Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

L'église catholique en Seine-Saint-DenisAssociation diocésaine de Saint-Denis-en-France
S'inscrire à la newsletter
Navigation
Je recherche
Actions sur le document
  • Imprimer

Vatican II - 1962... 2012 (N°7 / Oct.-Nov. 2012)

Le concile Vatican II, un concile qui a changé l'Eglise il y a 50 ans, un concile à (re)découvrir aujourd'hui au moment où les catholiques du monde entier s'apprêtent à entrer dans l'Année de la foi (11 oct. 2012-24 nov. 2013).

têtière quatre pages 70x70.jpg Lire "Quatre Pages"

La jeunesse du concile Vatican II, 50 ans après !

Par Marc Fassier, prêtre à Bondy

Fêter un anniversaire comporte toujours en soi une certaine ambiguïté. Que fêtons-nous ? Le jour en soi pour sortir de la monotonie du quotidien, les années écoulées avec une pincée de nostalgie ou bien les années à venir avec appréhension ou confiance ? 50 ans, c’est l’âge où l’on commence en général à regarder en arrière car on sait que le temps passé est plus long que le temps à venir. Mais 50 ans pour une Eglise qui a 2 000 ans et l’avenir de Dieu devant elle, qu’est-ce que c’est !

Faisant partie de la génération de ceux qui sont nés après le 10e anniversaire de la fin du concile Vatican II, je ne voudrais pas simplement être invité pour ces 50 ans à une réunion des anciens, de ceux qui auraient vécu un événement que je n’ai pas eu la chance de vivre. Vous voyez, un peu ce genre de réunion de famille où l’on se rappelle les temps anciens. Dans ce cas là les enfants ont vite envie d’aller jouer dans le jardin. Il me semble que ce n’est pas dans cet esprit que Benoît XVI nous invite en cette année de la foi à retourner vers le concile Vatican II, faisant coïncider cet anniversaire avec l’ouverture d’un synode sur la nouvelle évangélisation et une année d’approfondissement de la foi.

C’est dans cet esprit de renouveau que j’aimerais que notre Eglise célèbre ces 50 ans pour redécouvrir la jeunesse de l’Eglise, celle de ses commencements. Car l’Eglise est jeune si nous levons un peu la tête, c’est la jeunesse au milieu de laquelle nous étions il y a peu à Madrid et dans quelques mois à Rio [Journées mondiales de la jeunesse], c’est la jeunesse de nos communautés chrétiennes, c’est la jeunesse des plus anciens d’entre nous qui par leur fidélité à l’Evangile nous montrent la voie de l’avenir ! J’aimerais parfois dire halte au fatalisme, à la critique d’une Eglise vieillie… Devenons jeunes de la foi que tant de nos contemporains attendent. De cette génération qui attend que l’on redise la beauté d’une alliance fidèle entre un homme et une femme pour le plus grand bien de l’enfant, qui cherche un sens à la valeur du travail dans notre société, de toutes ces personnes qui ont soif d’une rencontre avec la Parole de Dieu pour donner souffle à chacune de leur journées, de ce désir de vivre de belles liturgies comme rencontre profonde du Christ Ressuscité qui nous entraine dans sa Résurrection, du désir de vivre au sein de communautés chrétiennes vivantes dont l’unité est signe pour notre temps souvent divisé. Et si cette jeunesse nous la retrouvions aujourd’hui dans le concile Vatican II, et si des réponses aux soifs contemporaines se trouvaient inscrites clairement dans le concile.

Voici quelques exemples de l’actualité conciliaire, que nous pourrions approfondir pendant ce temps d’anniversaire du concile…

Sur la Bonne Nouvelle du mariage, il nous est rappelé que « La santé de la personne et de la société tant humaine que chrétienne est étroitement liée à la prospérité de la communauté conjugale et familiale » (Vatican II, Constitution sur L’Eglise dans le monde de ce temps, n. 47). Allez lire la suite, ça vaut le coup en ce moment !

Sur le sens du travail, tout un chapitre de la constitution sur l’Eglise dans le monde de ce temps redit la valeur éminente du travail. Je ne peux le citer en entier mais je pense à une discussion récente dans un groupe de foyers chrétiens sur cette question de l’équilibre entre le travail et la vie familiale. Ainsi le Concile rappelle que « comme l’activité économique est le plus souvent le fruit du travail associé des hommes, il est injuste et inhumain de l’organiser et de l’ordonner au détriment de quelque travailleur que ce soit ».

