Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

L'église catholique en Seine-Saint-DenisAssociation diocésaine de Saint-Denis-en-France
S'inscrire à la newsletter
Navigation
Je recherche
Actions sur le document
  • Imprimer

Judaïsme (Relations avec le)

« Chacun de nous est invité, au nom même de sa foi, à vivre positivement la rencontre interreligieuse et donc à chercher avec ténacité les chemins du dialogue. C'est le visage de l'Eglise qui est en jeu, mais aussi le défi de vivre ensemble et en paix dans notre société. » (Chemins d'avenir pour notre Eglise, n° 10)

Contact
Danielle Guerrier (déléguée diocésaine)
06 08 70 64 33
Courriel

 

« Qui rencontre le Christ, rencontre le judaïsme » Jean-Paul II, Mayence, 1980

Un service diocésain, pourquoi ?

Pour aider les communautés chrétiennes du diocèse :

• à mieux saisir les sources juives de la foi chrétienne et la juste place du peuple juif dans l’histoire du salut.
• à mieux connaître le judaïsme vivant aujourd’hui tel qu’il se comprend lui-même.
• à être sensibilisé au travail de mémoire de la Shoah.

Pour tisser des liens d’amitié avec les communautés juives de nos villes :

• favoriser des rencontres et des actions en commun. 
• maintenir le dialogue avec les institutions juives représentatives du département.

Juifs et chrétiens en dialogue, un nouveau regard

Déclaration « Nostra Aetate » § 4, (28-10-1965) :

« Scrutant le mystère de l’Eglise, le Concile rappelle le lien qui relie spirituellement le peuple du Nouveau Testament avec la lignée d’Abraham [...] L’Eglise ne peut oublier [...] qu’elle se nourrit de la racine de l’olivier franc sur lequel ont été greffés les rameaux de l’olivier sauvage que sont les gentils (Rm 11, 17-24). »
 

Le pape Jean-Paul II à la synagogue de Rome (13-04-1986) :
« La religion juive ne nous est pas extrinsèque mais, en un certain sens elle est intrinsèque à notre religion. Nous avons donc à son égard des rapports que nous n’avons avec aucune autre religion. Vous êtes nos frères préférés et, dans un certain sens, on pourrait dire nos frères aînés. »
 

Notes romaines pour une présentation correcte des Juifs et du Judaïsme (Mai 1985) :
« Les Juifs et le Judaïsme ne devraient pas occuper une place occasionnelle et marginale dans la catéchèse et la prédication, mais leur présence indispensable doit y être intégrée de façon organique. »

Le pape Benoit XVI à la synagogue de Rome (17-01-2010)
« Les chrétiens et les juifs ont en commun une grande partie de leur patrimoine spirituel, ils prient le même Seigneur, ils ont les mêmes racines, mais ils sont souvent inconnus l’un à l’autre. C’est à nous qu’il revient, en réponse à l’appel de Dieu, de travailler afin que demeure toujours ouvert l’espace du dialogue, du respect réciproque, de la croissance dans l’amitié, du témoignage commun face aux défis de notre temps, qui nous invitent à collaborer pour le bien de l’humanité dans ce monde créé par Dieu, le Tout-Puissant et le Miséricordieux. »

Discours de Jean-Paul II au Colloque sur « Les racines de l’antijudaïsme en milieu chrétien » (31-10-1997) :
« En vue d’une purification de la mémoire, il est particulièrement opportun de montrer clairement que l’antisémitisme est sans justification aucune et absolument condamnable »

Le cardinal Jean-Marie Lustiger. In La Promesse - Parole et Silence, Paris 2002
« L’antisémitisme chrétien apparaît non pas comme un problème particulier de racisme parmi d’autres mais en vérité comme un péché - un péché dont l’énormité est significative d’une infidélité profonde à la grâce du Christ […] Les juifs ne sont ce qu’ils sont que dans la mesure où ils sont les témoins de l’Election. Leur rejet est, de la part des chrétiens une appropriation abusive ou blasphématoire de l’Election. C’est refuser concrètement la réalité du don de Dieu, des chemins de Dieu »

La déclaration de Repentance des évêques de France à Drancy (30-09-1997) :
« Devant l’ampleur du drame et le caractère inouï du crime [...], nous confessons que ce silence fut une faute [...] Car cette défaillance de l’Eglise de France et sa responsabilité envers le peuple juif font partie de son histoire. Nous confessons cette faute. Nous implorons le pardon de Dieu et demandons au peuple juif d’entendre cette parole de repentance. »

 

Une vie juive active en Seine-Saint-Denis

                     

Le département de Seine-Saint-Denis compte une communauté juive importante : plus de 40 synagogues […] (consistoriales […] ou non), des centres communautaires, une vingtaine d’écoles (du jardin d’enfants jusqu’au lycée), des aumôneries (hôpitaux, maison d’arrêt, armée...).

