Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

L'église catholique en Seine-Saint-DenisAssociation diocésaine de Saint-Denis-en-France
S'inscrire à la newsletter
Actions sur le document
  • Imprimer

Peut-on dialoguer avec les athées ?

La réponse est oui ! Mais elle exige de commenter chaque mot de la question.

Si l’athée est celui dont les actes ne sont pas motivés par la foi en Dieu, l’humanité tout entière est malheureusement le plus souvent athée, y compris les disciples de Jésus (Matthieu 17, 14-21). Cela relativise la différence entre les athées et les autres. Si l’athée est celui qui ne reconnaît pas l’existence de Dieu, on découvrira en lui soit l’indifférent qui se désintéresse de la question, soit l’agnostique qui s’y intéresse mais ne
prend pas position, soit le véritable athée qui s’y intéresse et prend position : il croit à l’inexistence de Dieu.
« Incroyance » et « non-croyance » sont donc des mots peu adaptés à des gens qui croient autrement. Le « dialogue » est une parole échangée entre des personnes aux points de vue différents, mais situées au même niveau, en dehors de toute relation d’autorité. Il suppose un terrain commun permettant à chacun de comprendre et de s’intéresser à l’autre : une confiance libre, raisonnable, personnelle et réciproque. Le dialogue
s'adaptera donc aux différentes personnes. Parfois, il progressera lentement de centres d’intérêt non religieux vers des questions plus existentielles et peut-être finalement celle de Dieu. Dans d'autres cas, la question religieuse pourra être rapidement abordée mais buter sur l’engagement. On sera amené aussi à parler des conséquences humaines de croyances différentes.
Dans tous les cas, je dois, chrétien, me souvenir que mon inspirateur est un Dieu qui aime tous les hommes. Comprendre l’autre en est une conséquence. Ne pas tenir sa conviction pour blessante, c’est être lucide :
ma foi n’est pas en cause quand il est question de la sienne. Accepter de purifier ma foi au feu de sa critique, c’est progresser dans ma relation avec mon Créateur.
Avoir l’occasion de témoigner d’une Bonne Nouvelle qui me fait vivre, c’est donner à l’autre l’occasion de connaître un grand bonheur. Alors, oui, le dialogue avec les athées est non seulement possible mais bénéfique.

Jean Pelloux-Prayer,
diacre permanent

Envoyer vos questions