Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Association diocésaine de Saint-Denis-en-France
  • dscf9927-ok.jpg
Actions sur le document
  • Partager

Mgr Pascal Delannoy : « Discerner pour choisir et agir ! »

Message de l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle, Mardi 2 mai 2017.

(c) Guillaume Poli / Ciric

Discerner pour choisir et agir !


Au premier tour de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête dans le département de la Seine-Saint-Denis avec 34% des suffrages exprimés. François Fillon et Benoît Hamon n’ont recueilli respectivement que 12,8% et 8,4%. Autant dire que les partis traditionnels n’ont pas réussi à répondre aux attentes d’une population qui, pour le quart d’entre elle, vit en-dessous du seuil de pauvreté. Cette population attend des réponses à ces questions essentielles que sont le logement, l’emploi, la famille, l’éducation, la sécurité, la violence… Ainsi, par exemple, dans le département le plus jeune de France (43% de la population a moins de 30 ans), comment s’habituer à ce que les jeunes générations soient particulièrement touchées par le chômage ? Comment pouvons-nous supporter que notre société n’attende rien d’une partie de sa jeunesse ?

Pour beaucoup d’habitants de notre département, il est acquis que leurs préoccupations et inquiétudes sont ignorées ou caricaturées par le reste de la France qui, trop souvent, se contente de stigmatiser ce département réputé à « problèmes ». Les habitants de la Seine-Saint-Denis souffrent que l’on n’évoque que trop rarement les ressources et les richesses de ce territoire marqué par une grande diversité culturelle et religieuse. Ainsi, le score « modéré » de Marine Le Pen (13,6% des suffrages exprimés) est le signe que la fraternité, la solidarité, le respect de l’autre qui animent nombre d’habitants de notre département sont les meilleures réponses que l’on puisse apporter aux discours qui veulent semer la discorde, la méfiance et la peur. Comment ne pas se réjouir ici du rôle des associations, des municipalités, des religions, des familles pour rendre le vivre ensemble possible ? Toutefois, chacun a conscience de la fragilité de ce vivre ensemble s’il n’est pas accompagné par une politique qui apporte des réponses concrètes aux questions posées ci-dessus. Réponses qu’il faudra déployer patiemment, mais avec persévérance et fidélité, dans les mois à venir !

A la veille du second tour des élections présidentielles, reprenons conscience que notre engagement citoyen ne se limite pas au geste, déjà important, qui consiste à déposer un bulletin dans une urne mais qui ne dure qu’un instant ! Au-delà de ce geste, nous devons nous engager dans la durée, selon nos moyens et nos possibilités, pour apporter des réponses aux questions qui nous sont posées. Dans la perspective de cet engagement, chacun pourra lire ou relire les sept points d’attention proposés par le Conseil permanent de la Conférence des Évêques de France en juin dernier (1). Sept points, non seulement pour éclairer nos consciences au moment du vote, mais aussi pour que nous puissions discerner les chemins sur lesquels il faut nous engager, avec patience et fidélité, pour apporter des réponses adaptées aux propos extrémistes de tout bord et, surtout, retrouver l’espérance !

 

+ Pascal Delannoy
Évêque de Saint-Denis-en-France

 

(1) http://www.eglise.catholique.fr/wp-content/uploads/sites/2/2016/06/CP_releflexions_elections_17062016.pdf


Télécharger le message de Mgr Pascal Delannoy