Les institutions juives y sont actives : CCJ93, CRIF, B’nai B’rith […] et certains mouvements de jeunesse (EEIF = Eclaireurs et Eclaireuses Israélites de France). Le CCJ93 (Conseil des Communautés Juives du 93) est un interlocuteur privilégié de l’Eglise diocésaine. La communauté juive vivant actuellement en Seine-Saint-Denis est en majorité d’origine sépharade […] arrivée dans les années soixante.

Dés la fin du XIXe siècle de nombreuses communautés ashkénazes […] étaient présentes (Montreuil, Bagnolet, Livry-Gargan…). Elles ont pour la plupart disparu dans la Shoah.

Le pape François, un ami des Juifs

L’Argentine est le pays d’Amérique Latine qui compte la communauté juive la plus importante.

Au début du XX ième siècle et dans la période de l’entre-deux-guerres, des juifs d’Europe sont partis là-bas pour les raisons que l’on sait de l’antisémitisme européen mais aussi pour répondre au projet de création de « fermes juives » initié par le baron allemand Maurice Hirsch qui avait, au19 ième siècle, acheté des terres dans ce but. L’Argentine faisait alors partie de ce que l’on appelle les projets d’exterritorialisation avec la Crimée et bien sûr le Birobidjan, même si ces deux derniers cas se situaient dans un autre contexte.

Le projet agraire n’a pas réellement réussi mais les familles juives sont restées en Argentine et la communauté est aujourd’hui importante.

Depuis plusieurs décennies le dialogue entre juifs et catholiques y est très vivant et le cardinal Jorge Mario Bergoglio, devenu le pape François, a toujours été attentif et très présent aux rencontres, aux partages spirituels et aux actions communes.

De très bons signes donc pour que ce dialogue entre l’Eglise universelle et le peuple juif, non seulement continue, mais qu’il s’approfondisse encore davantage, guidé par le grand théologien et le grand spirituel qu’est notre nouveau pape François.

Baroukh achem !
Que le Seigneur soit béni !

Dossier préparé par le Service diocésain des relations avec le judaïsme 93

Les fêtes juives

« Rappelle-toi le jours d’autrefois, considère les années d’âge en âge. Interroge ton père, qu’il te l’apprenne ; tes anciens qu’ils te le disent. » (dt 32, 7)

 

 Roch Hachanah  Nouvel An  
Yom Kippour  Jour du grand Pardon  
 Soukkot  Fête des Cabanes  

Chemini Atsérèt

Clôture du 8e jour à dater du début de Soukkot

 
 Simhat Torah  La joie de la Torah  
 Hanoukkah  Dédicace du Temple - Fête de la Lumière  
 Tou Bichvat  Nouvel Ann des arbres  
 Pourim  Fête des sorts (lecture du rouleau d'Esther)  
 Pessah  Pâque (sortie d'Egypte)  
 Yom Hashoah  Jour de la Shoah  
 Lag Baomer  33e jour de l'Omer  
 Chavouot  Pentecôte (don de la Torah)  
 Tisha be Av (9 av)  Destruction des deux Temples  

 

Sens de chacune des fêtes d’automne
Nouvel An Juif (Roch Hachanah) : littéralement « tête de l’année », cette fête commémore la création de l’homme par Dieu pour être son partenaire, responsable de l’achèvement de la création. Elle ouvre un temps d’examen de sa vie sous tous ses aspects, pendant l’année écoulée, invitant à une conversion. Elle est marquée par la sonnerie du Chofar (corne de bélier).

Grand Pardon (Yom Kippour) : c’est le jour le plus saint et le plus solennel du calendrier juif caractérisé par 25 heures de jeûne et de prières et scandé par cinq offices à la synagogue. Ce jour permet à l’homme d’obtenir le pardon de ses péchés contre Dieu, le pardon de ses péchés contre son prochain ayant été demandé auparavant aux frères offensés.

Fête des Cabanes ou fête des Tentes (Soukkot) : une des trois fêtes de pèlerinage à Jérusalem, elle commémore les quarante années passées au désert par le peuple d’Israël sous la protection de Dieu.
La vie partagée dans les cabanes érigées aujourd’hui en fait mémoire.
Lors des offices on agite le loulav (un rameau composé de quatre plantes) en direction des quatre points cardinaux et on rappelle le sacrifice des 70 taureaux au Temple pour les 70 nations de l’univers. sim5var13.gif

La Joie de la Torah (Simhat Torah) : une journée de joie où, les rouleaux de la Torah sont sortis de l’Arche Sainte, les fidèles les portant à tour de rôle dans leurs bras en dansant et en chantant.
Ce jour là, on achève la lecture du dernier livre de la Torah, le Deutéronome, et on recommence la lecture du premier livre, la Genèse.
 

