Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Association diocésaine de Saint-Denis-en-France
  • dscf1027-ok.jpg
Navigation
Actions sur le document
  • Partager

L’éveil à la foi des tout-petits (N°36 / Septembre - Octobre 2017)

« N’oublions pas, en ces temps où la famille est tellement remise en cause, qu’elle est le premier lieu où la joie de la foi peut être communiquée ! Que cette joie puisse être partagée en Église dès les premiers âges de la vie en proposant des temps d’éveil à la foi pour les tout-petits et leurs parents. » (Mgr Pascal Delannoy)

Légende de l'image

« Laissez les enfants (…) venir à moi, car le royaume des Cieux est à ceux
qui leur ressemblent. » Matthieu 19, 14

 

Une voie pour rencontrer Jésus

Un vrai bonheur !

La fête du samedi !

J'ai toujours voulu que mes enfants connaissent Dieu

Transmettre le meilleur sans attendre

La béquille qui leur permettra de ne pas trop tomber

Une initiation à la foi chrétienne

Une façon ludique d'apprendre

Nous écoutons la parole de Dieu

Paroles d'enfants

Repères

 

 

Une voie pour rencontrer Jésus

Hélène Nicolas, déléguée diocésaine à la catéchèse

L’éveil à la foi est d’abord une demande des parents. En effet, ils ont de moins en moins les mots pour « dire la foi » et la vivre en famille : ils sont en attente d’être encouragés et aidés en particulier pour répondre au questionnement de leurs enfants.

L’éveil à la foi concerne les enfants de 3 à 6 ans. Eveiller de petits enfants à la foi, c’est leur permettre d’avoir un premier contact avec la communauté paroissiale et avec le Christ. Il y a une grande variété de propositions qui permettent aux enfants de vivre des instants privilégiés entre eux, avec Dieu, dans l’Eglise et avec elle, notamment par les célébrations proposées. « L’éveil à la foi » dit Josiane, catéchiste d’un groupe, « c’est faire prendre conscience de la dimension du Christ dans nos vies ».     
Animer un groupe d’éveil à la foi demande donc une grande humilité, un goût pour l’animation auprès de petits enfants et une conviction farouche : rencontrer Dieu, n’exige pas de connaître des milliers de choses sur lui mais, plutôt, de le rencontrer à travers sa Parole, avec les autres, de l’expérimenter par son corps, par la prière et la célébration.
Les catéchistes de l’éveil à la foi sont souvent des parents d’enfants ayant suivi ou suivant l’éveil à la foi, des jeunes d’aumônerie, des paroissiens.

La petite enfance, un moment favorable

Dans le diocèse de Saint-Denis, depuis quelques années, nous constatons une hausse significative du nombre d’enfants inscrits à l’éveil à la foi. Les paroisses proposent de plus en plus souvent l’éveil à la foi, sous diverses formes, afin de répondre à la demande de baptême d’enfants entre 3 et 7 ans, ainsi qu’à la demande des parents qui souhaitent que leurs enfants baignent dans un environnement chrétien, le plus tôt possible.          
Il y a certainement, dans toutes ces démarches des parents, une volonté de retrouver leurs racines chrétiennes et de permettre à leurs enfants de savoir qui ils sont et d’où ils viennent afin de mieux construire les adultes qu’ils seront.
L’éveil à la foi des tout-petits est indissociable de la présence et de l’implication des parents, notamment lors de rencontres où ils vivent un temps commun, à l’écoute de la Parole de Dieu. L’enjeu est énorme : l’éveil à la foi permet de donner aux enfants le goût de la catéchèse et de redonner confiance aux parents sur leur capacité à transmettre la foi, alors qu’ils disent souvent : « Je n’en suis pas capable !»       
« L’enfance est un moment favorable pour la transmission de la foi. »[1] Pour les paroisses qui n’ont pas encore d’éveil à la foi des petits enfants, osez et lancez-vous, même pour 4 ou 5 enfants !

[1] Pour annoncer la joie de l’Evangile. Orientations missionnaires du diocèse de Saint-Denis-en-France 2015-2020, p. 17.

 

Un vrai bonheur !

