Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

L'église catholique en Seine-Saint-DenisAssociation diocésaine de Saint-Denis-en-France
S'inscrire à la newsletter
Actions sur le document
  • Imprimer

Pierre Joliclerc vient de mourir... Mais qui était-il ?

Pierre Joliclerc, décédé le 26 janvier 2017, est inhumé à Saint-Bonnet-Tronçais (Allier) le mardi 31 janvier 2017.

Tous ceux, qui comme moi, ont travaillé à la chancellerie de Saint-Denis dans les années 1980-1990 sont très peinés. Qui était Pierre Joliclerc ? Un laïc de Villemomble qui fut enseignant dans le technique, et qui était très dévoué à sa paroisse. Il fut recruté par le père Louis Delaby dans le cadre d’une commission financière mise en place pour solutionner la question du forfait des paroisses, et donner au diocèse les moyens financiers nécessaires à sa survie.

Pierre, assez réticent, participa à cette commission. Il craignait qu’on lui cache des choses et il fut très reconnaissant au père Delaby de découvrir que notre Eglise diocésaine était complètement ouverte et ne faisait aucun secret. Il s’engagea alors à fond. Mais il fallut dans un premier temps créer une comptabilité diocésaine conforme aux plans comptables en vigueur. Patiemment, il apprit à la secrétaire du père Delaby, à établir une pièce de caisse pour chaque dépense, ou chaque recette. Puis toujours dans un dialogue fraternel, il lui apprit à tenir des dossiers… bref, il fut un éducateur exceptionnel.

Puis Pierre entra en dialogue avec les curés. Il passait ses vacances à préparer le budget prévisionnel du diocèse, et par conséquent le niveau de chaque forfait paroissial. Rappelons qu’on ne disposait pas encore d’ordinateur, et que c’est avec sa petite calculette qu’il établissait la quote-part de chacune des paroisses. Ensuite, lorsqu’il y avait des contestations, il se rendait sur place, discutait avec le curé et les laïcs en charge des finances. Il était libre et si fraternel qu’aucune discussion financière avec lui ne se termina mal.

C’est à lui que nous devons que les paroisses, non seulement fournissent des comptes de résultat crédibles, mais aussi des comptes de bilan. Il intervint bien des fois à la Formation diocésaine des laïcs lors de la filière Gestion. Il avait parfois affaire à des comptables professionnels, et lui qui n’était pas un professionnel était très respecté lors de ses interventions.

Il nous quitta lorsqu’il partit à Saint-Bonnet-Tronçais pour permettre à son épouse de disposer d’un logement compatible avec son lourd handicap. Il se mit alors au service de sa paroisse et envoya à l’économat diocésain de son nouveau diocèse les comptes paroissiaux annuels complets, exploitation et bilan ! Sa paroisse était la seule à envoyer des comptes de bilan à l’évêché. Il reprit donc contact avec tous les prêtres de son secteur pour faire avancer la question. Ne s’agissait-il pas de mettre concrètement l’Eglise dans la lumière ?

Oui, nous devons beaucoup à Pierre Joliclerc. C’était un spirituel profondément engagé dans le temporel. Le Chancelier que j’étais, sans grande formation technique a appris auprès de lui, et de quelques autres laïcs, à mettre de l’Evangile dans les tâches austères de l’économat.

Merci Pierre !

P. Roland Lacharpagne
Ancien chancelier