Ecoute juive de la Parole de Dieu

Orientations diocésaines pour la catéchèse :
« Découvrir la richesse de la réflexion de nos frères aînés juifs sur le Premier (ou Ancien) Testament »
(Proposition 1.1 page 14)

Afin de mieux ancrer l’unité de la Révélation et la permanence de l’Alliance dans leur foi, les chrétiens sont invités :

• A mieux connaître le Premier Testament.
• A mieux saisir l’articulation entre le Premier et le Nouveau Testament.
• A mieux approfondir le sens de la judéité de Jésus en laissant résonner ses paroles comme parole de Torah : « Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes, je ne suis pas venu abolir mais accomplir » (Mt 5, 17).

La richesse de la tradition juive, essentiellement interprétative (midrashim, Talmud, grands maîtres de la pensée juive…), permet d’approfondir de manière singulière les sources de la foi chrétienne.

Les liens retrouvés entre prière juive et prière chrétienne, entre liturgie juive et liturgie chrétienne nourrissent et renouvellent la prière.

Mémoire de la Shoah

Le camp de Drancy est situé dans notre diocèse. Il est une mémoire pour aujourd’hui. Ce fut l’antichambre de la mort pour la quasi-totalité des juifs de France déportés essentiellement vers Auschwitz-Birkeneau. C’est également le lieu de la Déclaration de repentance des évêques de France (30 septembre 1997)
 

Voyages à Auschwitz-Birkeneau et travail avec les écoles se révèlent indispensables étant donné l’éloignement dans le temps de l’événement de la Shoah et les résurgences du négationnisme.

Yvette Lévy, internée à Auschwitz-Birkenau 

Propositions du service

Des formations ouvertes à tous (programme) :
   • autour de la Parole de Dieu et de son interprétation.
   • autour de la connaissance du judaïsme.
   • autour de la réalité de la vie juive aujourd’hui.
   • autour du travail de mémoire de la Shoah.

Shalom

Des formations à la demande :
   • Ecoles, aumôneries de jeunes, groupes divers... (jeunes ou adultes).

Des rencontres locales entre juifs et chrétiens :
   • Au niveau des villes.

Des visites et des voyages :
   • Synagogues, Musée du Judaïsme, Mémorial de la Shoah, Camp de Drancy.
   • Voyages à Auschwitz-Birkenau, dans le patrimoine juif européen, en Israël.

Un temps privilégié, les fêtes d’automne :
   • Roch HaChana (Nouvel An juif),
   • Yom Kippour (Grand Pardon),
   • Soukkot (Fête des Cabanes),
   • Simhat Torah (Joie de la Torah).
   • Envoi de cartes de vœux à des amis, collègues, voisins, communautés juives locales...
   • Dimanche d’ouverture des communautés chrétiennes au judaïsme.

Site Web

► La Connaissance du Judaïsme :
Le site numérique juif - On y trouve notamment des conférences sur le Judaïsme en vidéo.
Le site du Centre Communautaire Juif de Paris.
Le site du Musée d’art et d’histoire du Judaïsme.

► Le dialogue entre juifs et chrétiens :
Le site du Service Information-Documentation Juifs et Chrétiens – Paris. Avec notamment de nombreuses activités.
Le site de l’Amitié judéo-chrétienne de France et de la revue « Sens ».
Avec notamment le texte des 12 points de Berlin (juillet 2009) :
Le site du Conseil International des Chrétiens et des Juifs.
Avec notamment les déclarations officielles concernant le dialogue entre juifs et chrétiens.

► La connaissance de la Shoah :
Le site de l’Association « Yahad-In-Unum- Catholiques et Juifs ensemble »
et du Service National pour les Relations avec le Judaïsme, animé par le Père Patrick Desbois.
Avec notamment une documentation sur la « Shoah par balles ».
Le site du Mémorial de la Shoah  à Paris et à Drancy.
On y trouve notamment : l’Encyclopédie multimédia de la Shoah, "Le grenier de Sarah" (8-11 ans) et à la rubrique : « Témoignages vidéo » : 27 témoignages de survivants de la Shoah, dont celui de Madame Yvette LEVY. 
Le site du nouveau Musée de YAD VASHEM à Jérusalem.
Le site du musée : United States Holocaust Memorial Museum - Washington.

► La connaissance d’Israël 

Documents

1. Nostra Aetate § 4 (28 octobre 1965)
2. Jean-Paul II aux représentants de la communauté juive de Mayence (17 novembre 1980)
3. Note romaines pour une présentation correcte de Juifs et du Judaïsme (mai 1985)
4. Jean-Paul II - Allocution du Pape à la Synagogue de Rome (13 avril 1986)
5. La déclaration de repentance d’évêques de France (30 septembre 1997)
6. Discours de Benoît XVI à la synagogue Rome (17 janvier 2010)
7. Discours de Benoît XVI devant les représentants de la communauté juive de Berlin (22 septembre 2011)
8. Exhortation apostolique de Benoît XVI sur l'Eglise au Moyent-Orient (2012)
9. Citation du cardinal Lustiger In La Promesse (2002)

Rapport 2012 sur l'antisémitisme en France
Éléments statistiques et analyses (Service de protection de la communauté juive).