Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

L'église catholique en Seine-Saint-DenisAssociation diocésaine de Saint-Denis-en-France
S'inscrire à la newsletter
Actions sur le document
  • Imprimer

Ouvrir les yeux sur le monde

Je suis allé deux fois en Palestine à la rencontre de partenaires Palestiniens et Israéliens et des populations locales : en 2004 avec une association du commerce équitable, en 2009 avec le CCFD-Terre Solidaire.

Nous avons été témoins des humiliations infligées au peuple palestinien : les passages aux check-points, les restrictions à la liberté de mouvements, les confiscations de terres pour le développement des colonies, des prix de facturation de l'eau aux Palestiniens quatre fois plus élevés, les obstacles de toutes sortes résultant de la construction du "mur".

Mais nous avons vu aussi des signes d'espoir : le choix de la non-violence de la part des partenaires rencontrés, sans rien céder à leur volonté de résistance. « Nous ne sommes pas des mendiants, nous n'avons pas besoin de la charité, nous voulons des partenariats ! », clame le directeur d'une association au camp d'Aïda. Des voyages ou des pèlerinages, faisant appel à des organisations de tourisme solidaire palestiniennes, apporteraient aux populations locales des emplois et des revenus supplémentaires. Le tourisme reste sous-exploité, alors que la Cisjordanie possède 65 % des sites bibliques et historiques de la Palestine historique, et qu'une ville comme Bethléem dispose de 3000 chambres d'hôtel, à moitié prix, mais... pas de clients.

On pourrait également importer des produits des producteurs et artisans palestiniens : huile d'olive, couscous maftoul, dattes, za'atar, céramiques d'Hébron, articles en bois d'olivier, broderies... dont ils cherchent à développer les exportations, malgré les difficultés et surcoûts résultant des obstacles administratifs à leur acheminement. Une contribution que le CCFD-Terre Solidaire peut entre autre apporter.

Jean-Yves Le Roy, diacre permanent à Saint-Denis