Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Association diocésaine de Saint-Denis-en-France
  • dscf0794-ok.jpg
Actions sur le document
  • Partager

150 jeunes de Seine-Saint-Denis à Taizé...

Du 5 au 10 mars, les lycéens qui préparent le sacrement de confirmation se sont rendus à Taizé pour une retraite. Ils étaient 150, accompagnés de leurs animateurs et de notre évêque. La magie de Taizé a bien fonctionné : la joie de la rencontre, la découverte de la prière et de l’intériorité, la surprise d’une vie extrêmement simple.

C’est la première fois que les jeunes avaient répondu aussi nombreux à cette invitation : de Montreuil, Drancy, Montfermeil, Noisy-le-Sec, Noisy-le-Grand et Bobigny.

Le groupe du diocèse s’est retrouvé parmi des jeunes du diocèse de Lyon et de Savoie, sans oublier un petit groupe de protestants de l’Ouest parisien.

Frère Benoît les a accompagnés toute la semaine pour les « introductions bibliques ».

Les animateurs ont été marqués par la disponibilité des jeunes pour entrer dans la proposition, de leur créativité pour exprimer leur foi dans la culture du 93… Certaines mises en scènes de l’Evangile ont "secoué" de rire les 400 personnes présentes à l’introduction biblique du frère Benoît !

Quelques photos de la retraite

Pêle-mêle quelques réactions récoltées le dernier jour…

Ce qui t’a le plus étonné à Taizé ?
« Pour manger, on n’a pas de couverts, juste une cuillère. C’est vraiment le minimum. Mais en fait, on s’y fait, on n’est pas découragé… »
« Ici, les gens sont ouverts, on peut se faire beaucoup d’amis… »
« Ce qui m’étonne le plus ici, c’est le calme… »
« Je me suis étonnée moi-même, j’ai réussi à parler plus facilement aux autres. »

Ce que tu as le plus aimé ?
« On a pu regarder l’Evangile de notre façon, cela nous a aidés à mieux vivre notre foi. »
« Les rencontres de nombreuses nationalités ; j’ai pu communiquer, même si je ne suis pas très bon en anglais ! »
« Le silence : ça aide à bien réfléchir. »
« La confession, avec les chants et le silence. Ici, on peut se confesser de façon plus profonde. »
« J’ai compris que les frères ne prient pas seulement pour eux, mais pour tout le monde. »

Ce qui va t’aider pour la suite de ta vie ?
« Les rencontres en petits groupes m’ont ouvert l’esprit, cela m’a aidé à mieux respecter les autres et comprendre chaque personne. »
« Je vais essayer de me calmer et regarder les choses du bon côté. La prière et le silence vont m’aider à chercher au fond de moi la bonne réponse à mes questions. »
« Je vais essayer d’être plus serviable. »
« Pour mieux me concentrer sur ce que je dois faire, je vais essayer de prendre un temps pour le silence. Et aussi "réglementer" ma vie à la maison : me donner un emploi du temps pour mieux faire les choses. »
« Maintenant, je parlerai plus facilement aux autres de ma religion, je serai moins timide… »


Extrait du journal de bord d’Emmanuel, animateur à Montreuil-sous-Bois

A Taizé depuis hier soir, on m’a mis une casquette d’animateur… C’est la première fois que je fais cela ! Ici, on vit avec simplicité et les assiettes sont peu remplies... Les jeunes râlent un peu, je les comprends.
Pour la réunion du soir, j’espère qu’on arrivera à avoir le silence pour entendre le père Laurent, parce qu’au milieu des jeunes, les vannes fusent en permanence ; ils se connaissent tous trop bien pour se taire. Derrière moi, un groupe de filles provoquent et refusent de se taire…
Le lendemain, les mêmes filles débarquent par hasard dans mon groupe d’aumônerie. Tiens… est-ce un hasard ?... ou l’Esprit Saint veut-il me les faire connaître ?

Je mets en pratique la 1ère règle à Taizé : faire confiance !

Ces jeunes ont la foi et l’expriment avec une forte spontanéité. Je les ai vus improviser du hip hop chrétien ! Indomptables, mais de bonne volonté ; turbulents, mais à l’heure ; (très) chahuteurs mais silencieux pendant les trois heures de prières quotidiennes. Le miracle de Taizé - ou encore de l’Esprit Saint - prépare avec bienveillance l’étonnante "armée" de Dieu de demain.

J’ai aimé ces jeunes et je te les confie Seigneur. Tout s’est bien passé et je suis heureux, merci mon Dieu !