Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

L'église catholique en Seine-Saint-DenisAssociation diocésaine de Saint-Denis-en-France
S'inscrire à la newsletter
Actions sur le document
  • Imprimer

« Plus tu avanceras dans la vie, plus tu verras de belles choses »

Cette année, je relis mes 50 années de vie de prêtre que je célèbrerai le 19 juin prochain à l'église Sainte-Thérèse de Gagny. 50 années marquées par des joies et aussi des difficultés mais vécues dans le bonheur profond, hier comme aujourd'hui, d'être prêtre pour le service de Dieu et le service des hommes.

Il y a quelques mois, le père Vidal nous invitait à relire ces 50 années, sous deux angles : qu'avons-nous découvert de l'Homme et du Mystère de Dieu ? Une Parole d'Évangile, partagée avec d'autres, la première année de mon sacerdoce, m'a beaucoup marquée, adaptation de la parole de Jésus à Nicodème : « Plus tu avanceras dans la vie, plus tu verras de belles choses ».
Oui, j'ai été témoin de l'action de Dieu dans le coeur des hommes, tout au long de ces années. Appelé à servir la vocation de chacun, à mettre en relation des gens entre eux et avec Dieu. Voila le vrai bonheur d'une vie de prêtre, malgré mes limites et mes pauvretés de toutes sortes, avec la certitude que c'est « Lui qui nous a appelés » et son amour n'a pas été vain. Bonheur de découvrir cette humanité, aimée par Dieu...

Après les années de formation, à 26 ans, qu'est-ce que je connaissais de la vie ? C'est l'amitié, le soutien de familles, l'aide de frères prêtres qui m'ont aidé à faire un peu la découverte du coeur de l'homme et à être prêtre pour les autres. Un des grands bonheurs de ma vie est de partager des événements familiaux, d'accompagner des chrétiens dans leur engagement et d'appeler d'autres à se mettre en route. Je rends grâce de cette vie et en particulier de la chance d'avoir partagé la vie de travail, pendant 13 ans, comme manoeuvre dans diverses entreprises. Cela a sûrement contribué à me faire un peu plus « frère en humanité ». Bonheur de découvrir davantage et d'approfondir l'Écriture qui me met en relation avec le Christ, reflet du Père et compagnon de route. Antoine Chevrier, Fondateur du Prado, a été très tôt un guide sur ce chemin de disciple et de « prêtre selon l'Évangile ». « Que c'est beau, Jésus Christ », disait-il. Faire mémoire des années passées éclaire profondément le présent. Même si, avec l'âge, je ne suis plus en responsabilité pastorale première, ce qui me fait vivre aujourd'hui c'est de pouvoir continuer une vie de pasteur, autrement, avec le souci de continuer d'appeler d'autres apôtres et de soutenir ceux qui sont engagés dans le service du monde et de l'Église. Récemment, dans une réflexion sur la vie des prêtres, une maman, qui a son enfant en catéchèse, exprimait bien cet essentiel : « Nous attendons que par sa vie, le prêtre soit signe d'un Autre ».



 

Père Jean Giraud