Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Association diocésaine de Saint-Denis-en-France
  • dscf3585-ok.jpg
Actions sur le document
  • Partager

Fêtes juives d'automne 2017 (5778)

Pour la 25e année consécutive, les communautés chrétiennes sont invitées, à l'occasion des Fêtes Juives d'Automne, à tisser ou à renforcer des liens amicaux avec des personnes ou des communautés juives, par des cartes de vœux et des affiches.

Les communautés juives entrent dans trois semaines de fêtes à partir du dimanche 2 octobre 2016 au soir...

 

Roch Hachana (le Nouvel an Juif), les 21 et 22 septembre.

► Yom Kippour (le Grand Pardon), le 30 septembre

► Soukkot (la fête des Cabanes ou des Tentes), du 5 au 11 octobre

 

Le service diocésain pour les relations avec le judaïsme  propose des affiches et des cartes de voeux (gratuites), à envoyer en signe d’amitié à des voisins, des collègues, des amis, des parents juifs, durant toute cette période.

On peut aussi proposer aux paroissiens de signer une affiche et la porter à la synagogue locale.

 

Télécharger le bon de commande (cartes et affiches gratuites)
Présentation des fêtes juives d'automne
Lettre d'accompagnement
 

 

Explication de la carte et de l'affiche de la fête de Roch Hachana

La fête de Roch Hachana, littéralement « tête de l’année », est la fête du Nouvel An ; elle dure deux jours et marque le commencement de l’année religieuse.

On se souhaite une « bonne année » (chana tova), douce comme la pomme trempée dans le miel.

Et l’on mange volontiers des aliments pleins de douceur.

Mais cette fête, anniversaire de la création du monde et de l’homme, est aussi une fête austère : elle rappelle à l’homme son statut de créature soumise au jugement de Dieu qui l’inscrira ou non dans le « livre de vie ». C’est pourquoi on se souhaite, en ces premiers jours de l’année, une bonne « inscription ».

La sonnerie du chofar, corne de bélier, exprime bien la gravité de cette fête, tout en invitant l’homme à sortir de sa torpeur. C’est le temps du bilan et de l’examen de conscience pour l’année écoulée.

Roch Hachana ouvre une période de dix jours, les « dix jours austères » qui conduit jusqu’à Yom Kippour, le jour du Grand Pardon. Pendant ces dix jours, chacun  est invité à faire « techouva » c’est-à-dire un retour vers le frère, vers D.ieu et vers soi -même.

 

Sens de chacune des fêtes d’automne

Nouvel An Juif (Roch Hachanah) : littéralement « tête de l’année », cette fête commémore la création de l’homme par Dieu pour être son partenaire, responsable de l’achèvement de la création. Elle ouvre un temps d’examen de sa vie sous tous ses aspects, pendant l’année écoulée, invitant à une conversion. Elle est marquée par la sonnerie du Chofar (corne de bélier).

Grand Pardon (Yom Kippour) : c’est le jour le plus saint et le plus solennel du calendrier juif caractérisé par 25 heures de jeûne et de prières et scandé par cinq offices à la synagogue. Ce jour permet à l’homme d’obtenir le pardon de ses péchés contre Dieu, le pardon de ses péchés contre son prochain ayant été demandé auparavant aux frères offensés.

Fête des Cabanes ou fête des Tentes (Soukkot) : une des trois fêtes de pèlerinage à Jérusalem, elle commémore les quarante années passées au désert par le peuple d’Israël sous la protection de Dieu. La vie partagée dans les cabanes érigées aujourd’hui en fait mémoire. Lors des offices on agite le loulav (un rameau composé de quatre plantes) en direction des quatre points cardinaux et on rappelle le sacrifice des 70 taureaux au Temple pour les 70 nations de l’univers.

La Joie de la Torah (Simhat Torah) : une journée de joie où, les rouleaux de la Torah sont sortis de l’Arche Sainte, les fidèles les portant à tour de rôle dans leurs bras en dansant et en chantant. Ce jour là, on achève la lecture du dernier livre de la Torah, le Deutéronome, et on recommence la lecture du premier livre, la Genèse.

 

Proposition d’intention de prière universelle

En cette période des fêtes juives d’automne, prions pour nos frères aînés dans la foi.
Pour qu’ensemble, juifs et chrétiens, nous prenions davantage conscience de notre patrimoine spirituel commun. Pour que nous sachions le faire fructifier, au service de la paix, pour tous nos frères en humanité, prions le Seigneur.