Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisses de Bobigny L’église catholique en Seine-Saint-Denis Paroisses de Bobigny
Actions sur le document
  • Imprimer

Faire communauté avec des messages de paix et d'espérance!

A travers la prière universelle, une homélie, le geste de transmission de la paix du Christ,
les paroissiens de Bobigny sont unis après les évènements de vendredi.

Prière universelle lue à la paroisse Tous Les Saints - dimanche 15 novembre
 

Nous sommes tous touchés par le drame des attentats terroristes de vendredi soir. Nous prions pour toutes les victimes, les blessés, pour leurs familles et amis proches. Que devant le défi qui nous est lancé, notre pays garde dignité, courage et solidarité. Que tous les responsables politiques de notre pays mettent toute leur énergie et leur intelligence à protéger les citoyens et à préserver la cohésion sociale. Seigneur, entends notre prière!

Ces attentats sont des attaques contre la paix et nous appelle à rejeter avec fermeté toute forme de haine ou de violence. C’est un appel pour chacun de nous : enfants, jeunes, adultes à poser des actes de paix, de solidarité et de fraternité. Seigneur, entends notre prière!

Pour toutes les nombreuses personnes qui ont manifesté des gestes de solidarités, pour les forces de l’ordre et le personnel de santé totalement mobilisés au service des victimes, pour tous ceux qui ont fait passer des messages de paix sur les réseaux sociaux, pour tous ceux qui œuvrent pour la paix ici en France et à travers le monde.
Seigneur, entends notre prière!
 
 

Prière universelle lue à la paroisse Saint André - dimanche 15 novembre
 

L'Eglise proclame l'espérance et la vie éternelle qu'elle célèbre dans l'eucharistie. Pour qu'avec les mouvements et les associations comme le Secours Catholique, elle annonce aux plus pauvres la parole du Christ, prions!
Toi, le Dieu qui nous aime, Seigneur, exauce-nous.

Jésus évoque les bouleversements de l'univers lors de sa venue. Qu'Il soit le Christ Sauveur aux côtés des victimes de toutes sortes et les aide à surmonter leur détresse, spécialement les victimes des attentats, prions!
Toi, le Dieu qui nous aime, Seigneur, exauce-nous.

Chrétiens baptisés, nous avons en nous l'espérance, qui ne trompe pas. Pour que l'esprit vienne en aide aux éducateurs, aux enseignants et aux parents, qui poussent sur le chemin de croissance ceux qu'ils accompagnent. Pour les croyants de toute religion, qu'ils enseignent la paix à leurs enfants, prions!
Toi, le Dieu qui nous aime, Seigneur, exauce-nous.

Nul ne connait l'heure de la mort. Pour les juges, les hommes de loi, tous ceux et celles, qui sont confrontés à une décision, qu'ils privilégient les conclusions ouvrant une porte à la vie. Pour les gouvernants, qu'ils soient serviteurs de la Vie et de la paix et non au service de l'argent, prions!
Toi, le Dieu qui nous aime, Seigneur, exauce-nous.

 

Prière universelle lue à la paroisse Notre Dame de Bon Secours - dimanche 15 novembre

Nous sommes tous bouleversés et horrifiés par les attentats qui se sont déroulés la nuit dernière à Paris et au Stade de France. Nous prions pour toutes les victimes et leur famille. Notre pensée accompagne aussi les nombreux blessés. Que le Seigneur nous donne la grâce et la force de persévérer
afin que nous soyons toujours acteurs de fraternité et de paix.

Pour tous ceux qui, ici et dans le monde, agissent pour la préservation de la planète, et aussi pour tous ceux qui cherchent le profit « aux dépens de la terre et des pauvres »,
que l’Esprit-Saint les éclaire et les unisse afin d’agir pour le bien de tous.

Pour les personnes engagées dans la solidarité à travers les associations et services d’Eglise,
qu’elles témoignent au sein de leurs communautés de l’amour de Dieu
présent et agissant dans le cœur de ceux qui peinent.

Pour notre communauté, qu’elle devienne toujours plus signe de l’amour du Christ,
en se laissant toucher et en accompagnant ceux qui souffrent.

 

 

Un commentaire de l’Évangile de Marc - Mc 13, 24-32

33ème dimanche du Temps Ordinaire – Année B

MESSE DES FAMILLES


À l'époque de Jésus, on discutait beaucoup sur ce qui arriverait à la fin de notre monde. Jésus enseigne à ses disciples comment traverser les moments difficiles et les épreuves à venir, tout en restant fidèle à la Bonne Nouvelle. Après les jours de détresse, Jésus viendra rassembler tous ceux et celles qu’il aime. Mais personne ne peut savoir quand cela arrivera. Aucun temple ne sera plus nécessaire pour rencontrer Dieu, puisque Jésus lui-même permettra cette rencontre entre Dieu et les hommes. Plus que de donner des détails sur la fin du monde, ce passage de l’Évangile de Marc invite à faire attention contre tout ce qui peut nous détourner de Dieu ; le Dieu Créateur de la Vie ! Il appelle chacun à vivre pleinement sa vie en se tenant prêt à accueillir Jésus le Christ !