Au-delà de ces questions sociales, l’actualité du Concile réside dans ce retour au commencement de l’Eglise qu’est le commencement de la nouvelle humanité, la rencontre du Christ Ressuscité, vainqueur de toute mort. Ce retour s’opère par l’urgence de la rencontre vivante entre l’homme et Dieu qui lui parle par le moyen de la méditation de l’Ecriture, et c’est là tout le sens de la belle Constitution sur la Révélation divine, il s’opère au sein d’une Eglise « corps du Christ, temple de l’Esprit Saint, peuple de Dieu aux charismes organisés les uns par rapport aux autres » (Constitution sur le mystère de l’Eglise). Le retour au commencement de vie s’opère par un recentrage sur le Christ dans la liturgie dont l’œuvre lui appartient : « la liturgie est le sommet auquel tend l’action de l’Eglise, et en même temps la source d’où découle toute sa vertu » (Concile Vatican II, Constitution sur la liturgie).

J’ai mis en exergue quelques points d’actualité du concile Vatican II pour redire combien la foi est jeune, qu’il nous faut l’annoncer comme jeunesse de la vie du Christ qui se donne à toute personne qui a soif de la vraie vie !

Pour lire l'un des documents, cliquez sur la page concernée

 
 

D'hier à aujourd'hui, des témoins nous parlent du concile Vatican II...

Voir la vidéo

 

Lire également le dossier publié dans le journal diocésain « Quatre pages », n°7 (oct-nov. 2012), disponible gracieusement dans les églises en Seine-Saint-Denis et en page d'accueil de ce site.

----

Pour préparer le 50e anniversaire du concile Vatican II, 25 délégués du diocèse de Saint-Denis sont allés à Lourdes en mars 2012 les diverses délégations de l’Eglise de France, soit près de 3 000 personnes. Dans leur grande majorité, les personnes de la délégation de Saint-Denis sont nées après Vatican II… « des catholiques qui vivent le concile sans le savoir », a tenu à préciser le père Eugène Doussal, vicaire général. Durant deux jours, beaucoup ont pris conscience de la chance de pouvoir vivre ce temps fort en Eglise. Témoignages…

3 questions à… Evelyne (Saint-Denis) et à Marie (Gagny)


Qu’as-tu reçu du message de Vatican II à Lourdes ?

Evelyne : Aller à Lourdes n’est jamais neutre, c’est un moment fort de son existence. C’est aller à la source comme sainte Bernadette, et dans le cas de l’anniversaire des 50 ans de Vatican II, c’est se ressourcer dans les changements opérés dans l’Eglise par l’Esprit Saint au cours des trois années de ce Concile. Etre plongée au sein de l’Eglise de France, au milieu de 2500 invités, partager sa foi avec d’autres amis chrétiens a été pour moi une grâce, une immense joie. Joie de revoir Lourdes où je n’étais pas allée depuis plus de 35 ans : voir les transformations du lieu, toujours vivant, toujours actuel, être en communion avec tous les pèlerins qui y sont passés et qui y viendront. Ce fut pour moi un retour aux sources de ma foi et de mon engagement dans l’Eglise.

Marie : Vatican II, je suis tombée dedans quand j'étais petite ! Si ce n'est une réforme de la liturgie, je ne savais pas très bien ce que c'était. Entendant tout et n'importe quoi, j'ai choisi d'étudier les textes pour mieux comprendre. Ce temps à Lourdes n'a donc pas révolutionné ma vision du Concile. Ceci dit, comme chaque grand rendez-vous d'Eglise, j'y ai reçu du dynamisme, et une relecture de ces beaux textes si actuels (50 ans !) qui me donnent l'envie de les transmettre à d'autres.


Quels sont pour toi les éléments déterminants du concile Vatican II ?

Evelyne : C’est un message universel. « Le concile Vatican II est sans doute l’événement le plus important de l’histoire du 20e siècle », s’exclamait alors le Général de Gaulle. Les politiques aussi ont été touchés par la démarche de l’Eglise de s’ouvrir au monde. L’Eglise est « une » et en même temps « diverse ». C’est cette reconnaissance de la diversité qui est un des éléments forts de Vatican II. L’unité des chrétiens est à construire constamment. Ce n’est pas l’éclatement, l’Esprit Saint y veille, mais c’est la reconnaissance d’un parcours spirituel différent pour chacun.
L’Eglise pose un regard positif et bienveillant sur le monde ; elle ne le regarde plus d’en haut. Il n’y a plus d’anathèmes : avant les suicidés ne pouvaient pas avoir de cérémonie religieuse pour leurs obsèques. Aujourd’hui, l’Eglise essaie de comprendre le monde dans lequel elle est. Elle entre en dialogue pour répandre sur tous les hommes la lumière du Christ. Elle s’adresse à tous les hommes comme à des amis ; la parole de Dieu c’est le Christ lui-même et elle est donnée à chacun. C’est aussi l’envoi en mission des laïcs qui doivent témoigner de leur foi, donner de l’Espoir, de l’espoir aux jeunes, à tous.

