Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Association diocésaine de Saint-Denis-en-France
  • bun21553-ok.jpg
Actions sur le document
  • Partager

C'est surtout la joie que je retiens

Alors qu'il accueillait les jeunes confirmands du diocèse en retraite au sein de sa communauté à Taizé, du 5 au 12 février derniers, frère András est revenu sur sa visite du diocèse de Saint-Denis quelques semaines auparavant en partageant ses impressions et ses aspirations pour accueillir et accompagner au mieux les jeunes du diocèse.

Frère András, communauté de Taizé

Quel est votre rôle au sein de la ommunauté de Taizé ?
Je vis dans la communauté de Taizé depuis 14 ans. Notre mission principale, c’est de vivre un reflet de l’Église, la parabole de la communion. Par des introductions bibliques et des accompagnements personnels, ces dernières années, j’ai été beaucoup impliqué dans l’accueil des jeunes. En dehors des activités pastorales, les frères font différents travaux. Je passe beaucoup de temps devant l’écran entre autres choses pour suivre les questions informatiques...

Pour quelles raisons avez-vous souhaité visiter le diocèse de Saint-Denis ? Aviez-vous des attentes ?
Pour que notre communauté puisse mieux les accueillir [les jeunes du diocèse, ndlr]. Avec quelques frères nous assurons une continuité dans l’accueil des jeunes Français. Puisque les jeunes de Seine-Saint-Denis viennent nombreux à Taizé, il fallait bien leur rendre ces visites dont nous sommes très heureux.
Juste après notre dernière rencontre européenne qui avait lieu à Riga (avec la présence notable de jeunes du 93) et avant les vacances scolaires de février le moment était favorable pour venir chez vous.
Des attentes ? C’était surtout voir et revoir les visages connus ou non, essayer de connaître un peu mieux ce département et voir comment les chrétiens font face aux défis qui sont les leurs.
Par sa grande diversité culturelle et religieuse, le diocèse vit quelque chose d’unique mais qui sera de plus en plus fréquent dans nos sociétés. Ce « laboratoire » avec ses essais et ses initiatives peut devenir prophétique pour beaucoup.

Quel a été le contenu de votre visite ?
Beaucoup de rencontres et de visites toute simples un peu partout. D’Auberviliers à Villemomble et de Montreuil à Pierrefitte. J’ai pu voir différents aspects du diocèse : rencontres avec des groupes de jeunes dans une paroisse de Livry-Gargan, jeunes adultes dans une cité, visite dans une école, une communauté de sœurs, visite de la maison diocésaine, repas et logement chez les habitants, puis encore une soirée de maraude avec des bénévoles...

Que retenez-vous de toutes ces rencontres ?
C’est surtout la joie que je retiens et les rencontres de toutes ces personnes qui veulent tellement se donner. La joie de visiter et d’être visité. Malgré la dimension urbaine c’était aussi comme un « grand village » où l’on se connaît et où emprunter quelques assiettes supplémentaires au voisin est possible...
J’étais étonné de voir le dynamisme du département avec tous ses chantiers qui entraînent aussi un grand mouvement de population : des nouveaux habitants arrivent, d’autres partent... Comment les rejoindre ?

Cette semaine (du 5 au 12 février 2017), c’est la communauté de Taizé qui reçoit près de 400 jeunes confirmands du diocèse de Saint-Denis, leurs accompagnateurs et leur évêque Mgr Delannoy pour un temps de retraite.
Comment accueillez-vous cette visite suite à votre propre visite dans le diocèse de Saint-Denis ?

Nous voulons les accueillir avec les bras et le cœur ouverts. Nous souhaitons qu’ils se sentent ici chez eux. Après avoir visité plusieurs endroits, les noms des lieux me parlent beaucoup plus et les liens fraternels se sont renforcés avec toute notre communauté. Nous tous, nous lisons les nouvelles récentes autrement quand nous savons ces jeunes proches de nous.

Que souhaitez-vous faire vivre à ces jeunes durant cette retraite et que souhaitez-vous qu’ils retiennent et emportent avec eux, à leur retour chez eux, au quotidien et pour la suite de leur parcours de foi ?

Nous souhaitons que par les prières communes, les introductions bibliques, les partages en petit groupes, les services et la vie commune simple, les jeunes fassent une expérience d’Église et qu’ils approfondissent leur relation personnelle avec Dieu. Nous voudrions qu’ils trouvent des mots pour décrire ce qu’ils vivent en eux-mêmes et qu’ils puissent prendre ne serait-ce qu’une petite décision pour leur futur.
 

Vivez en images la retraite des jeunes confirmands à Taizé 2017

Propos recueillis par Anne-Marie Tossou