Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Association diocésaine de Saint-Denis-en-France
  • dscf0794-ok.jpg
Actions sur le document
  • Partager

Ordinaire...

La couleur de l'ordinaire, c'est le vert. c'est aussi celle de l'Espérance...

Nous renouons ce dimanche (9 juin) avec ceux dits du « Temps Ordinaire »… Peu glorieux, comme titre ! Et pourtant, ce temps ordinaire représente la majeure partie de nos années, qu’elles soient liturgiques, scolaires, ou même professionnelles ! D’où ce nom : « ordinaire », adjectif du latin ordinarius (« rangé par ordre »), lui‐même de ordo (« ordre »), car c’est, dans l’ordre de classement, celui qui revient le plus souvent.

La couleur de l’ordinaire, c’est le vert. c’est aussi celle de l’Espérance… Parce que le temps ordinaire, ce n’est pas la grisaille du quotidien ! Ca n’a rien à voir, même. Et s’il arrive de confondre les deux couleurs, peut‐être faudra‐t‐il penser à changer de paire d’yeux pour un Père Dieu !

Le temps ordinaire, c’est presque mon préféré… C’est celui de la « lente impatience » de la maturation ; celui au cours duquel tout ce qui a été planté durant l’Avent, Noël, Carême et Pâques montre ses bourgeons et ses fruits. C’est le temps de la vie.

Depuis 20 ans que j’ai reçue la première ordination, je suis heureux de servir le temps ordinaire de l’homme en y recherchant comment s’y exprime l’extraordinaire de Dieu ; heureux de reconnaître le visage du Christ dans l’homme ordinaire : « Le potier n'est‐il pas maître de son argile pour fabriquer de la même pâte un vase de luxe ou un vase ordinaire ? » (Romains 9, 21) ; heureux de collaborer de façon ordinaire avec tant d’hommes et de femmes (que je trouve très souvent extraordinaires - mais je le dis à voix basse pour ne pas me contredire !) pour que grandisse le Royaume de Dieu : « A plusieurs, nous ne formons qu'un seul corps dans le Christ, étant, chacun pour sa part, membres les uns des autres. Mais, pourvus de dons différents selon la grâce qui nous a été donnée... » (Romains 12, 5‐6)

Cela nourrit, jour après jour, ma joie. A vous tous, qui vous sentez si (trop ?) « ordinaires », merci donc d’être ainsi
source de joie…

Père Thomas,
Paroisses du Plateau