Anne Lagrange, catéchiste d’un groupe d’éveil à la foi, Montreuil

Avec mon mari, nous animons depuis deux ans l’éveil à la foi à la paroisse Saint-André. Lorsque nous sommes arrivés à Montreuil, nous avons souhaité inscrire notre deuxième fils, puis notre fille à l’éveil à la foi. Notre grand garçon allait au catéchisme. Mais nous trouvions dommage d’être obligés d’aller dans une autre paroisse pour l’éveil à la foi alors que notre vie spirituelle se déroulait à Saint-André. Cela nous a motivés à proposer à notre curé Jean-Christophe notre aide en tant qu’animateurs pour la mise en place d’un éveil à la foi à Saint-André.

La première année, nous ne savions pas trop comment faire, alors nous avons prévu trois séances pour voir si nous avions des enfants et des parents partants pour l’aventure. Six enfants se sont inscrits. En parallèle, je me suis formée à la paroisse Saint-Pierre-Saint-Paul. Cette année, nous nous sommes lancés tous les deux. Seize enfants nous ont accompagnés à Saint-André ! Un vrai bonheur !

Une bonne nouvelle pour les enfants et les parents

La présence de l’éveil à la foi à Saint-André a permis à certains parents de renouer avec l’Eglise. Nos séances ont lieu une fois par mois, le dimanche pendant la messe. Les parents nous déposent leurs enfants, puis vont assister à la messe.
Les parents qui demandent le baptême pour leur enfant, entre 3 et 8 ans, l'inscrivent à l’éveil. Cela fait partie de la préparation au baptême. Concernant les autres parents, je pense qu’ils souhaitent faire découvrir à leur enfant la vie du Christ, mais de façon accessible, pour des petits et avec d’autres enfants.

A chaque séance, les enfants produisent quelque chose en rapport avec la parole de Dieu que nous leur avons lue ou présentée. Lorsque les parents viennent chercher leur enfant, il y a un moment de partage avec les animateurs, l’enfant et les parents, souvent autour d’un verre de l’amitié.
Nous invitons systématiquement les enfants à expliquer à leurs parents ce que nous avons vu ensemble et ce que représente leur petite production. Nous avons tenté de proposer à des parents de rester pendant les séances mais sans succès.

Durant nos séances, nous sommes deux animateurs avec 5 à 16 enfants. Chaque séance commence par le signe de la croix par le biais de « Il y a le haut, il y a le bas », puis le signe de la croix comme font les parents à l’Eglise.
Si un enfant a vécu un évènement particulier, comme un baptême, nous lui laissons la parole pour nous expliquer ce qu’il a vécu. Puis nous passons à la parole de Dieu. Elle peut avoir différentes formes : une lecture illustrée à plusieurs voix; une lecture simple; une vidéo. Cette parole de Dieu s’accompagne d’un temps de discussions pendant lequel nous posons des questions aux enfants ou nous les laissons nous raconter avec leurs propres mots ce qu’ils ont retenu, et éventuellement le rattacher à leur vie de tous les jours. L’objectif étant que les enfants partent toujours sur une note positive : Jésus a fait tel miracle, c’est une bonne nouvelle…
Nos séances se terminent souvent par une séance photo pour figer un moment joyeux, les enfants se regroupent avec leurs productions.

Les enfants ont des réactions bien différentes. A l’arrivée des parents, certains enfants s’empressent de leur montrer ce qu’ils ont fait et expliquent ce que c’est. D’autres restent imperturbables et continuent leur « travail » : pas question de partir tant que ce n’est terminé. Point commun : toutes les productions sont exposés dans les chambres des enfants.

Apporter de la joie

Depuis la mise en place de l’éveil à la foi à Saint André, des familles avec enfants sont entrées dans l’Eglise. Des familles qui n’osaient pas venir à la messe avec des enfants peuvent y venir plus sereinement. Nous espérons ainsi les faire entrer dans une vie de paroisse, en intégrant de nouveaux arrivants.

Pour nous, animer l’éveil est un vrai bonheur. C'est si facile de parler de Dieu, de joie à des enfants. Et quel plaisir de les voir arriver ou de les voir repartir avec un grand sourire pour d’autres. Nous leur avons apporter de la joie.

Lors des préparations, réfléchir à la façon de présenter aux enfants la parole de Dieu nous amène à nous poser beaucoup de questions sur notre propre foi. Sur ce que l’on veut transmettre à nos propres enfants. C’est vraiment très enrichissant.

