Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

L'église catholique en Seine-Saint-DenisAssociation diocésaine de Saint-Denis-en-France
S'inscrire à la newsletter
Actions sur le document
  • Imprimer

Pourquoi Jean-Baptiste baptise Jésus ?

Le baptême de Jean dans le Jourdain est un baptême de pénitence, qui termine le temps de l'attente et prépare celui de la promesse réalisée. Ce baptême ne peut sauver mais il prépare à la conversion (Actes 19, 3-4).

Jésus demande à Jean de lui donner ce baptême. Dans le baptême de Jésus se manifeste la Gloire du Christ, par le témoignage divin du Père et de l’Esprit : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; en Lui j'ai mis tout mon amour. » (Matthieu 3, 17) Le Père, le Fils et l’Esprit sont tous trois révélés au monde. La voix du Père qui nous permet de découvrir la présence du Père dans le Fils et du Fils dans le Père, tout l’Amour reçu et tout l’Amour donné qui n’est qu’un seul Amour, cet Esprit Saint qui descend sous la forme d’une colombe. Dans cette demande, nous découvrons aussi l’humilité du Christ. Avant de proclamer l’avènement du Royaume, il se soumet au baptême de pénitence de Jean afin d’assumer en lui-même toute l’humanité.
Lorsque Jean baptise Jésus, c’est Jésus lui-même qui nous donne le signe du baptême. Le geste de conversion accompli par Jean sur le Christ est devenu pour nous sacrement, nous sommes plongés dans la mort et la résurrection du Christ (Romains 6, 3-5). Et nous qui sommes à présent baptisés dans le Christ, à la ressemblance du Christ, avons reçu l’onction de l’Esprit Saint, nous sommes aussi appelés « Fils bien-aimés ».
Cette fête du baptême de Jésus est aussi la fête de notre baptême. De notre conversion, de notre rencontre avec Jésus, de sa mort et sa résurrection qui nous engage à le suivre dans la vie nouvelle des enfants de Dieu, animés par l’Esprit.
Dans la tradition byzantine, cette fête est appelée Fête des Lumières. «Cette Lumière du Christ, elle n’est à Noël qu’une étoile dans la nuit obscure. Au baptême du Christ elle nous apparaît comme le soleil levant pour grandir, s’éclipser le Vendredi Saint pour revenir éclatante le matin de Pâques ; et enfin à la Pentecôte atteindre le plein midi. » Alors en cette période de voeux, souhaitons- nous les uns aux autres de vivre de la grâce de notre baptême !


Elisabeth Beaudon, animatrice pastorale
Publié dans la revue "Les Uns et les Autres", n° 273 - Janvier 2011

Envoyer vos questions