Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Association diocésaine de Saint-Denis-en-France
  • dscf9608-ok.jpg
Actions sur le document
  • Partager

Ordinations diaconales en vue d'être prêtres de Florian Renaud et Wilfred Agyiga (Spiritains)

La messe sera présidée par Mgr Pascal Delannoy, évêque de Saint-Denis.
  • Quand

    le 10/09/2017 à 10h00

  • Eglise Saint-Charles - 107 av. Normandie-Niémen 93150 Le Blanc-Mesnil

  • Ajouter l'événement au calendrier

    vCal
    iCal

Florian et Wilfred s'engageront définitivement à vivre la vie religieuse missionnaire dans la congrégation du Saint-Esprit (spiritains) en professant leurs vœux perpétuels le 9 septembre, soit la veille de leur ordination. Le lendemain, Florian et Wilfred seront ordonnés diacres en vue du ministère presbytéral.

Veillée de prière pour les vocations missionnaires

Le 8 septembre 2017, à l’occasion des vœux perpétuels de plusieurs confrères, une veillée de prière pour toutes les vocations missionnaires (laïcs, religieux, religieuses, prêtres, etc.) est organisée à la maison-mère de la Province de France située au 30 rue Lhomond, 75005 Paris.

A partir de 20h30 : chants, témoignages, louange, buffet partagé, nuit d'adoration.

 

 

 
 
Portrait de Florian REnaud

Florian a 30 ans, il est né à Reims et a grandi dans un village à côté d’Épernay dans le vignoble champenois. Vis‐à-vis de la foi, sa famille se classe plus dans la catégorie des « sympathisants » que des « pratiquants ». Ainsi il a poursuivi toute sa scolarité dans l’enseignement public et durant son enfance ses week‐ends étaient essentiellement consacrés au hockey sur glace et non à aller à la messe. Il participe à l’éveil à la foi et aux quatre années de catéchisme dans le cadre de sa paroisse et en garde des souvenirs positifs.

A l’adolescence il prend quelques distances avec la foi, non par conviction, mais par manque d’intérêt pour la question ; sûrement comme tout bon adolescent qui se respecte et qui remet en cause les différentes autorités et institutions qui se présentent à lui. Vers la fin du lycée, ayant arrêté le sport il se met à aller de plus en plus fréquemment à la messe le week‐end. Puis une personne de la paroisse lui parle de la confirmation et il commence à cheminer vers ce sacrement.

Au cours d’un pèlerinage à Lourdes avec son groupe de confirmands, il visite une expo photo qui présentait les différents chemins de vie dans l’Église, mariage, diaconat, vie monastique… Et au fond de lui se pose la question : « Prêtre, pourquoi pas moi ? ». Il laisse d’abord cette question de côté, persuadé que, lorsque Dieu appelle, cela se traduit par des signes extraordinaires, un peu à la manière dont Dieu parle à Don Camillo. Au bout de quelques temps, il prend son courage à deux mains et commence à en parler à quelques personnes. Dans sa famille, cette vocation a suscité beaucoup d’incompréhensions et de critiques : être prêtre ce n’est pas un statut familial et financier très enviable.

Il prend le temps de discerner tout en étudiant l’Histoire à l’université puis, après la licence, il entre au séminaire à Lille. Entre les deux premières années de formation à dominante philosophique et les trois dernières à dominante théologique, il demande à vivre un temps de volontariat à l’étranger. Ainsi c’est à Madagascar qu’il rencontre les spiritains et découvre au quotidien la vie religieuse missionnaire.

Après un nouveau temps de discernement il prend la décision de s’engager dans la congrégation du Saint‐Esprit et de vivre la mission en se mettant tout particulièrement au service des plus pauvres et des plus petits.

Portrait de Wilfred Agyiga

Wilfred a 32 ans. Il est originaire du Nigeria. Né dans une famille très croyante, son père était militaire et sa mère femme au foyer. Elle prit soin de donner à ses quatre sœurs, trois frères et lui‐même une éducation chrétienne et morale.

Quand il était petit, la famille allait toujours à la messe le dimanche et aux séances de catéchisme. Assez tôt, il est marqué par la gentillesse des prêtres qui travaillaient dans sa paroisse. Ils étaient aimés et faisaient plein de choses pour aider les pauvres, comme la réalisation d’un forage pour aider la communauté à avoir de l’eau potable. Il admirait beaucoup leur sacrifice pour les autres. Ainsi, dès son jeune âge, il disait vouloir être prêtre pour se mettre au service des autres.

Après ses études secondaires, il lui fallut s’orienter vers une profession. Son père désirait qu’il rejoigne l’armée, là où il avait encore des amis militaires. Il pensait qu’être militaire était aussi un service à rendre à son pays et aux plus faibles. Mais pour Wilfred, être missionnaire avait une plus grande importance car alors, Dieu serait toujours présent dans tout ce qu’il ferait. Sa présence et son service, il voulait que ce soit pour la gloire de Dieu et que cela manifeste le Royaume de Dieu dans le monde.

Wilfred est donc entré dans la Congrégation du Saint‐Esprit en 2006. Après deux ans de postulat et de noviciat puis quatre ans d’études de philosophie au Nigéria, son supérieur lui a demandé de venir en France pour son stage missionnaire. En arrivant, il a d’abord appris le français à Lille, puis effectué son expérience missionnaire dans une paroisse à Fontenay aux Roses (sud de Paris). Après il commença des études de théologie aux Facultés Jésuites de Paris, études qu’il termine cette année. Il est heureux de partir en mission pour travailler à un monde de justice, de paix, de fraternité, de joie et de réconfort pour ceux qui connaissent la précarité. Il sera donc bientôt disponible et prêt à recevoir son affectation missionnaire de la part de ses supérieurs. Il n’aura alors qu’à dire : « Me voici Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix et ta joie ».

Témoignages extraits du site de la Congrégation du Saint-Esprit en France