Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

L'église catholique en Seine-Saint-DenisAssociation diocésaine de Saint-Denis-en-France
S'inscrire à la newsletter
Actions sur le document
  • Imprimer

17-30 avril 2013 : 4e Festival du film en Audiovision Valentin Haüy

Un festival pour faire découvrir aux personnes aveugles et malvoyantes des films récents en Audiovision...

Le réalisateur Jean Pierre Jeunet est le parrain de cette manifestation.

En France, à peine 10% des films bénéficient d’une version en audiodescription et moins de 1% des salles de cinéma sont équipées pour diffuser des films audiodécrits alors que le pays compte 1,3 million de personnes aveugles et très malvoyantes.

L’ensemble de la programmation, horaires et tarifs


Audiodescription, audiovision... de quoi s’agit-il ?

L’audiodescription ou Audiovision est un procédé qui permet de rendre le cinéma accessible aux personnes aveugles ou malvoyantes grâce à un texte en voix-off décrivant les éléments visuels du film : actions, mouvements, expressions, décors, costumes… La voix de la description est insérée entre les dialogues et les éléments sonores essentiels de la bande son afin de ne pas nuire à l'œuvre originale. Au cinéma, elle est diffusée par le biais d’un casque relié à un boitier sans fil permettant d’assister à la même séance que le public voyant.

Le développement de l’Audiovision est un engagement majeur de l’AVH. En plus des films qu’elle audiodécrit (70 en 2012), l’AVH organise des projections dans toute la France (283 en 2011) et rencontre les professionnels du secteur pour défendre le droit à la culture pour tous.

L’AVH a importé cette technique des États-Unis il y a plus de 20 ans. Depuis, l’AVH a audiodécrit près de 500 films, ce qui représente plus de 85% de la production en France. Elle forme les audiodescripteurs et milite pour la reconnaissance de leur statut.


 

A l’affiche du Festival 2013 :
•« Associés contre le crime » de Pascal Thomas
•« Au-delà des collines » de Cristian Mungiu
•« Au Galop » de Louis-Do de Lencquesaing
•« Blackie et Kanuto » de Francis Nielson
•« Bowling » de Marie-Castille Mention-Schaar
•« HOP » de Tim Hill
•« Imagine » d’Andrzej Jakimowski *
•« Intersection » de David Marconi
•« Jappeloup » de Christian Duguay
•« Jason Bourne L’Héritage » de Tony Gilroy
•« La Cité des Enfants Perdus » de Jean-Pierre Jeunet et Marc Caro
•« La Traversée » de Jérôme Cornuau
•« L’Africain » de Philippe De Broca
•« le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain » de Jean-Pierre Jeunet
•« Mes héros » d’Eric Besnard
•« Micmacs à tire-larigot » de Jean-Pierre Jeunet
•« Nous York » de Géraldine Nakache et Hervé Mimran
•« Prunelle et Mélodie » de Mathieu Simonet
•« Stars 80 » de Frédéric Forestier et Thomas Langmann
•« Turf » de Fabien Onteniente
•« Un Long Dimanche de Fiançailles » de Jean-Pierre Jeunet
•« Un Prince presque charmant » de Philippe Lellouche

 

Lieu

Cinéma UGC Gobelins
66 avenue des Gobelins, Paris 13e


À propos de l’Association Valentin Haüy...

L’Association Valentin Haüy, créée en 1889, a été reconnue d’utilité publique en 1891. Son fondateur, Maurice de La Sizeranne, devenu aveugle à l’âge de 9 ans, avait pour ambition de soutenir les aveugles dans leur lutte pour l’accès à la culture et à la vie professionnelle.
Aujourd’hui, l’Association Valentin Haüy, à travers ses 110 Comités Régionaux et Locaux et plus de 3 000 bénévoles dans toute la France, poursuit l’objectif premier de son fondateur : lutter avec et pour les personnes déficientes visuelles pour la reconnaissance de leurs droits, leur participation à part entière à la vie sociale et professionnelle, le développement de leur autonomie au quotidien, leur information et l’information du grand public sur la réalité du handicap visuel, les moyens de sa prévention et la nécessité de toujours faire évoluer le regard que la société porte sur le handicap. L’Association Valentin Haüy est agréée par le Comité de la Charte.

Site Internet de l'Association Valentin Haüy