Dans nos projet de développement de l’éveil, nous souhaiterions faire participer tout doucement les enfants à la messe. Leur montrer qu’ils peuvent être acteur et pas uniquement sages et immobiles à coté de leurs parents; que prier se fait en famille, à la messe ou à la maison. Nous souhaiterions également faire participer un peu plus les parents et avoir des relais pour nous accompagner dans notre mission.
 

La fête du samedi !

Sandrina, Amanda, Michaëlla, Robin, Terry et Charlène, animatrices d’un groupe d’éveil à la foi, La Courneuve

Nous faisions partie d’un groupe de la Jeunesse Mariale. Du fait de notre âge, de nos emplois du temps et du manque de place, nous ne pouvions plus nous réunir régulièrement, mais on s’est dit : « On ne va pas se quitter comme ça. » Alors Josiane, notre animatrice, nous a proposé de prendre en charge l’éveil à la foi à la rentrée.
Au début, c’était plus pour lui faire plaisir. On aime bien les petits, mais un samedi sur deux, renoncer au shopping, au ciné, aux copains, ce n’était pas facile. En plus, il faut être à l’heure parce que les petits nous attendent avec impatience. A Noël, toutes nos réticences étaient déjà oubliées et nous aussi attendions la fête du samedi. Nous étions toutes contentes de retrouver notre petite équipe qui, d’ailleurs, grossissait à vue d’œil.

Et depuis, nous avons grandi. Nous avons franchi la porte, nous sommes passées de l’autre côté. Ce qui était notre questionnement s’est révélé. La foi c’est ça : transmettre, partager, prier ensemble, apprendre à accueillir Jésus dans notre vie. Ne pas chercher midi à 14h, tout simplement vivre et savoir que Christ est à nos côtés dans la joie et la peine, dans notre quotidien.
Nous sommes très fières de notre petite équipe qui épate l’assemblée à chaque messe des familles.

 

J'ai toujours voulu que mes enfants connaissent Dieu

Aude Seni, Montreuil

Antonin, 6 ans, a fait sa première année d'éveil à la foi cette année, en même temps que son frère (Baptiste, 9 ans)  est entré au catéchisme. Je m'étais éloignée de l'Eglise après mes études mais j'ai toujours voulu que mes enfants connaissent Dieu, Jésus mes croyances et le message d'amour porté par notre religion. Ils avaient donc tous deux été baptisés. Les inscrire au catéchisme et à l'éveil à la foi était une évidence, bien que pas facile à Montreuil car peu d'enfant des écoles publiques y sont inscrits, donc pas de copains à suivre.

Le message essentiel, l'amour

Je voulais qu'Antonin commence à entendre "les histoires" de la Bible et comprennent à travers elles que le message essentiel est l'amour que l'on donne aux autres. En des périodes d'actualité où les enfants entendent beaucoup parler de religion à travers les attentats, le fanatisme ou des manifestation type "la manif pour tous" je trouvais essentiel de leur rappeler que la religion est tolérance, entraide et solidarité, nous ne jetons pas la pierre, nous ne devons pas juger et nous devons être là pour nos voisins, amis et même pour ceux que nous connaissons moins ou pas.

Cette année a été l'occasion de retourner à l'église et à la messe, de discuter de Marie, Jesus... Antonin a été très enthousiaste, il était toujours impatient qu'arrivent les dimanches d'éveil à la foi et en ressortait toujours souriant avec une histoire à raconter. Un vrai bonheur !

De plus, le papa d'Antonin est baptisé mais n'est jamais allé au catéchisme et n'a jamais pratiqué, mais il comprend la démarche et nous a même accompagnés cette année à certaines messes.

Antonin est un peu jeune pour parler de vie intérieur ou spirituelle, mais il lui arrive lors de conversation de nous répondre des "comme Marie" ou "comme Jésus", il commence à relier des actions ou des paroles au message de la Bible.

 

Transmettre le meilleur sans attendre

Père Jean-Christophe Helbecque, curé des paroisses Saint-André et Saint-Pierre-Saint-Paul. Montreuil

Dans la paroisse Saint-Pierre-Saint-Paul, l'éveil à la foi date du début des années 2000. Il s'adresse aux enfant de maternelle, ainsi qu'aux CP et CE1. Les CE1 ont un groupe spécifique, car ils sont plus grands et savent déjà lire. Pour l'année à venir, ils seront rattachés à la catéchèse, comme les CE2.

