Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Association diocésaine de Saint-Denis-en-France
  • dscf0794-ok.jpg
Actions sur le document
  • Partager

Benjamin Vergniaud, Fils de la Charité, a été ordonné le 23 juin 2012 par Mgr Delannoy

Cette ordination presbytérale a eu lieu dans une église comble, celle de Notre-Dame-du-Rosaire à Saint-Ouen.

Lire et/ou télécharger l'homélie de Mgr Pascal Delannoy

Quelques photos de la célébration

Témoignage de Laura, jeune paroissienne de ND du Rosaire

Il n’est pas courant d’assister à l’ordination d’un prêtre. C’est un moment exceptionnel qui vient enrichir la vie d’une paroisse. L’ordination de Benjamin à Saint-Ouen le 23 juin dernier a été un véritable moment de joie et de communion pour les paroissiens de Saint-Ouen dont je fais partie. Se retrouver ensemble pour être témoin de cette union entre Benjamin et Dieu, quel bonheur ! J’ai été touchée par l’abandon total de l’homme devant Dieu. D’ailleurs, au moment de la litanie des saints, lorsque Benjamin était allongé par terre, j’ai compris l’immensité de la tâche que Dieu allait lui confier, celle d’un pasteur au service des siens. Un regard vers sa famille suffisait à comprendre que bien des gens étaient là pour le soutenir et l’aider dans cette tâche. La mission choisie par Benjamin, d’autres la connaissent bien… ils étaient nombreux, tous les Fils de la Charité, la deuxième famille de Benjamin, à porter un regard bienveillant, encourageant et priant. J’ai aussi été frappée par l’intensité ressentie lors de l’imposition des mains de tous les prêtres sur Benjamin. C’est comme s’ils lui confiaient quelque chose de précieux ; de ma place, on aurait dit que chacun soufflait un secret personnel à Benjamin. L’image est enfantine mais l’idée est là, c’est Dieu qui était là au milieu de nous !
Cette complicité familiale, ce soutient amical des paroissiens, cette fraternité de la communauté religieuse des Fils de la Charité, c’était l’amour de Dieu, présent pour mettre entre les mains de Benjamin la vocation d’être prêtre. Et je rends grâce au Seigneur de m’avoir permis de partager et de vivre ce moment avec toutes ces personnes.

 

Témoignage de Edwin, jeune paroissien de ND du Rosaire

Ce samedi 23 juin 2012, jour de fête en l'église Notre-Dame du Rosaire à Saint-Ouen. Un nouveau prêtre est ordonné par Mgr Pascal Delannoy ; il s'agit de Benjamin Vergniaud.
Pour l'occasion, tous les membres de sa congrégation (Les fils de la Charité), en France et au-delà se sont déplacés. Ce fût un beau témoignage de solidarité. Ce fût un moment d'autant plus fort que toute la paroisse était là pour l'événement, ainsi que la famille de Benjamin, venue de Dordogne.
C'est la première fois que j'assistais à une ordination. En tant que laïc, j'ai toujours imaginé cette cérémonie comme froide et austère… En réalité, c’est totalement différent, c'est une célébration que l'on pourrait (même) comparer à un mariage. On garde en tête de très belles images comme celles où, à genoux devant l'évêque, tous les prêtres présents apposent leurs mains sur la tête de Benjamin. Benjamin enfilant sa chasuble, et enfin la plus belle de toutes à mon avis est celle ou il donne pour la première fois la communion en tant que prêtre !

 

Témoignage de Myriam, amie de Benjamin (Bordeaux)

Un après-midi sous les arbres...
- Bonjour... Tu ne serais pas Agnès ?
- Ah ! Mais qu'est-ce que tu fais là ? Toi aussi, tu connais Benjamin ?

Retrouvailles surprenantes - verre dans une main, gâteau apéritif dans l'autre - en ce samedi après-midi, 23 juin 2012, à l'ombre des grands arbres, entre l'église et la maison des Fils de la Charité de Saint-Ouen. Retrouvailles d'amis et de connaissances dont les contacts s'étaient parfois dilués avec le temps…

- Elle m'a connue, j'avais 11 ans, j'étais haute comme trois pommes ! s'esclaffe Sœur Agnès.

Oui, cette ordination de Benjamin a été un jour de joie. Joie de la famille Vergniaud réunie autour de Benjamin, joie de sa promo du Centre Sèvres qui en profite pour fêter la fin de l'année, joie des Fils de la Charité qui accueillent officiellement en ce jour le "petit dernier", joie de tous, enfin, de confier Benjamin à Dieu qui, à son tour, nous le confie !