Marie : L'élément le plus visible est la réforme liturgique, avec l'utilisation des langues parlées permettant au plus grand nombre d'accéder à la compréhension du Mystère. A condition d'assurer une vraie catéchèse. Pour beaucoup : « qui procède du Père et du Fils », c'est du latin ! L'élément majeur, je pense, est l'Eglise qui se redéfinit pour mieux porter le Christ au monde d'aujourd'hui. Un élément qui m'impressionne, c’est la place donnée à la conscience… "sanctuaire" (Cf. Gaudium et Spes ch1, §16) où l'homme est seul avec Dieu et où sa voix se fait entendre. Il existe donc en chaque homme, un lieu où Dieu se trouve, lui permettant d'accéder à la Vérité, et lui donnant sa vraie dignité.


Que dirais-tu de la mission de l’Eglise dans notre société, dans le monde ?

Evelyne : La place des laïcs dans l’Eglise est de s’engager, « N’ayez pas peur ! » A travers les décennies écoulées les différents Saints-Pères nous ont exhortés à œuvrer pour le monde au nom de notre foi. Ainsi le rôle de chaque baptisé est de participer à la construction du monde toujours renouvelé. Un monde en perpétuel mouvement, dans lequel les laïcs témoignent de l’amour du Christ, là où ils sont et là où ils vont être appelés, je pense notamment à l’église missionnaire à laquelle nous sommes liés. La foi est une force qui unit chaque chrétien les uns aux autres mais aussi chaque croyant en Dieu et tous les frères incroyants. C’est une révélation d’amour au milieu du chaos. C’est Dieu qui se donne et à l’image du Christ, avoir la foi c’est aimer l’autre, voir en lui un frère. C’est donner de soi aux autres, faire passer les autres avant soi. C’est aussi écouter la Parole et la mettre en pratique : « pratiquer la Parole ». C’est aussi la connaître, l’étudier. C’est « redécouvrir la joie de croire et l’enthousiasme de communiquer la force et la beauté de la foi », extrait du message du pape Benoît XVI lu à Lourdes. C’est aussi admettre d’être en décalage avec la société, d’être minoritaire sur des sujets de société parfois brûlants, l’avortement, le divorce, le mariage des prêtres, le mariage des homosexuels… Le rôle de l’Eglise est d’être à l’Ecoute et se laisser guider par l’Esprit Saint. Ne pas condamner mais expliquer faire preuve de compassion. Poursuivre et amplifier Vatican II : « Le Concile est comme la « boussole » qui permet de s’orienter dans le vaste océan du 3e millénaire » Jean-Paul II fin du jubilé 2000.

Marie : Aujourd'hui, la mission de l'Eglise est la même qu'il y a 2000 ans : révéler au monde que Jésus-Christ, Fils de Dieu, est mort et ressuscité pour nous sauver. Si l'évangélisation est nouvelle, c'est par sa forme, pour le monde d'aujourd'hui, et par son ardeur ! Comme le chante les jeunes aux JMJ : « le Feu est allumée aujourd'hui ! »

 

----
Vatican II à travers les yeux du jeune théologien Joseph Ratzinger (Benoît XVI)

Textes et ouvrages sur Vatican II (Librairie La Procure)

 

Repères

Concile Vatican II
• 11 octobre 1962 : ouverture par le pape Jean XXIII
• 3 juin 1963 : mort de Jean XXIII
• 21 juin 1963 : élection du pape Paul VI
• 8 décembre 1965 : clôture solennelle

Année de la foi
• Du 11 octobre 2012 au 24 novembre 2013.
Tous les textes du Concile et de l’Année de la foi (Porta fidei) sont accessibles sur le site du Vatican.

A lire et à voir
L’ABC de Vatican II, hors-série La Croix
L’événement Vatican II, John W. O’Malley, Ed. Lessius, 2011
Des prêtres dans le souffle de Vatican II, Ed. de l’Atelier
Vatican II raconté à ceux qui ne l’ont pas vécu, Daniel Moulinet, Ed. de l’Atelier
Vatican II, hors-série Mission de l’Eglise, N°174, janv. 2012
Vatican II, des images, des témoins, Ed. Le Jour du Seigneur (DVD)
De nombreux supports sont disponibles à la librairie La Procure


A voir

► CFRT/Le Jour du Seigneur : Qu’est-ce que Vatican II ? (14 séquences)
► KTO : Regard sur Vatican II (Cardinal Poupard, 23/06/12 - 1h07")

 

A écouter

Radio Vatican : Le concile Vatican II vu par le cardinal Poupard (6’51")
« Le concile Vatican II », Cardinal Poupard - Ed. Salvator, 2012 - 16 euros
 

Mots-clés associés :