Dans la paroisse Saint-André, cela fait seulement deux ans que la proposition de l'éveil à la foi est faite, d'abord une fois par trimestre, et cette année, c'était chaque mois comme à Saint-Pierre-Saint-Paul. Dans les deux paroisses, l'éveil à la foi se déroule pour l'instant à l'horaire de la messe dominicale. Le but de ces rencontres, animées par quelques parents et de grands jeunes, est d'aider les enfants à découvrir Jésus, à apprendre à prier, à vivre ensemble (en Eglise), à trouver les gestes et les mots de la foi catholique. Les parents rejoignent leur enfants à la fin de la messe, et ceux-ci présentent à leurs parents ce qu'ils ont découvert et réalisé, ils prient ensemble.

Trouver les mots et les gestes pour transmettre

Certains parents prient avec leur enfant le soir, lui parlent de la foi chrétienne, lui racontent des histoires de l'Evangile et de toute la Bible, souvent avec une Bible illustrée, ou se servent du livre Prier en famille. Mais tous sont à l'affût d'idées pratique, et cherchent du soutien pour trouver les mots et les gestes à transmettre à leur enfant. En fait, quand les parents inscrivent leur enfant à l'éveil à la foi, c'est bien parce qu'ils ont déjà un réel sens de l'Eglise (même s'ils n'en ont pas les mots) : ils souhaitent que leur enfant découvre la foi chrétienne de manière vivante et adaptée à leur âge, et conforme à ce qu'eux-mêmes ont reçu, mais ils ne s'en sentent pas capables tout seuls. Ils veulent transmettre le meilleur, sans attendre, et ils sont conscients qu'ils ont besoin des autres chrétiens !

Impliquer les parents

Les parents se relaient pour animer les rencontres d'éveil à la foi et souvent les préparer, avec les animateurs habituels, et tous sont invités à rejoindre leurs enfants à la fin de la rencontre, pour que les enfants présentent ce qu'ils ont réalisé et découvert.

Surtout, l'éveil à la foi est l'occasion de faire prendre conscience aux parents que ce n'est pas l'Eglise en général ou des catéchistes spécialistes qui sont responsables de l'éveil à la foi : ce sont les parents qui sont les premiers responsables de transmettre la foi chrétienne, et la communauté paroissiale est à leur service pour les accompagner et les aider à faire grandir leur enfant avec Jésus, et à le rencontrer eux-mêmes.

Enfin, l'inscription à l'éveil à la foi de leur enfant, est souvent l'occasion pour les parents eux-mêmes de redécouvrir une relation à Dieu un peu oubliée, ou restée dans une relation enfantine : que signifie suivre Jésus pour des adultes aujourd'hui, et vivre en chrétien ? Ils attendent implicitement une aide et un soutien pour formuler, expérimenter et vivre avec d'autres en chrétiens.

N'attendons pas pour admettre les enfants à la messe

Les enfants, dès le début de leur vie (les premières semaines), sont réceptifs à beaucoup de choses qui les entourent, et tout spécialement au relations, aux rencontres, à l'attention qui leur est portée. Un enfant qui découvre Jésus dès son plus jeune âge et grandit avec lui, aura un ami et un frère pour toute la vie, même si à certains moments cette relation se distend.

Ce qui est vrai de l'éveil à la foi, l'est tout autant de la participation à la messe et aux autres célébrations de l'Eglise : n'attendons pas 7 ans, ni 12 ans pour admettre les enfants à la messe et leur donner toute leur place (sûrement au premier rang : ils ont besoin de voir pour vivre !!!). Accueillons les enfants, soutenons et aidons leurs parents pour vivre au mieux la messe tous ensemble !

Recevoir et donner en famille

Comme tous les groupes et mouvements, l'éveil à la foi permet à ses participants de rencontrer Jésus, de mieux le connaître, d'écouter sa Parole et d'apprendre peu-à-peu à le suivre.

