Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

L'église catholique en Seine-Saint-DenisAssociation diocésaine de Saint-Denis-en-France
S'inscrire à la newsletter
Actions sur le document
  • Imprimer

Une rencontre franciscaine

« Je suis doublement fasciné par le personnage de saint François d'Assise », nous dit Jacques Le Goff, grand historien du Moyen Âge.

Que d'artistes ont été fascinés dans l'histoire, à l'instar du peintre Giotto au XIIIe siècle, ou, plus proche de nous, Olivier Messiaen qui a consacré en 1975 un opéra à cet être hors du commun. Au moment de fêter le 8e centenaire de la fondation de l'ordre franciscain (créé en 1209), la famille franciscaine revendique toujours « une vie simple inspirée de François ».

Ma première rencontre avec saint François d'Assise s'est faite il y a environ quatorze ans, à Clichy-sous-Bois, là où des soeurs Franciscaines missionnaires de Marie vivaient en plein coeur d'une cité. Alors que j'étais en recherche sur ma foi, Yola, une des soeurs, m'a prêté des écrits de saint François et un livre, « La Sagesse d'un pauvre » du franciscain Eloi Leclerc. Tous deux m'ont interpellée par la pauvreté, la simplicité de l'être, de l'amour pour Dieu et pour la paix. Je n'ai pas encore épuisé toutes les richesses mais cela m'aide à vivre l'Evangile. Depuis, je vis ma foi en Fraternité franciscaine séculière où je me suis engagée officiellement dans l'ordre comme laïque franciscaine séculière depuis quatre ans.

Nous sommes un groupe de laïcs d'âges et d'horizons différents accompagné par le père Joseph, frère franciscain. Nous nous retrouvons une fois par mois pour prier et partager sur un thème en regard des textes bibliques et de ceux de saint François. Nous vivons un temps fort lors du week-end de Pentecôte en allant tous ensemble, et en famille, dans un monastère pour vivre un temps de retraite consacré à la prière et à un échange sur notre foi. Notre fraternité n'est pas isolée, une fois par an l'ensemble des fraternités de la région Île-de-France Nord (94, 93, 77) se retrouvent au couvent de Fontenay-sous-Bois chez les Frères franciscains pour un temps de prière et de partage.

Au quotidien, je suis infirmière et dans l'approche des patients, j'essaie de témoigner d'une présence de cet amour pour Dieu par des gestes simples et tendres. Saint François d'Assise a tout quitté pour suivre le Christ, mais il est resté dans le monde, il ne voulait pas de couvent mais souhaitait partir à la rencontre des gens. Or, il n'est pas toujours possible de tout laisser pour suivre Dieu... Malgré tout, ses textes donnent des pistes de réflexions, m'aident à prier et m'apportent un regard différent sur les événements de ma vie.
 

Sylvie Ehrmann-Vappereau