Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

L'église catholique en Seine-Saint-DenisAssociation diocésaine de Saint-Denis-en-France
S'inscrire à la newsletter
Navigation
Je recherche
Actions sur le document
  • Imprimer

Maison d'arrêt de Villepinte (Aumônerie)

Contact
Dominique Devernay (aumônier titulaire)
Courriel

P. Marcio Peña (aumônier bénévole)
Courriel

Site Internet national


L’aumônerie est une présence d’Église dans la maison d’arrêt. Elle est au service de tous les détenus, sans distinction, et plus spécialement de ceux qui se reconnaissent catholiques dont elle anime la vie communautaire.

La maison d'arrêt de la Seine Saint Denis, située à Villepinte, a été construite en 1990. Elle a   vocation à accueillir des personnes mises en examen et détenues provisoirement dans l'attente de leur jugement. Elle accueille également des personnes condamnées à de courtes peines (moins de deux ans) ou dont le reliquat de peine est inférieure à deux ans.

Sa capacité théorique est de 588 places. Le nombre réel de détenus est d'environ 950. Le nombre de détenus d'origine étrangère est toujours important.

Comme dans tous les établissements pénitentiaires, l'aumônerie catholique est présente.

Témoignage : « Ensemble pour la terre »

 

Mission de l'équipe d'aumônerie à la prison

L'équipe d'aumônerie est envoyée en mission par l'évêque, dans un monde carcéral souvent marqué par l'exclusion sociale, la précarité des situations, l'incertitude des lendemains et la fragilité humaine. L'aumônerie intervient dans le cadre d'une institution laïque et républicaine dont elle respecte les règles. Elle y témoigne auprès de tous de l'Evangile et propose de rencontrer, écouter puis réfléchir ensemble. Elle célèbre la parole de Dieu.

 

Quelques convictions fortes

Ce n'est pas crédible tant c'est incroyable, invraisemblable.  Luc dans son Evangile nous le dit "Annoncer aux captifs qu'ils sont libres", c'est à dire que chacun peut, à tout moment, recommencer une nouvelle vie.

Dans une prison, l'aumônerie catholique, essaie, avec d'autres, de témoigner qu'un homme vaut plus que les actes qu'il a commis. Rien ne peut lui enlever sa dignité de fils de Dieu.

Sans nier ses actes ni oublier ses victimes, la personne coupable reste capable du meilleur.

Notre conviction est que la peine n'est pas de l'ordre de la vengeance mais qu'elle peut être le travail qu'un homme fait sur lui même pour retrouver sa vocation d'homme libre et responsable de ses actes. Notre tâche est de l'accompagner dans ce travail.

 

Rencontrer et accompagner

"Ils étaient deux sur la même route...Et voici qu'ils sont rejoints par un inconnu: il fait route seul...Il s'est mis à marcher à leur rythme et il leur a dit "quelles sont ces paroles que vous échangez en marchant?"

Dans la rencontre individuelle ou collective, l'accueil et l'écoute sont au coeur de la mission de l'aumônerie. Accueillir l'autre au point où il en est de son histoire.

"Quand nous sommes à deux dans cette cellule, vous et moi, j’ai l’impression que le Bon Dieu est là"

 

Réfléchir

Sur le chemin, des haltes sont nécessaires pour relire son itinéraire et y trouver du sens dans la lumière de l'Evangile :

  • expérimenter une démarche spirituelle chrétienne
  • proposer la Parole de Dieu et la partager
  • vivre une expérience de foi et de prière

Au cours d'une messe, le prêtre raconte une histoire : "Un homme possède une très belle bouteille. Mais un serpent rentre dedans. Comment le faire sortir sans casser la bouteille à laquelle je tiens tant ?"...

Après la messe, un homme vient trouver le prêtre : "En vous écoutant, j'ai compris qu'il ne faut pas casser la bouteille. Elle est précieuse. La bouteille fragile, c'est ma vie. C'est mon corps... J'ai fait des bêtises dans ma vie. Et je me suis abîmé. Je me rends compte que je dois reprendre ma vie. L'aimer. Et c'est comme ça que Dieu chassera le mal qui est en moi. C'est important de ne pas casser la bouteille . Mon corps est le Temple de Dieu. Maintenant, j'ai de la joie dans mon coeur. J'ai pardonné"

 

Célébrer

La célébration est un moment privilégié de d'accueil de la présence de Dieu, de la révélation de sa miséricorde et de l'offre de son pardon. Chacun est invité à se découvrir aimé et sauvé par Dieu.

"Avec la découverte du Christ, j'ai retrouvé une famille au milieu de l'aumônerie. J'ai pris conscience du mal que j'ai pu faire et j'ai aussi pardonné le mal que l'on m'a fait"

"J'ai 66 ans et j'ai passé trente ans de ma vie en prison. J'ai obtenu une permission de trois jours pour visiter un centre où j'irai à ma sortie  pour me réinsérer. Cela a été formidable. Tout le monde m'a accueilli avec beaucoup de gentillesse. Quand je suis arrivé, on m'a donné un plateau avec des petits fours. J'ai eu des vrais repas, comme au restaurant, avec une nappe en tissu blanc. On m'a autorisé à sortir pour que j'aille acheter un cadeau. Ils m'ont fait confiance. J'ai vu une église. J'y suis entré pour faire une prière. Je ne me souvenais pas qu'une église était aussi belle."

"Au début de mon incarcération, j’ai eu l’idée du suicide. Je regrette mon acte. Au procès, je ne suis pas sûr que je sache regarder mes victimes en face. J’ai fait une bêtise et je dois payer en pensant aux victimes. Cela m’empêche de dormir. Je voudrais le pardon de Dieu."

 

L'aumônerie, au quotidien

Deux laïcs, un prêtre, deux diacres et un prêtre accompagnateur composent notre équipe.

Chaque dimanche matin, les détenus se rassemblent à partir de 9h30 pour une rencontre informelle. La messe, de 10h à 11h, est célébrée par un prêtre d'une des paroisses du diocèse. Après la messe, nouveau temps de partage jusqu'à 11h30. Quelques laïcs venant de différentes paroisses du diocèse de Saint Denis assistent à cette messe, permettant ainsi un échange de témoignages entre cette Eglise de l'intérieur de la prison et l'Eglise de l'extérieure. Une centaine de détenus sont inscrits à la messe du dimanche.

Chaque samedi après midi, une trentaine de détenus se rassemblent pour le groupe biblique, permettant étude et discussions autour des textes du dimanche. Un petite chorale travaille les chants qui seront repris à la messe.

En semaine, les aumôniers visitent dans les cellules les nombreux détenus qui souhaitent une rencontre individuelle.

L'aumônerie fait aussi le trait d'union entre le monde carcéral et l'Eglise. Elle travaille en lien avec plusieurs mouvements chrétiens comme le Secours Catholique, les Conférences Saint Vincent de Paul, le CCFD, les hospitaliers de Lourdes, l'aumônerie étudiante, différents groupes de jeunes et plusieurs paroisses du diocèse.

L'équipe s'insère aussi dans le réseau des partenaires de la réinsertion (personnel pénitentiaire, service socio-éducatifs, accueil des familles,...) Elle entretient enfin d'excellentes relations avec les aumôneries  des autres cultes.