Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Association diocésaine de Saint-Denis-en-France
  • bun22161-ok.jpg
Actions sur le document
  • Partager

August Sander : exposition "Persécutés / Persécuteurs des Hommes du XXe siècle"

Du 8 mars au 15 novembre 2018, le Mémorial de la Shoah consacre une grande exposition à des séries de portraits réalisés pendant le IIIe Reich par l’une des figures majeures de la photographie allemande, August Sander (1876-1964).

Internationalement reconnu comme l’un des pères fondateurs du style documentaire, August Sander est l’auteur de nombreuses photographies iconiques du XXe siècle.

 
Exerçant son activité dans son atelier de Cologne, August Sander entreprend au sortir de la Première Guerre mondiale un projet qui deviendra celui d’une vie : dresser, sous le titre d’Hommes du XXe siècle, le portrait photographique de la société allemande de la république de Weimar. Alors que son premier ouvrage est, en 1936, interdit à la vente par le régime national socialiste, il réalise vers 1938 de nombreuses photographies d’identités de Juifs persécutés puis pendant la Seconde Guerre mondiale des images de travailleurs étrangers. August Sander intégrera ces images ainsi que celles faites par son fils Erich dans la prison où il meurt en 1944, Hommes du XXe siècle, tout comme les portraits des nationaux-socialistes réalisés avant et pendant la guerre. N’ayant pu publier cette oeuvre gigantesque de son vivant, ses descendants poursuivent son objectif jusqu’à aujourd’hui.

 

Ces images, complétées de tirages contacts, de correspondances et d’éléments biographiques sur les personnes photographiées sont exposées ensemble pour la première fois. Elles donnent à voir les portraits d’hommes et de femmes victimes d’une idéologie, qui s’inscrivent ici dans toute leur dignité au rang des Hommes du XXe siècle, dont les nazis avaient voulu les exclure.

L’exposition présente 120 portraits, extraits des Hommes du XXe siècle et des tirages contact inédits.
Entrée libre.

 

À travers l’expression d’un visage, nous pouvons immédiatement déterminer quel travail il [l’individu] accomplit ou n’accomplit pas, dans ses traits nous lisons s’il éprouve du chagrin ou de la joie, car la vie y laisse immanquablement ses traces. Un poème dit : "Dans chaque visage d’homme, son histoire est écrite de la façon la plus claire. L’un sait la lire, l’autre non." August Sander

 
MEMORIAL DE LA SHOAH
17 rue Geoffroy-l’Asnier 75004 Paris
Tél. : 01 42 77 44 72
Site Internet de l'exposition