Mais ce qui est spécifique pour la catéchèse et surtout l'éveil à la foi, c'est qu'à travers une activité ou une rencontre, on rejoint non seulement une personne, mais toute une famille. Or la famille est l'ecclesiola, la petite Eglise domestique où l'on peut arroser fidèlement la relation de foi en Dieu, où l'on peut recevoir et donner témoignage des gestes et des paroles propres à chacun pour vivre avec Jésus et selon son exemple. L'éveil à la foi est donc tout simplement irremplaçable pour que la parole de Dieu puisse féconder la vie des petits et des grands, les uns par les autres !

 

La béquille qui leur permettra de ne pas trop tomber

Anastasia Dagnon, paroisse Saint-Yves, La Courneuve

Je suis grand-mère de Marc-Owen, 11 ans et de Déborah, 5 ans. L’éveil à la foi m’a permis de faire découvrir Dieu à Marc-Owen et Déborah avec d’autres enfants qui se posent les mêmes questions, qui ont cette curiosité de vouloir comprendre pourquoi on va à l’église et qu’est-ce qu’on y fait à part s’assoir, se lever, dire « Amen » et chanter. Ils ont été baptisés l’année dernière. C’était une fête. Ils m’ont dit : « Mamie, enfin, je suis la sœur et le frère de Jésus. » J’en ai eu les larmes aux yeux, je ne pensais pas que c’était si important pour eux. Ils chantaient même à l’école des chansons de Dieu apprises à l’éveil à la foi. Ainsi, j’ai été interpelée par des parents qui m’ont demandé où allaient mes enfants au caté, à quel âge ils ont commencé, car leurs enfants posaient trop de questions auxquelles ils ne savaient pas quoi répondre.
Mes petits-enfants ont commencé à l'âge de 3 ans avec l'éveil à la foi. Marc-Owen a fait sa première communion cette année, encore une nouvelle étape franchie que Déborah a hâte de franchir à son tour.

Croire, prier, s’accrocher à Dieu comme je leur dis, c’est s’aimer et aimer les autres.
Dans l'évangile du dimanche, Jésus disait : « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi » (Matthieu 10,37) Marc-Owen m'a demandé : « Donc tu aimes plus Dieu que moi ? » Je lui ai répondu : « Si je te dis que j'aime Dieu c’est que je t’aime, je ne peux pas dire que je t’aime sans aimer Dieu. »
J’espère que mes enfants vont se servir de Dieu tout au long de leur vie, le tenir comme le fil d’Ariane, la béquille qui leur permettra de ne pas trop tomber.

 

Une initiation à la foi chrétienne

Cécile Prince, Noisy-le-Sec

A la rentrée de septembre 2008, Hélène m'a incité à participer en tant qu'animatrice à l'éveil à la foi. Une nouvelle équipe s'est inscrite dans ce parcours pour les 3-7 ans. Les enfants participaient pendant la messe à des activités variées et les présentaient à la fin de la célébration.
Première évolution pédagogique : l'éveil à la foi est désormais le dimanche matin de 9h à 12h. Deux phases distinctes sont mises en place. La première consiste à suivre un programme défini en début d'année correspondant au calendrier liturgique. Pour cela, diverses activités étaient proposées afin de faire découvrir aux enfants la vie chrétienne mais aussi l'éveil à la vie qui sont indissociables. Cette initiation à la vie chrétienne se poursuit pendant la messe après la procession d'entrée. Les enfants retournent alors en salle afin de préparer une nouvelle activité de groupe à présenter.
Nouvelle évolution : les parents sont invités à participer aux séances d'éveil à la foi.

Une continuité dans les découvertes

J'ai animé l'éveil à la foi pendant neuf ans. Préparer les séances d'éveil à la foi m'a beaucoup apporté. Suivre le calendrier liturgique permet d'avoir des repères temporels et de créer une continuité dans les découvertes. Puisque les enfants participaient à l'éveil à la foi pendant plusieurs années (de la petite-moyenne section au CP), il était important pour moi de préparer mes séances afin de leur proposer des activités diversifiées et appropriées à leur âge : films d'animation, chants, histoires, activités manuelles, dessins... De plus, j'ai eu à coeur de lier, dans mes activités, vie chrétienne et vie humaine. Il a fallu réfléchir alors à des activités qui permettaient de faire des transitions entre ces deux aspects. Les enfants gardent en mémoire les diverses activités et veulent souvent les reproduire à la maison avec leurs parents.

