Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

L'église catholique en Seine-Saint-DenisAssociation diocésaine de Saint-Denis-en-France
S'inscrire à la newsletter
Actions sur le document
  • Imprimer

Veiller à l'équilibre entre engagement et mission

Jacqueline Pavilla est originaire de Guadeloupe. Arrivée à Saint-Denis il y a 25 ans pour poursuivre ses études, elle a su prendre, au fil des engagements et des formations, une nouvelle mission au Service national de la pastorale des migrants et des personnes itinérantes.

Cette femme de 45 ans, mariée avec Philippe, lui-même originaire des Antilles, est maman de deux enfants. Tout ce petit monde réside Cité Duclos à Saint-Denis depuis la naissance du premier. En arrivant sur les lieux, on ne s'attend pas à voir des petits immeubles bien insérés dans la verdure, mais plutôt des barres d'immeubles sans âme... Jacqueline me raconte ses engagements de vie à la suite de rencontres providentielles. Tout d'abord avec Marcel Piot (De la congrégation Saint Jean Bosco) qui a su accueillir le couple qui se préparait alors au mariage. Puis une religieuse du Prado, résidant également à Saint-Denis, qui l'a repérée à la messe et lui a proposé de rejoindre l'Action catholique des enfants (ACE). « Nous étions nostalgiques et voulions repartir chez nous, mais ces personnes nous ont donné le déclic pour rester. »

Une autre image de Dieu
Jacqueline, élevée dans une famille pratiquante, allait à la messe le dimanche et priait à la maison sans se poser de question... Mais lors d'une rencontre à l'ACE, elle a entendu un appel. Si tous les enfants sont aimés de Dieu, toi aussi tu es aimée de Dieu. « Ce jour-là, j'ai compris que je devais prendre ma place dans l'Eglise et la société. » La société commence dans cette Cité de 360 logements. Avec l'association « Day lanmen » (Donnons-nous la main), Jacqueline développe depuis quinze ans un soutien scolaire. Avec 30 enfants en primaire et 12 au collège, ils font le plein des capacités d'accueil. « A Noël, on partage autour d'un pot d'amitié. Ce temps fort est attendu par les parents. » Une initiative rendue possible après la création de l'amicale des locataires qui, en son temps, a eu une action importante auprès des jeunes, pour les aider à sortir de l'errance et la drogue. « Cette amicale est un peu en difficulté par manque de renouvellement. Comment peut-on créer un meilleur vivre ensemble si chacun reste dans son coin ? »

On m'a accueillie comme je suis
Les jeunes, elle les rencontre là où ils sont. Ceux du quartier ne viennent pas forcément à la messe et des idées pour les rejoindre ne manquent pas. « Au sein de la mission ouvrière de ma paroisse de Saint-Denis de l'Estrée, on s'échange des noms... Comme j'ai eu longtemps des jeunes à l'ACE et qu'ils sont maintenant jeunes couples ou chargés de famille, je peux facilement les inviter à une rencontre. » Nouvel engagement, nouvelles rencontres... « J'ai eu beaucoup de grâce de fréquenter, au sein de l'Action catholique ouvrière, Bernadette et François Quieffin, ainsi que le père Jacques Gueddi. Ces personnes m'ont accueillie comme je suis. » Ses origines l'amènent à prendre des responsabilités à l'aumônerie nationale Antilles Guyane.

Pour devenir soi, on a besoin de savoir qui l'on est
En 1998, la célébration du 150e anniversaire de l'abolition de l'esclavage la marque profondément. « Je réalise que j'ai une totale ignorance de l'histoire des Antilles, de l'esclavage... Ces événements vont me bouleverser. » A l'aumônerie, Jacqueline va suivre les traces du père Lacroix, un « Blanc-pays » comme on dit, des métropolitains arrivés après l'abolition de l'esclavage qui se sont mis aux côtés du peuple antillais. « Le père Pierre a sillonné la France pour que les prêtres métropolitains puissent mieux accompagner les antillais. On a besoin de savoir qui l'on est, faire mémoire, connaître ses racines... mais on doit aussi aider son peuple et les autres peuples à s'ouvrir sur une espérance sans enfermement. » Son combat aujourd'hui, veiller à l'équilibre entre engagement "politique" et mission pastorale. Pour Jacqueline, l'expérience de Jésus Christ nous accompagne dans les épreuves et dans la joie.
 

Bruno Rastoin