Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Association diocésaine de Saint-Denis-en-France
  • dscf9608-ok.jpg
Actions sur le document
  • Partager

Le Vatican publie la feuille de route du prochain Synode sur la famille qui aura lieu à Rome du 4 au 25 octobre 2015

Ce document (Instrumentum laboris) est issu des consultations menées dans le monde entier au sein des diocèses, paroisses, associations, mouvements, congrégations et autres institutions d'Eglise.
Instrumentum laboris : les questions du synode

L’instrumentum laboris (instrument de travail), feuille de route des membres du synode sur la famille à venir, reprend en le déployant le rapport de l’assemblée extraordinaire d’octobre 2014 consacré aux défis pastoraux de la famille dans la nouvelle évangélisation. Cet instrument de travail est nourri de 400 réponses issues des consultations menées dans le monde entier au sein des diocèses, des paroisses, associations, mouvements, congrégations, institutions académiques…

Ce travail sur la famille s’inscrit dans un temps long propice à la maturation des propositions et au discernement comme le souhaitait le pape François. Ce document qui porte un regard réaliste et large sur la famille s’interroge sur « la vocation et la mission de la famille dans l’Eglise et le monde contemporain ».

La première partie décrit la réalité de la vie de famille et expose les défis d’ordre anthropologiques, culturels, sociaux et sociétaux, économiques et écologiques qui se posent aujourd’hui à la famille : pauvreté et exclusion, rôle de la femme, éducation sexuelle et bioéthique (11 à 16). A noter notamment, l’introduction de thèmes nouveaux : grand âge et veuvage, handicap, migrations (17 à 27). La question de l’affectivité est abordée dans ses aspects de fragilité, de formation (32 et 33). Celle de la vie dans ses aspects bioéthiques et pastoraux (34 et 35).

La deuxième partie aborde la vocation de la famille. La famille, lieu unique de relations gratuites (55) est missionnaire par le simple fait de vivre la communion entre les personnes (48). Le texte traite du mariage naturel et de la plénitude sacramentelle, de l’indissolubilité vue comme don et appel, de la vie familiale et de sa fécondité. Il souligne notamment le lien intime qui unit la famille à l’Eglise ; lien bénéfique pour les personnes, pour la société et pour l’Eglise (59). Se pose aussi la question de l’attitude vis-à-vis des couples non-mariés et des parcours de discernement qui peuvent leur être proposés (61, 62, 63).

Enfin, on note la place donnée à la miséricorde, révélation de la fidélité et de l’identité de Dieu pour chacun de nous : centre de la révélation de Jésus Christ et de notre identité chrétienne (68).

La troisième partie aborde la mission de la famille, ouvrant sur le thème « famille et évangélisation », soulignant l’importance d’annoncer « l’Évangile de la famille ». Annoncer « l’Évangile de la famille » est la tâche de tout le peuple de Dieu, la famille est le sujet de l’évangélisation. Elle est le lieu par excellence où vivre la tendresse (70), le pardon (105) et la miséricorde de Dieu. Elle est l’œuvre de Dieu, l’occasion d’un chemin de conversion (74 et 75).

Les questions de formation et de préparation des futurs mariés (84 à 86) comme celles des prêtres et des agents pastoraux (87 et suivants) sont soulevées. De même, l’accompagnement des mariés après le mariage est souligné (96, 97).

L’instrumentum laboris insiste également sur la nécessité de prendre soin des familles blessées par un accompagnement spécifique avec un « discernement prudent et miséricordieux » (107).

La question de l’accessibilité à la procédure de nullité, amplement partagée, sera aussi soumise aux Pères synodaux (115).

Dans les paragraphes 120 et 121 sont exprimées les préoccupations d’intégration des personnes divorcées remariées dans les communautés chrétiennes.

Les avis convergent vers la nécessaire étude d’un chemin pénitentiel à proposer aux personnes divorcés remariées (122, 123) ainsi qu’une attention pastorale à mettre en œuvre vers les personnes homosexuelles (130 à 132).

Afin de dynamiser les échanges entre les pères synodaux, les trois parties de ce document seront débattues chacune successivement pendant une semaine.

Après le synode une exhortation apostolique du Pape François pourra venir souligner les sujets et questions issus de cette longue réflexion ecclésiale sur la famille, « sujet de l’évangélisation » comme le rappelle constamment le Saint-Père.

Source Eglise catholique en France

 

INSTRUMENTUM LABORIS (en Français)

Le Sommaire (en Français)

 

Autres sources

Pour Mgr Brunin, l'Instrumentum laboris va dans le bon sens (Radio Vatican)
Mgr Jean-Luc Brunin, évêque du Havre est l’un des délégués au synode des évêques sur la famille d’octobre 2015, qui constitue le deuxième volet d’une vaste réflexion engagée par le Pape François. Il livre à Hélène Destombes ses premières réactions à la lecture de « L’Instrumentum laboris ».

Présentation de l’Instrumentum Laboris du Synode sur la famille (Source : Vatican, 23 juin 2015)
L’Instrumentum Laboris de la XIXe assemblée générale ordinaire du Synode des évêques consacré à la vocation et à la mission de la famille (4 – 25 octobre 2015) a été présenté par le Cardinal Lorenzo Baldisseri, Secrétaire général du Synode, entouré du Cardinal Péter Erdö, Rapporteur général, et de Mgr Bruno Forte, Secrétaire général de cette assemblée.

Présentation de l'Instrumentum Laboris du Synode sur la famille (news.va)

L'Instrumentum laboris du synode sur la famille dévoilé (news.va)

Synode sur la famille : préparation de la 2e session
Le père Frédéric Benoist, délégué diocésain à la pastorale familiale, présente le document de synthèse résultant de la 1ère session du synode sur la famille d'octobre 2014 et des questions pour avancer dans la réflexion et la contribution en vue de la 2e session synodale en octobre 2015.

La famille, lieu de l'espérance (dossier diocésain - N°21 / Février - Mars 2015)
De quoi parlons-nous quand nous parlons de nos familles ? Ce mot recouvre, en effet, des réalités bien diverses. Il n’est pas compris par tous de la même façon. Certains disent que les familles aujourd’hui se portent bien. De plus en plus, cependant, parlent de crise des familles. Alors comment faire de nos familles un lieu de témoignage de l’espérance ?