Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

L'église catholique en Seine-Saint-DenisAssociation diocésaine de Saint-Denis-en-France
S'inscrire à la newsletter
Actions sur le document
  • Imprimer

Retour sur la béatification du pape Jean-Paul II...

Plusieurs centaines de milliers de fidèles étaient rassemblés sur la place Saint-Pierre et dans les environs de la Cité du Vatican, ainsi qu'au Cirque Maxime où chacun pouvait suivre la célébration sur des écrans géants.

Une trentaine de pèlerins de Seine-Saint-Denis y étaient, familles et enfants, à l’initiative du père Matthieu de la paroisse de Villemomble… Témoignage.

Vendredi 29 avril
18 heures, gare de Bercy… Le Palatino nous attend au milieu des boubous à l’effigie de Notre-Dame, des irakiens et des gens de l’Alliance pour les droits de la vie, tous pour rendre leur hommage à Jean-Paul II.
Dans le train, l’excitation est palpable, adultes et enfants enchaînent les Alleluia, Hosanna et « O Panie*» (chant préféré du Pape polonais) sous la direction de Gosza, venue de Montfermeil, difficile de s’endormir…

Samedi 30 avril
Arrivée 11 heures, par la banlieue… « C’est moche Rome mais après ça va être très beau ! » affirme Nadia, 7 ans, optimiste. En effet, nous découvrons une ville merveilleuse où les couches de baroque et d’antique se superposent sur une végétation omni présente. Ici, en architecture, rien ne se perd, tout se transforme !
Nous croisons des pèlerins à tous les coins de rues et les enfants comptent les religieuses... Ce sont les polonais qu’on aurait dû compter, plus nombreux que les romains en ce week-end. La messe dite à Sainte Praxède, la pluie nous pousse dans une pizzeria, ô joie d’être en Italie ! Puis revisite, avec colonne dorique monolithe, reliques à gogo et marbres monumentaux, le père Matthieu connaît jusqu’au trou de serrure. Nous retrouvons Annie au Colisée, vite repérable à son foulard arc-en ciel.
Une éclaircie nous encourage à suivre la foule vers le cirque Maxime, où sont installés des écrans géants pour suivre les célébrations. L’excitation remonte et me donne un avant-goût des JMJ. Nous sommes à côté d’un maxi groupe de jeunes italiens du chemin néo-catéchuménal, avec guitare et djembé, l’ambiance est là, malgré l’humidité de l’air. Va-t-il pleuvoir encore ?
La veillée commence animée par une belle brune pétillante au milieu des « monsignore ». Les témoignages alternent avec les films d’époques qui ne surfent pas sur l’image d’un pape jeune et charismatique, mais nous montrent un Jean-Paul II grabataire de fin de règne, nous sommes bouleversés.
Les bougies en papier de soie multicolores s’allument, et s’étendent loin dans la nuit. Nous sommes en union de prière avec tous. Une retransmission avec Nairobi, Beyrouth, Fatima, Cracovie et Mexico nous permet de goûter à l’universalité de l’Eglise, et nous enchaînons les Ave en arabe, portugais…et latin.
Nos enfants endormis, nous décidons de dormir sur place. Quelques courageux vont place Saint-Pierre, les autres en chambrée. La foule vide les lieux nous laissant au milieu d’une vaste décharge. La nuit est animée par les éboueurs.

Dimanche 1er mai
10 heures, la foule est réapparue. Sur les écrans géants, le voile se lève, montrant un visage aimant : Bienheureux Jean-Paul II. "Standing ovation", ça rit, ça pleure, (ça doit même chanter dans le ciel). On est tous très émus. Benoît XVI irradie, on sent la joie toute spéciale qui habite ce Pape si discret. La messe suit sous un ciel d’été.

Nous repartons rechargés. Dans les rues on peut sentir les orangers en fleur, place Navone le soleil, les soutanes et les gelati viennent compléter le cliché, nous sommes à Rome. Le groupe se reforme à Saint-Louis-des-Français, pour une petite messe dans le petit oratoire.

19 heures, nous retrouvons les sympathiques pèlerins de l’aller dans le train pour partager nous souvenirs et émotions. Dans notre groupe, Julienne et Georgette font parti des privilégiées qui sont allées jusqu’au cercueil du Bienheureux. Dans notre wagon, beaucoup était place Saint-Pierre pour la nuit, et la fatigue tombe d‘un coup, inutile de lutter.

Lundi 2 mai
10 heures 58, Paris… Nous nous dispersons dans le métro vers nos maisons, écoles et travail. La vie reprend son cours avec ce petit quelque chose en plus.

*« Laissez vos barques et suivez-moi pour devenir pêcheur d’hommes. »

Marie Dômont,
Villemomble


Quelques photos prises par les pèlerins de Seine-Saint-Denis

La veillée de prière au Cirque Maxime (KTO Tv, 3h)
La messe de la béatification (KTO Tv, 4h)
Jean-Paul II déclaré Bienheureux par le pape Benoît XVI (YouTube)
Texte de l’homélie du pape Benoît XVI
Dossier spécial sur le site de l’Eglise catholique

Qui est Jean-Paul II pour vous ?
Question posée à Annie, Marie-Claude, Marie (de Villemomble), Catherine (de Neuilly) et Gosza (de Montfermeil).

« Il était à la fois un homme d’une grande intériorité et un homme de contact. »
« C’est un Pape de l’histoire qui a lutté à la fois contre le communisme et contre le capitalisme débridé. Il avait un grand sens de la valeur de la personne humaine. »
« Notre Pape ! je suis polonaise et n’imaginais pas être ailleurs qu’à Rome pour sa béatification. »
« Notre Pape… Je suis née en 1979 et suis fière de dire que je fais partie de la génération Jean-Paul II. Il nous a appris à être heureux d’être chrétien et qu’il ne fallait pas avoir peur de proclamer la vérité. »
« C’est une double joie pour moi, parce que c’était le Pape de toute une génération et parce qu’il était polonais comme moi. »


« Parmi tous les domaines où l’homme se révèle comme un homme qui cherche, il en est un, plus profond, qui pénètre plus intimement dans l’humanité même de l’être humain et qui correspond le mieux au sens de toute la vie humaine. L’homme est l’être qui cherche Dieu. » (Jean-Paul II, 27 décembre 1978)

----

La « Documentation catholique » consacre un dossier spécial à la béatification de Jean-Paul II (n°2466, 17 avril 2011)
Ce numéro est disponible au Service documentation de la Maison diocésaine (6 av. Pasteur à Bondy - 01 48 47 16 17)
Site de la Documentation catholique