Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

L'église catholique en Seine-Saint-DenisAssociation diocésaine de Saint-Denis-en-France
S'inscrire à la newsletter
Actions sur le document
  • Imprimer

Humbles tâches au service de la mission

Dans chacun de nos lieux, il a fallu la ténacité des divers responsables, prêtres, diacres, laïcs, religieux.

La ténacité mais aussi et surtout la foi des hommes et des femmes qui annoncent inlassablement Jésus Christ à celles et ceux qu'ils rencontrent et accueillent dans les quartiers, au marché, à la sortie des écoles. Celles et ceux qui dévoilent peu à peu le visage du Christ. Il y a ceux que l'on repère mais aussi tous les autres, les anonymes sans lesquels la paroisse ne « tournerait » pas.

Des priants discrets...
Il y a quelques années, je me souviens d'une paroissienne confiant à l'un des prêtres de la paroisse qu'elle ne pouvait pas (ou plus) faire le caté, mais s'engageait à prier pour les enfants et les catéchistes... présence discrète et silencieuse qui par la force de la prière a certainement épaulé discrètement un bon nombre de catéchistes.

Des compteurs de quête...
Combien sont-ils le lundi matin dans les presbytères, à compter la quête du dimanche ? Il faut trier les pièces, mettre de côté les boutons, jetons et autres objets qui ne paieront ni le chauffage ni l'électricité. Confectionner inlassablement des rouleaux. Travail ingrat... y pensons-nous lorsque nous utilisons les locaux paroissiaux ?

Des balayeuses...
Quel plaisir d'entrer dans une église accueillante, halte bienfaisante, lieu propice à la prière, pour rencontrer le Christ... surtout si ce lieu est propre ! Je pense à toutes celles (ceux ?) qui, armées de chiffons, balais et serpillières, arpentent les allées, traquant la moindre toile d'araignée, les reliquats de chewing-gum sous les chaises, les papiers froissés, mouchoirs et autres détritus... c'est fou ce que l'on trouve dans une église !

Des parents pâtissiers et chauffeurs...
Les ados partent au Frat, les jeunes aux JMJ... combien cela représente-t-il de gâteaux confectionnés par nos chers petits... ou par leur maman, puis déposés sur le parvis de l'église avant la messe et achetés à la sortie ?
Une retraite pour la première communion, la profession de foi ? Le co-voiturage pour l'aumônerie, l'éveil à la foi ? Le transport d'instruments de musique ? Comme elles sont bienvenues toutes ces familles possédant une grande voiture !

Des repasseuses...
De la nappe d'autel aux aubes des servants d'autels, en passant parfois par les chemises des prêtres, aucun pli ne leur résiste !

Des « enveloppeurs »...
L'ère de l'e-mail est récente... Combien de mises sous enveloppes ont été organisées dans chacun de nos lieux ? Inscriptions de rentrée, préparation au baptême, au mariage, denier de l'Église, rendez-vous d'aumônerie et autres mouvements... les organisations sont diverses, du travail à la chaîne au « chacun son tas », mais quelle efficacité !

Des bricoleurs...
Un robinet fuit, un volet claque, le chauffage est en panne... des chaises à déménager, les salles paroissiales à réaménager en fonction des rencontres... les ampoules défectueuses à changer dans des lieux quasi inaccessibles...
Il y en a pour tous les goûts, tous les dons !

Ces humbles tâches paraissent accessoires au regard de l'urgence de la mission ? Peut-être ! Mais ne faut-il pas que quelques-uns s'y dévouent pour permettre à d'autres d'accomplir leur ministère ou leur responsabilité ? Beaucoup ont été fidèles et invisibles. Espérons qu'ils auront éveillés des vocations... Pour tous ceux-là et pour ceux qui sont encore plus anonymes... rendons grâce à Dieu !

Catherine Pic