Un deuxième apprentissage

Ainsi, préparer les séances a été pour moi, un deuxième apprentissage. Les recherches de documents adaptés, de textes spécifiques et d'activités originales ont été très enrichissantes et m'ont permis de m'impliquer différemment dans ma foi.
Pendant les séances, voir les enfants aimer participer à l'éveil à la foi était essentiel à mes yeux. Je ne voulais en aucun cas qu'ils associent les activités à des obligations. Durant ces temps d'éveil, les enfants formaient un groupe uni. Cette communion entre eux a été mise en avant à chaque fois. C'est pour cette raison que les activités individuelles étaient toujours associées à une activité de groupe  permettant ainsi de garder une trace de ce qui avait été fait et de présenter un projet continu en fin d'année.

Les voir grandir et s'épanouir

Je garde en mémoire les temps de prière. A chaque début d'année, la première séance était consacrée à la présentation des enfants et à la construction du coin prière. Les enfants ont appris tout au long de l'année les différentes manières et possibilités de prier : le signe de croix, la prière silencieuse, la lecture d'un texte, un chant… J'ai vu les enfants s'impliquer pendant les séances, participer, s'intéresser, poser des questions et j'ai alors créé un lien tout particulier avec chacun d'entre eux que je garde en souvenir.
Aujourd'hui, je suis fière d'avoir accompagné les enfants dans cette initiation à la foi chrétienne. J'ai eu la chance de garder contact avec certaines familles, donc je peux suivre le parcours des enfants. Les voir grandir et s'épanouir dans leur vie chrétienne est pour moi une belle récompense. Une enfant qui a suivi l'éveil à la foi pendant mes premières années en tant qu'animatrice m'a dit que je lui avais « donné envie de continuer et de commencer le catéchisme car il s'agissait pour elle de sa première étape dans la vie chrétienne et qu'elle avait tout particulièrement aimer découvrir et entrer dans la foi et la prière par des activités ludiques ». Cela m'a particulièrement émue car je  sais que j'ai participé à son devenir chrétien.
Animer l'éveil à la foi a été pour moi une étape importante dans ma vie. Elle m'a permis de m'impliquer dans ma foi, de communiquer mes valeurs et mes croyances et de devenir qui je suis aujourd'hui.

 

Une façon ludique d'apprendre

Jenny Jean-Marie, Drancy

Je suis grand-mère d'une petite fille qui va à l'éveil à la foi à la paroisse Saint-Yves. J'habite Drancy, à deux pas de la paroisse Saint-Yves.
Je suis catholique depuis ma naissance, je participe à la vie de ma paroisse par le chant (j'anime la messe du dimanche), je fais partie du groupe liturgique, je suis responsable d'un groupe du Rosaire... J'ai inscrit ma petite fille à l'éveil à la foi il y a 2 ans. Elle en est ravie. Elle tient à y aller même quand elle est malade. Il faut dire qu'elle apprécie sa catéchiste qui a une façon ludique d'inculquer aux enfants la religion. Les enfants sont contents et respectueux les uns vis-à-vis des autres. ls aiment participer à la messe le dimanche.

J'ai eu l'occasion d'assister à une séance. C'est formidable de voir combien ces enfants s'entraident, les plus grands aident les plus petits, ils sont patients et si gentils. Ca fait plaisir à voir. La relève est assurée s'ils continuent sur ce chemin.

Ma petite fille est ravie de me ramener ses "chefs-d'œuvre" à la maison et je garde tout. Chacun représente un cours, un extrait de l'Evangile, une période de l'année liturgique.
Je dis que l'éveil à la foi est une entrée en matière de la catéchèse. Une façon ludique d'apprendre la catéchèse et de ne pas s'ennuyer comme dans les cours magistraux.

 

Nous écoutons la parole de Dieu

Soeur Marie Odile Klein, religieuse de la Divine Providence de Saint Jean de Bassel, Bobigny

Dans notre paroisse Saint-André, j'ai la responsabilité des catéchumènes adultes et j'assure, une fois par mois, « l'Eveil à le foi » avec deux jeunes filles.

Dans mon parcours de religieuse, j'ai enseigné durant 10 ans à l'école maternelle en Alsace c'est pourquoi ce n'était nullement difficile pour moi de m'investir à « l'Eveil à la foi ».

