Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Association diocésaine de Saint-Denis-en-France
  • dscf0112-ok.jpg
Actions sur le document
  • Partager

Sauvons la terre : quelle est la contribution de nos religions ?

C'est la question posée pour la conférence interreligieuse à quatre voix qui s'est déroulée le 13 janvier 2016 à Montfermeil.

Avec le Rabbin Moshé Lewin, le Pasteur Serge Wüthrich, le Père Frédéric Benoist et l'Imam Lahcène Lablack ; cette rencontre a été organisée par l'association UDPP-93, pour le Dialogue, le Partage et la Paix en Seine-St-Denis, en présence de monsieur le Maire de Montfermeil.


Témoignage...

Une bougie est allumée par les représentants religieux. Sont lus ensuite à 4 voix le psaume biblique (90) 91 et la sourate 1. Puis une minute de silence est observée...

Nos religions insistent toutes sur la nécessité pour l’homme de prendre ses responsabilités personnelles vis-à-vis de la terre, mais aussi vis-à-vis des hommes entre eux. Pas de respect possible de la terre sans penser au respect de ses habitants.

Chacune de nos religions offre des ressources pour nous donner les forces d’une telle conversion. Mais nos sociétés poussent à l’avoir alors que c’est d’abord à l’être que nous devrions penser.

La COP21, c’est bien, mais c’est à chacun, maintenant, de modifier son comportement personnel de consommation ! On ne peut séparer le respect de l’environnement de celui de nos frères. L’éducation se révèle essentielle.

Tous regrettent de ne pouvoir intervenir en écoles publiques avec leurs frères d’autres religions alors qu'ils le font actuellement dans plusieurs établissements privés et que les fruits de ces rencontres sont visibles : ensemble ils peuvent contribuer à la paix et à la tolérance.

Les 4 représentants des 3 religions déplorent le faible nombre d’initiatives interreligieuses similaires en France et lancent une suggestion aux autorités de notre pays : constituer un pôle interreligieux de prêtres, pasteurs, rabbins et imams, encadrés par une charte de non prosélytisme, afin d’intervenir dans les lieux d’enseignement où l’urgence d’un apaisement se ressent.

Martine Konzelmann
 


Morceaux choisis...

« La religion juive prend depuis toujours en compte cette notion de "non-consommation", puisque 60 jours par an (54 shabat + fêtes), on n’utilise pas de moyens de locomotion mais ses pieds ! La jachère est aussi prescrite tous les 7 ans : on n’a pas le droit de travailler la terre, que l’on laisse en repos pendant un an. Les vergers et champs sont ainsi laissés à la libre disposition de chacun. Il n’y a plus de propriété pendant un an. » Rabbin M. Lewin

« Dans la Genèse, nous lisons que Dieu créa l’homme dans un jardin. Pas dans la nature, mais dans un "jardin". Il s’agit de ne pas "diviniser" la nature, mais de la préserver. On ne la protège pas parce qu’elle est sacrée. Nul besoin de sacraliser une cause pour la défendre. » Pasteur S. Wüthrich

« Le Pape François le martèle : ne pensons pas relation "individuelle" entre homme et nature mais relation collective. Il incombe aux populations les plus riches d’aider les populations les plus pauvres et leur donner les moyens de prendre les mesures nécessaires à la protection de la terre. Car l’homme ne peut pas penser son rapport à l’écologie sans penser à la dignité de chaque homme. » Père F. Benoist

« L’homme se situe comme une entité extérieure alors qu’il fait partie de l’environnement. C’est une grave erreur, due à une mauvaise éducation ou une course à l’argent. Exemple : l’eau est rare à certains endroits, alors qu’on la gaspille à d’autres. Il est nécessaire d’avoir une vue globale de l’utilisation des ressources de la terre, et urgent d’abandonner notre vision anthropocentrique. » Imam L. Lablack