Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Association diocésaine de Saint-Denis-en-France
  • dscf3585-ok.jpg
Actions sur le document
  • Partager

Un appel de la Mission ouvrière « Delaunay-Belleville » à Saint-Denis...

La remise en cause du droit aux soins et à la scolarité des jeunes est inadmissible et intolérable !

Les adultes de la Mission ouvrière « Delaunay-Belleville » se veulent attentifs à la vie du quartier, aller à la rencontre des habitants, et des personnes qui y travaillent.

Aujourd’hui, nous sommes témoins de ce qui se vit à l’IME, (Institut médico-éducatif, rue Pierre Brossolette aux « Moulins Gémeaux ») dans cette structure où sont accueillis 80 jeunes de 6 à 20 ans, avec des difficultés, soit déficience intellectuelle, trisomie, autisme, etc. Ces jeunes accueillis tous les jours, bénéficient d’une prise en charge globale assurée par des professionnels pluridisciplinaires.

L’IME depuis 1966 était sous la responsabilité de la DDASS. Aujourd’hui, elle est sous la responsabilité de l’Agence régionale de santé (ARS) en remplacement de la DDASS.

Des restrictions budgétaires mettent en péril la prise en charge de ces jeunes, et la rémunération de l’ensemble du personnel. Le budget ne permettra plus de fonctionner, et compromettra l’existence de l’IME.

Cela entraînera à très court terme :
- La suppression des transports pour les jeunes non autonomes,
- L’IME ne peut plus payer les Sociétés de transports,
- Les salaires des personnels et des heures de détachement des enseignants ne seront pas payés,
- Les factures des différents prestataires ne seront pas honorées ; les projets de séjours thérapeutiques annulés.

Tout ceci était annoncé pour le 1er novembre 2011, mais vient d’être repoussé au 1er janvier 2012, grâce à la lutte du personnel de l’IME et des parents des enfants.
Les structures médico-sociales n’ont pas à participer à l’effort d’économie des dépenses de l’état…

Quelle répercussion sur les projets éducatifs, pédagogiques et thérapeutiques... Quel mépris pour ces jeunes et leurs familles !

Pour ces enfants et ces jeunes, L’IME est « un véritable trésor ». Nous l’affirmons, car nous connaissons le personnel et sa direction.

Supprimer l’IME, c’est mettre en danger le droit aux jeunes de s’insérer dans la société.

En tant que citoyens,
En tant que militants,
En tant que croyants en Jésus-Christ,
Nous crions haut et fort
Que ces enfants, ces jeunes, leurs parents,
Sont des êtres humains
Dont la dignité n’est pas respectée.
Être respecté n’est pas une faveur.
C’est une question de justice !
En tant que Mission ouvrière « Delaunay-Belleville »,
Nous soutenons les propositions et actions proposées par les différents syndicats.

Nous crions haut et fort
Notre refus de cette politique inhumaine
Imposée par nos gouvernants !
Que les jeunes et tout spécialement
Les jeunes handicapés
Ne soient pas mis « Au banc de la société »

---
Mission ouvrière : P. Flament, Claude Goislot, R. Lacharpagne, H. Legigan, A. Parmentier (01 48 22 93 86), J. Pavilla, H. Rondeau, K. Simon.

Collectifs signataires : Conseil de la solidarité de Saint-Denis, Communauté jésuite place G. Dourdin, Communauté des Petites Sœurs des Pauvres, l’Equipe pastorale de Saint-Denis, les membres de L’Action catholique ouvrière de Saint-Denis.

Amis de la Mission ouvrière faisant sienne cette Parole : C. Cupit, S. Dardelle, A. Miry, M-A. Silvy.