En début d'année pastorale, des parents inscrivent leurs jeunes enfants de 3 à 7 ans à l'éveil à la foi. Il nous arrive d'en avoir entre 10 et 30 le dimanche matin durant tout le temps de l'eucharistie. Nous accueillons les enfants à l'entrée de l'église où les parents nous les confient. Ils avancent en procession avec le prêtre et les servants d'autel. Le célébrant les accueille et les envoie dans la salle où nous faisons l'éveil à la foi.

Nous prenons habituellement comme thème l'évangile du jour en ayant soin de faire d'abord un échange assez important sur une expérience de vie en lien avec l'évangile. Puis nous écoutons la parole de Dieu qui enrichit notre expérience et nous conduit petit à petit vers Jésus.

Nous préparons toujours un chant. Nous l'apprenons en le gestuant. Nous nous rassemblons près des bougies allumées, nous chantons, nous prions. Retournés à leur place, les enfants colorient le dessin illustrant la parole de Dieu, dessin qu'ils emporteront en famille.

Vers la fin de la communion, nous rejoignons les paroissiens, disons ce que nous avons fait et nous chantons. L'assemblée nous applaudit. Nous accueillons la bénédiction du prêtre et nous retournons dans la salle où les parents viennent reprendre leurs enfants.

Propos recueillis par Anne-Marie Tossou

Paroles d'enfants

Groupe d'enfants de l'éveil à la foi de la paroisse Saint-Yves, La Courneuve

Pour toi c’est quoi l’éveil à la foi ?
Propos recueillis par Josiane Leitao, catéchiste d'un groupe d'éveil à la foi

Thiyia : On commence toujours par aller à l’Eglise, parler à Jésus, là où il y  a la lumière rouge et lui dire nos secrets, même l’animateur ne les entend pas, il n’y a que Jésus et moi. Après nous saluons sa maman et chantons tous ensemble « Je vous salue Marie » pour qu’elle m’aide tout au long de la semaine.

Mathis : J’apprends à faire silence et à être heureux pour donner l’exemple.

Déborah : Moi, j’aime bien retrouver mes copains et m’amuser. Avec eux, je regarde les autres.

Baki : j’ai des copains et avec eux, je fais tout plein de trucs et j’apprends à trouver Jésus dans ma vie. Je sais aussi plein de chansons.

Cérina : On lit l’histoire de Jésus et on réfléchit : comment Jésus est avec nous et ce qu’on fait pour lui, on bricole et on chante.

JaÏna : J’aime bien préparer la messe des familles, les mamans sont toujours étonnées de tout ce que nous faisons et savons. Moi, ça me fait plaisir, même si je ne sais pas bien lire et écrire j’arrive quand même à faire comme les grandes : passer ce qui m’anime.

Thalphin : J’apprends à me servir de mes yeux, de mes oreilles, de mes mains et de mon cœur pour découvrir Dieu et le faire connaître aux autres.

Anne-Divine : On parle, on bricole, on chante et on prie tous ensemble sans se poser de questions, ça vient tout seul.
 

Repères


A lire

-Pour annoncer la joie de l’Evangile – Orientations missionnaires du diocèse de Saint-Denis-en-France 2015-2020, §2.1, Mgr Delannoy, 2015
-Texte national pour l'orientation de la catéchèse en France et principes d'organisation, §2.4 p. 83, Bayard éditions - Fleurus-Mame - les éditions du Cerf, 2006
-Prier ensemble à la maison – 101 idées et autant de gestes, Virginie Aladjidi et Caroline Pellissier, sous la direction d’Etienne Grieu, Les Éditions de l’Atelier, 2016
Et consulter la page Facebook dédiée

 

Itinéraires d’éveil à la foi

-Cadeaux de Dieu, Editions CRER

 

 

 

 






-Le baptême, un cadeau pou la vie, Editions Decanord

 

 

 





 

A partir de 7 ans :
-A la rencontre du Seigneur, La Diffusion Catéchistique-Lyon, Éditions Mame-Tardy
-Dieu fait pour nous des merveilles, Editions Médiaclap
-Qui est Jésus ?, Editions CRER


La messe avec les tout-petits

-Mon cahier de messe – Année A B ou C, Editions Salvator

 

 






-Découvrons la Parole – Année A B ou C, Editions Mame