Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Association diocésaine de Saint-Denis-en-France
  • dscf6364-ok.jpg
Actions sur le document
  • Partager

Il ne me demandait rien d’autre que de marcher avec Lui

Samedi 26 mai dernier, sœur Élodie Blondeau, religieuse de la congrégation des Petites Sœurs du Sacré-Cœur de Charles-de-Foucauld, a fait sa profession perpétuelle en l'église Saint-Joseph à Villeneuve-la-Garenne.

Au début de la célébration, présidée par le père Eugène Doussal, vicaire général du diocèse de Saint-Denis, soeur Elodie, qui vit en communauté à l'Île-Saint-Denis, a livré un témoignage sur son cheminement.

« Si je suis là aujourd’hui, c’est grâce à une Rencontre… une Rencontre avec Dieu qui s’est révélé à moi comme étant Quelqu’un. Quelqu’un qui m’aime et qui me comprend, qui est venu me rejoindre dans ma solitude et mes enfermements, en ouvrant devant moi un passage et en libérant la parole.

Dieu qui s’est révélé à moi sous les traits de Jésus-Christ, d’abord le Maître dont j’admirais la liberté et dont les paroles me touchaient, puis comme l’Ami à qui je pouvais me confier et avec lequel dialoguer, puis le Bien Aimé qui m’a séduite en me révélant ma valeur et ma beauté.

Dieu qui s’est révélé à moi à travers le visage du pauvre, de celui qui n’a rien et qui n’est rien auquel le Christ s’est identifié.

Dieu qui s’est révélé à moi dans la rencontre avec l’autre différent culturellement et religieusement, me faisant découvrir les trésors d’une hospitalité toute simple porteuse de salut.

Dieu qui s’est révélé à moi à travers le visage de la Fraternité où j’ai rencontré des sœurs passionnées de Dieu et de l’Evangile, enracinées en Christ et ouvertes à l’humanité, mêlant leurs vies à celles des gens simples et insignifiants aux yeux du monde.

En arrivant à la Fraternité,  j’imaginais avoir à servir Dieu en faisant des sacrifices ou des actions héroïques. J’ai compris progressivement qu’Il ne me demandait  rien d’autre que de marcher humblement avec Lui en apprenant de Lui à aimer et en commençant par me laisser aimer… un chemin qui n’est pas tout tracé mais qui se fait en marchant…

un chemin où je n’ai pas à avoir peur de tomber ou de me tromper…

car quoi qu’il arrive, je sais qu’Il est avec moi, même si c’est sur le mode de l’absence.

Ce sont ces visages de Dieu que disent les mots des textes de la liturgie que j’ai choisi pour cette célébration.

Si j’ai pu connaître ces Visages c’est grâce à tous les visages humains qui par leur vie et par leurs paroles me l’ont découvert. Pour tous ces visages et pour tous vos visages, je Lui rends grâce et Lui rends Gloire à Lui notre Grand Dieu ! »

Soeur Elodie Blondeau,
Petite Sœur du Sacré-Cœur de Charles-de-Foucauld