Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Association diocésaine de Saint-Denis-en-France
  • dscf3585-ok.jpg
Actions sur le document
  • Partager

Synode 2018 : Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel

Pendant l'Assemblée plénière d'automne des évêques de France, la synthèse des réponses au questionnaire du document préparatoire au Synode 2018 a été rendue publique.

Les documents du #Synode2018 (documents, actualités, discpours, informations pratiques) sont consultables sur le site Internet des acteurs de la pastorale des Jeunes et des Vocations 

LIRE LA SYNTHESE DES CONTRIBUTIONS FRANCAISES
 

Les jeunes trouvent le Seigneur dans l’action
Pape François


Introduire plus de discernement dans l’Eglise

Explicitant le thème du futur synode des évêques d’octobre 2018 : « Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel », le pape a confié que la question du discernement lui tenait « très à cœur ». « Actuellement, c’est l’un des plus grand problèmes que nous ayons dans la formation sacerdotale (…). Nous sommes habitués aux formules, aux "blancs" et aux "noirs", mais pas aux "gris" de la vie. Et ce qui compte c’est la vie, pas les formules ».

« Nous devons grandir dans le discernement, a insisté le pape. La logique du blanc et du noir peut conduire à l’abstraction casuistique. Au contraire, le discernement c’est avancer dans le gris de la vie selon la volonté de Dieu ».

C’est « seulement avec le discernement, non pas avec des abstractions », que les jeunes « peuvent découvrir leur projet de vie et vivre une vie vraiment ouverte à Dieu et au monde ». « J’ai donc choisi ce thème, a ajouté l’évêque de Rome, pour introduire le discernement avec une plus grande force dans la vie de l’Eglise ».

Les jeunes trouvent le Seigneur dans l’action

Parfois, « la pastorale des vocations ne répond pas aux attentes des jeunes », a  encore noté le pape François qui s’est dit préoccupé par « la diminution de la vie religieuse en Occident ».

Pour le pape, le discernement « est toujours dynamique » : « ce qui est statique n’est pas bon. Surtout avec les jeunes ». Et de mettre en garde contre « les réunions » stériles. Au contraire, « il faut travailler avec les jeunes, en faisant des choses, … du travail social » car « les jeunes trouvent le Seigneur dans l’action ».

Après l’action il faut « faire une réflexion », a-t-il poursuivi. Mais la réflexion seule ne suffit pas « ce ne sont que des idées ». Espérant que « le prochain synode nous donnera des idées », il a recommandé « l’écoute des jeunes » et « le mouvement ».

Source Zenit, 02/17