L’Évangile nous dit : "On verra le Fils de l'Homme sur les nuées du ciel"… Jésus n'a jamais été dans les nuages. La 'nuée', c'était le décor traditionnel des apparitions de Dieu, dans l’histoire de la Bible. Cette façon imagée de parler, c'est pour dire que le « Fils de l'Homme » c'est Dieu lui-même qui, à travers Jésus, est apparu sur la terre pour accomplir sa Promesse de sauver tous les hommes, toutes les femmes, tous les jeunes et tous les enfants.

Ce message n'est pas une menace : C'est un encouragement. Oui: c’est pour encourager les groupes de chrétiens, les communautés chrétiennes, et c’est pour leur redonner confiance que notre Évangile de Marc répète les promesses de Jésus : "Le Fils de l'Homme rassemblera les élus des quatre coins du monde…" La fin du monde dont parle Jésus n'est pas une catastrophe : Il s’agit de tout faire pour la vie en rejetant tout ce qui la rend sombre !

En effet : « le soleil qui s’obscurcit », c’est la vie de trop d’hommes, de femmes, d’enfants, sans papiers, sans abris, sans patrie… ce sont ces meurtres gratuits qui effacent la vie que Dieu donne. « La lune qui perd son éclat », c’est tant de garçons et de filles livrés à une jeunesse, semble-t-il sans avenir. Oui, le ciel et de la terre qui tremblent, c’est d’abord cela : une vie qui s’effondre, à cause du chômage, de la maladie, de la misère, à cause d’une faute (bêtise) qu’on a faite un jour et que personne ne vous pardonne, une vie qui s’effondre ou qui peut-être n’a pas seulement pu commencer à se construire tant elle est déplacée d’échec en échec… Le ciel et la terre qui tremblent ce sont ces vies qui s’effondrent à cause des actes de barbaries commis par des croyants, non pas en Dieu mais en la mort.

Quand Jésus vient dans notre monde, le monde n'est plus un obstacle entre nous et lui ; c’est-à-dire que Jésus rétablit le lien entre Dieu et tous les hommes.

Un monde qui cesse de nous monter les uns contre les autres. Ce monde « adversaire » doit passer, ce monde de détresse doit s'écrouler. Seule la parole de Dieu, celle qui nous fait vivre et espérer, reste inébranlable ; il nous le dit ce matin : « mes paroles ne passeront pas ». Ainsi, nous devons nous méfier de ceux qui tiennent des discours, qui profitent de nos détresses et de nos fragilités pour nous persuader qu’il n’y a pas d’espérance. Ces prophètes de malheurs profitent des difficultés de la vie présente pour se tourner vers le passé, comme si tout était parfait autrefois, comme si Jésus venait toujours du passé, et d'un passé idéalisé.

Parfois, ce que l'on voit d'abord, c'est ce monde toujours de violence, de drames, de haine même. Mais il ne faudrait pas que cette réalité sur le mal étouffe une autre réalité. Ouvrons les yeux, le monde nouveau existe déjà partout où des hommes et des femmes, des jeunes et des enfants s'obstinent à aimer malgré toutes les grimaces du mal aux mille visages. Est-ce une goutte d'eau dans la mer, est-ce dérisoire dans cet océan de misère ? Non, ces initiatives que nous prendrons, là où nous sommes, pour soulager les malheurs, à notre niveau, c'est la réponse concrète que Dieu nous invite à faire pour accélérer la fin d’un monde de malheur et pour construire avec Lui le monde nouveau où "c'est l'amour qui gagnera" : le monde du bonheur.

Pour les chrétiens : apocalypse, cela ne veut pas dire catastrophe ; apocalypse, cela veut dire dévoilement, révélation. Le Dieu qui se révèle en Jésus Christ est un Dieu de douceur et de tendresse, le Dieu de la Création, Dieu qui a créé notre planète… le Dieu des figuiers dont la feuille annonce l’été. Le Dieu qui se révèle sur le visage du plus petit. Nous sommes invités à faire attention à tout ce qui est porteur de vie et en même temps fragile : l’amitié, l’attention fraternelle, l’amour… soyons vigilants et attentifs… surtout en ce moment !

Aujourd’hui, Jésus nous invite à être attentif à tout ce qui ne demande qu’à naître, à se lever, à grandir et qui risque bien de passer inaperçu au milieu des difficultés de la vie. Voyez, dit-il, la feuille tendre et fragile du figuier ! Entendez le Souffle subtil de mon Esprit ! Le Seigneur nous invite à nous engager, à préparer le terrain afin de faciliter le travail de vie que le printemps révèle après un hiver difficile. Aujourd’hui c’est la messe des familles : … et nous nous retrouvons ce matin en famille, en Église. Et comme dans toutes les familles, il y a chacun qui prend sa place ! Dans nos églises de Bobigny, nous invitons à ce que chacun participe activement dans notre vie de chrétiens ; chacun est apôtre, c’est-à-dire « envoyés » dans différents lieux de missions : nos lieux de vie !
 

… Et vous « quels sont les lieux où vous êtes engagés… même « petitement » ?!

… Chacun est invité à répondre : l’engagement – c’est ce qui nous prépare à l’assemblée paroissiale du 22 novembre… dimanche prochain… (Distribution des feuillets et des crayons !)


Père Raphaël Grondin