Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

L'église catholique en Seine-Saint-DenisAssociation diocésaine de Saint-Denis-en-France
S'inscrire à la newsletter
Actions sur le document
  • Imprimer

Bien accompagner les catéchumènes

Le chrétien, bien mieux qu'un arbre fruitier, puise dans l'humus de la parole de Dieu. La sève de la foi le fait grandir en Jésus Christ. Et le Saint-Esprit, qui oxygène sa vie, lui fait porter des fruits en tous lieux où il est appelé à être, dans la fraternité humaine.

Les sacrements d'initiation nous ouvrent les portes de la vie chrétienne ; cependant, personne ne devient chrétien pour soi. Nous sommes tous appelés à former le corps du Christ, dont nous faisons partie, par le baptême qui nous configure au Christ roi, prêtre et prophète. Ainsi, toute la communauté est concernée par la démarche des catéchumènes qui se préparent à rejoindre la famille chrétienne.
Pour cela, l'accompagnement de catéchumènes s'impose, comme le tuteur pour la jeune plante fragile. Cet aîné dans la foi ne saurait avoir réponse à tout. Choisi au sein de la communauté par le responsable du  catéchuménat ou par le curé de la paroisse, l'accompagnateur est appelé à donner l'exemple d'une conduite chrétienne acceptable par tous ; sinon, comment le néophyte pourrait-il avoir le goût de la sainteté ?
« Accompagner, c'est aussi partager des richesses intérieures mutuelles, dans l'attention et l'écoute du catéchumène, qui brûle du désir sincère d'avancer dans la connaissance véritable de Dieu » (Jacques Geoffre, de Rosny-sous-Bois). « L a disponibilité, l'écoute et le bon accueil fait au catéchumène lui montrent le visage de la communauté des baptisés, l'Eglise. Ainsi, notre attention ne s'arrête pas qu'à la sphère religieuse, elle porte aussi sur leur vie familiale et professionnelle ; c'est là qu'il  faudrait aussi rayonner de la présence du Christ. » (Jean-Michel Renaud, de Villemomble).
Ces témoignages d'accompagnateurs nous montrent combien chacun est appelé à prendre sa place dans l'Eglise et dans la société.
Lorsqu'on a reçu le baptême, le chemin ne fait que commencer : « la part des mouvements ou groupes est aussi importante pour donner le goût de l'appartenance et de la responsabilité... » (cf. la cinquième orientation  diocésaine pour la catéchèse).

Théodulos Kounkou