Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Association diocésaine de Saint-Denis-en-France
  • dscf0794-ok.jpg
Actions sur le document
  • Partager

Entrer dans le mystère de Noël en 7 jours !

Chaque fois que nous ouvrons nos Evangiles au moment de Noël, nous sommes invités à contempler les récits de l'enfance de Jésus...

Parfois considérés comme folkloriques, ces textes sont en fait de vrais témoignages de foi en Dieu. Je vous propose en sept jours de méditer autour de ce mystère de Noël en reprenant chaque texte d'Evangile.


1er jour
Tout commence par un appel. L'ange vient visiter Marie (Luc 1, 26-38), puis Joseph (Matthieu 1, 18-25). Toute la Bible nous le rappelle : Dieu appelle l'homme (« Sois sans crainte »...), il en va de sa liberté de répondre « Qu'il me soit fait selon ta Parole »). Les messages envoyés à Marie et à Joseph sont différents, mais ils manifestent le même désir de Dieu : accueillir la parole de Dieu.

2e jour
Le bébé qui naît n'a nulle part où crécher. Il naît dans « un trou perdu » de la Judée (Michée 5, 1-5 ; Jean 7, 40-43). Plus encore, il n'a pas de place disponible pour l'accueillir (Luc 2, 1-7). C'est dans l'anonymat que le Fils de Dieu naît. Méditer ces textes peuvent nous inviter à nous demander quelle place Dieu a dans notre vie et dans nos projets ? Que pouvons-nous dire de lui ? D'où vient Jésus ? Qui est-il ?

3e jour
Le petit qui vient de naître, reçoit d'étranges visiteurs... Ce sont d'abord de simples bergers venus d'à côté (Luc 2, 8-20). Mais ce sont aussi d'étranges savants venus d'ailleurs qui viennent se prosterner devant l'enfant (Matthieu 2, 1-12). Cet enfant attire à lui tout le monde, pauvres, riches, savants ou sans diplômes. Il y a en tout homme une quête de Dieu, même si les événements de la vie veulent l'étouffer. Cela fait penser à l'attitude de Moïse qui est attiré par le buisson ardent (Exode 3) qui contourne la montagne. Dieu lui dit « N'approche pas » et se révèle à lui comme l'Unique. Avec le petit enfant de la crèche, l'Unique se laisse approcher...

4e jour
Dieu se fait homme. L'infiniment divin se fait homme. Relisons et goûtons aux paroles du Prologue de saint Jean, fruit d'une longue méditation de son auteur (Jean 1, 1-18). L'infini de Dieu prend étrangement la fragilité d'un mortel que nous sommes (Saint Paul aux Philippiens 2, 1-13). Incarnation, passion, résurrection : un même projet, une même œuvre de Dieu pour les hommes.

5e jour
Plus qu'un nom, tout un programme... Cet enfant prend le nom d'Emmanuel. Ce qui veut dire « Dieu avec nous ». Le nom de Jésus veut dire « Dieu sauve ». Depuis les origines notre Dieu fait alliance avec les hommes, il se fait proche, il se fait l'un de nous. Il nous conduit vers son éternité de vie, il nous délivre et nous sauve (Isaïe 7, 13-14 ; 9, 1-6 ; Matthieu 1, 21 ; Luc 2, 27-32).

6e jour
Une naissance... mais aussi la mort ! Noël est une grande fête de la joie, mais elle nous fait pointer l'horizon de la passion de ce Fils de Dieu. Nous le disions. il n'y avait pas de place pour accueillir le Fils de Dieu (2e jour). De plus, cet enfant devenu adulte sera source de contradictions et de rejet. L'homme est capable de rejeter l'amour de Dieu ! (Matthieu 2, 13-18 ; Luc 2, 33-35).

7e jour
Noël est une invitation à renaître (Jean 3, 1-16) dans la foi, l'espérance : la foi en la vie, aux autres, en l'homme. Dieu, par notre baptême nous fait naître à la vie éternelle. De ce fait, Noël est aussi une invitation à espérer et à attendre la venue du Seigneur (2e Lettre de Pierre 3, 3-14). Car par lui et avec lui tout être est rendu participant à la vie éternelle.


Père Frédéric Benoist, curé du Raincy
Extrait du « Messager » n°487


« Dans cet enfant nouveau-né, fais-nous reconnaître en vérité ta parole vivante, reflet resplendissante de ta gloire. »
Oraison des laudes du jour de Noël