Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Association diocésaine de Saint-Denis-en-France
  • dscf0794-ok.jpg
Actions sur le document
  • Partager

Au delà des apparences…

Homélie de Mgr Pascal Delannoy pour la fête de la Toussaint et inauguration de la plaque « Patrimoine du 20e siècle ». Samedi 1er novembre 2014 – Eglise Tous-les-Saints, Bobigny.

 


Vitraux Max Ingrand
Au delà des apparences…


Les livres d’art qui présentent l’église de « Tous les Saints » à Bobigny évoquent souvent son austérité extérieure. Excepté la grande croix placée devant l’édifice, rien ne laisse supposer au passant ou au promeneur qu’il se trouve devant une église. La sobriété de l’édifice, conçu par l’architecte Gustave Stoskopf, avait pour but d’intégrer cette église dans l’environnement immédiat des immeubles qui l’entourent. Une présence somme toute discrète, à la manière du levain dans la pâte…

Cette austérité extérieure n’encourage pas le passant occasionnel à poursuivre son exploration du lieu en en franchissant la porte d’entrée. Quel dommage, car c’est de l’intérieur que cette église se révèle ! Jugez-en par vous-même : un espace liturgique qui n’est entravé par aucune colonne comme pour mieux nous inviter à la communion fraternelle et surtout, surtout, la beauté des vitraux réalisés par le Maître verrier Max Ingrand, l’un des plus réputés de l’après-guerre et dont les œuvres ont embelli de nombreuses églises. Les vitraux de cette église ont toutefois une place particulière dans l’œuvre de cet artiste puisque, conformément à l’architecture du lieu, il a choisi d’y réaliser un programme abstrait. Regardez : la belle lumière diffusée par les vitraux n’invite-elle pas encore aujourd’hui à la sérénité et au recueillement ?

Je ne sais si telle était la pensée de son concepteur, mais cette église symbolise ainsi tout un chemin spirituel. En effet, le croyant ne peut rester à une première perception du monde ou des personnes ! Le croyant ne peut demeurer extérieur : il est appelé à entrer dans l’invisible du monde de Dieu et du cœur des hommes afin d’y découvrir la lumière de l’amour et de l’espérance. C’est ce que fait l’apôtre Jean dans le livre de l’Apocalypse ; il nous fait voir cette foule immense que nul ne peut dénombrer, une foule de toutes nations, races, peuples et langues. Il nous fait entrer dans le monde de Dieu et nous fait voir ceux et celles pour lesquels s’est déjà accompli la parole entendue dans la deuxième lecture : « Lorsque le Fils de Dieu paraîtra nous serons semblables à lui parce que nous le verrons tel qu’il est ».

Avancer sur le chemin de la sainteté c’est regarder au delà des apparences, des à priori, des jugements globalisants. Avancer sur le chemin de sainteté c’est regarder et se réjouir de ce que peuvent faire les hommes et les femmes de ce temps, croyants et incroyants, lorsqu’ils prennent au sérieux les mots de vérité, de justice, de paix, d’amour, de miséricorde, de pardon. Avancer sur le chemin de sainteté, c’est pouvoir proclamer les béatitudes en mettant derrière chacune d’entre elles les noms et les visages de nos voisins, de nos amis, de ceux que nous rencontrons dans l’ordinaire et l’extraordinaire de nos vies !

La sainteté n’est pas réservée à une élite qui serait composée essentiellement de curés, de papes et de religieuses ! La sainteté est le programme de vie de tous les baptisés ! A la suite du Christ et avec le Christ, chacun d’entre nous est appelé à emprunter ou à poursuivre la route des Béatitudes ! Nous ne voulons pas être parfaits, car nous savons bien que c’est impossible, nous voulons « seulement » être des saints et des saintes, des hommes et des femmes qui avec leurs qualités et leurs défauts, prennent l’Evangile au sérieux !

Dans son exhortation apostolique, la joie de l’Evangile, le pape François écrit :

« A tous les moments de l’histoire, la fragilité humaine est présente, ainsi que la recherche maladive de soi-même, l’égoïsme confortable et, en définitive, la concupiscence qui nous guette tous… Par conséquent, ne disons pas qu’aujourd’hui c’est plus difficile : c’est différent. Apprenons plutôt des saints qui nous ont précédés et qui ont affronté les difficultés propres à leur époque » (§ 263).

Apprendre des saints, c’est ce que nous voulons faire en cette journée qui leur est dédiée. Apprendre des saints afin que nous-mêmes nous soyons saints ! Amen !

+ Pascal Delannoy
Evêque de Saint-Denis-en-France


Télécharger l'homélie de Mgr Pascal Delannoy


Photos : G. Gonnet


L'église Tous-Les-Saints à Bobigny labellisée Patrimoine du XXe siècle