Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

L'église catholique en Seine-Saint-DenisAssociation diocésaine de Saint-Denis-en-France
S'inscrire à la newsletter
Actions sur le document
  • Imprimer

Les 80 ans du groupe des Dombes

Réunis pour leur session œcuménique annuelle à l’abbaye bénédictine de Pradines (Loire) du 28 au 31 août, 36 théologiens catholiques et protestants commémorent la fondation du Groupe des Dombes en 1937.

Quatre-vingts ans après, où en est le Groupe des Dombes ? Ce groupe de travail œcuménique francophone, qui tire son nom d’une abbaye cistercienne dans l’Ain qui l’a longtemps accueilli, mais qui se réunit depuis 1998 chez les bénédictines de Pradines (Loire), a tenu sa session annuelle de travail du 28 au 31 août.

La catholicité de l’Église

Leur session a porté sur la catholicité de l’Église, « dans ses dimensions d’universalité et de plénitude », selon le Père Jean-François Chiron, professeur à la Faculté de théologie de Lyon et coprésident catholique du Groupe (le coprésident protestant étant le pasteur luthérien Jacques-Noël Pérès). « C’est la première fois que le Groupe des Dombes se confronte à ce thème qui nous divise », poursuit le père Chiron, en rappelant le 500e anniversaire de la Réforme célébré cette année. « Il s’agit de la question de la conversion et de la réforme permanente de l’Église. » Le groupe espère boucler ce dossier très sensible dans le dialogue œcuménique en 2018. La session 2017 a été marquée par la célébration des 80 ans du Groupe des Dombes. C’est en juillet 1937 qu’avait eu lieu, à l’initiative du prêtre lyonnais Paul Couturier, une première rencontre entre des pasteurs suisses et des théologiens catholiques français. Pour ce 80e anniversaire, le Groupe a invité le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon et ordinaire du lieu (le nord de la Loire étant rattaché au diocèse de Lyon), et la pasteure Emmanuelle Seyboldt, nouvelle présidente du Conseil national de l’Église protestante unie de France (EPUdF).

Dans un esprit fraternel

« Les deux hauts responsables d’Églises sont venus dire au Groupe des Dombes toute l’importance qu’ils attachent au travail d’une telle instance », peut-on lire dans le communiqué de presse publié le 31 août par le père Michel Kubler, assomptionniste et membre du Groupe des Dombes. Outre les documents produits par le Groupe (1), il s’agit aussi du « témoignage de votre fidélité à votre mission, sur la durée, dans un esprit fraternel », selon le cardinal Barbarin. Et du fait de « la qualité de la conversation que vous tissez, telle une tapisserie sur laquelle les Églises pourront ensuite broder leur tâche d’unité », selon la pasteure Seyboldt. Ce groupe rassemble, à parité, vingt catholiques et vingt protestants – choisis par cooptation –, de France, de Suisse et de Belgique. « Cette année, nous ne sommes que 36, du fait du récent décès du Père Laurent Villemin et de l’absence de trois membres », explique le père Chiron.

« Notre parole n’engage que nous »

« Nous ne sommes pas un groupe officiel, mandaté par nos Églises, et notre parole n’engage que nous », poursuit-il. Il n’empêche que tous les travaux du Groupe des Dombes publiés depuis 1971 (sur l’autorité, la succession apostolique, la communion des saints, l’Eucharistie, l’Esprit Saint, les ministères…) sont considérés comme des références incontestables. Le document sur Marie, qui a largement contribué à revaloriser la figure mariale dans le protestantisme, avait été primé en 2001 par la Faculté théologique pontificale Marianum à Rome. Quant au commentaire œcuménique du Notre Père (« Vous donc, priez ainsi », Bayard 2011), il a nécessité plus de cinq ans de gestation.

Eucharistie et Sainte Cène

Les trois jours et demi de travail du groupe se déroulent selon un même schéma, alternant deux temps de prière quotidiens avec les bénédictines de Pradines, ainsi que l’Eucharistie ou la Sainte Cène, et trois plages de travail. Deux modérateurs donnent la parole à tour de rôle aux petites équipes paritaires de travail qui ont préalablement rédigé des textes sur des points précis. Mais l’essentiel est ce climat amical qui règne entre les membres. « Nous vivons ensemble, insiste le Père Chiron. Nous faisons la vaisselle ensemble, nous réfléchissons ensemble, nous prions ensemble. »

Claire Lesegretain
Article publié dans le quotidien La Croix, 31/08/17

(1) La totalité des documents publiés par le Groupe des Dombes de 1956 à 2005 a été rééditée en un volume unique : « Communion et conversion des Églises » (Bayard 2014).

Pour en savoir plus sur le Groupe des Dombes

 

Quelques mots de sœur Anne-Marie Petitjean, as, membre du groupe des Dombes, en charge des relations œcuméniques dans le diocèse de Saint-Denis

Pour moi cette session était importante car elle marquait les 80 ans du groupe et ce n’est pas rien. Cette longue histoire a commencé au temps où l’œcuménisme n'était pas vraiment à l’ordre du jour dans notre Eglise et nous pouvons être fiers d'avoir pu tenir et de tenir encore lorsque les vents sont contraires... Durant ces 80 ans, le groupe a su et sait encore se renouveler de manière régulière.
Depuis quelques années, nous travaillons sur la catholicité de l’Eglise du Christ. Elle est confessée dans le Credo, elle est un don mais aussi une tâche. Ce sujet est un bon témoin de ce qui nous divise encore et, pourtant, nous apercevons quelques pas possibles sur le chemin d’une communion appelée à grandir encore et encore. Encore un peu de temps et nous oserons, une fois de plus, partager ces possibles et encourager les chrétiens de nos Eglises à y croire et à s'y risquer !

Nous voici invités à rendre grâces pour la conversion des Eglises...  que nous aurons à cœur de demander encore et encore car il est encore d'autres points qui appellent à communion !

 


Présentation du groupe des Dombes / KTO- 2005