis d'une très grande joie. Ils entrèrent dans la maison, virent le petit enfant avec Marie, sa mère, se prosternèrent et l'adorèrent ; ils ouvrirent ensuite leurs trésors, et lui offrirent en présent de l'or, de l'encens et de la myrrhe. Puis, divinement avertis en songe de ne pas retourner vers Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.