Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Association diocésaine de Saint-Denis-en-France
  • dscf6319-ok.jpg
Actions sur le document
  • Partager

11 nov. 2014 : Prière pour les poilus et pour la paix

L’évêque aux Armées Françaises, avec l’accord des évêques de France, propose que dans les églises de toutes les communes de notre pays soit organisé, le 11 novembre 2014, un temps de prière pour ceux qui - du village ou de la ville - sont morts pour la France durant la 1ère Guerre mondiale et pour la paix.

Chaque village, jusqu’au plus petit, « se souviendra ». Ainsi partout il sera fait mémoire, sous le regard du Seigneur, de ceux qui sont tombés. Qu’ils aient été tués à Verdun, sur la Somme ou dans tout autre combat, ces poilus étaient issus d’un village ou d’une ville, ils étaient « enfant de la paroisse ». Les chrétiens ne les oublient pas.

Il est suggéré aux communautés chrétiennes d’inviter à cette célébration les familles descendant des poilus, les élus municipaux, les membres des associations d’Anciens Combattants et les habitants de la commune.

Le diocèse aux Armées françaises et le Service national de Pastorale liturgique et sacramentelle mettent ici à votre disposition plusieurs documents :

1- Une prière universelle commune pour toutes les cérémonies (messe ou temps de prière)
La même prière universelle utilisée dans toutes les églises de France manifestera notre communion. Une prière unanime s’élèvera vers le Seigneur.

2- Un schéma de temps de prière, avec suggestions d’organisation, destiné à des animateurs ou des équipes liturgiques là où il n’y aura pas de prêtre.

3- Un feuillet à remettre éventuellement à ceux qui participent à un temps de prière.

 

A voir sur KTO

► Lundi 10 novembre à 20h40 : « Les aumôniers héroïques » (2014, 52’)

Ce film, nous conduit à rendre hommage à des aumôniers héroïques. Le plus souvent, de fortes personnalités qui, aux côtés des soldats, s'illustrèrent vaillamment pour que vive la France. Lumières de l'espérance dans l'enfer de la guerre 14-18, ils ont pour la plupart changé le cours de l'Histoire. Farouches combattants, volontairement en première ligne, surgissant toujours là où les poilus souffraient dans leur chair et désespéraient de leur âme, prodiguant secours et consolation. Avec pour seule arme leur foi profonde et pour principale vertu la bonté qui, dit-on, "dilate le cœur et l'ouvre comme un asile à toutes les souffrances". Emaillés d'anecdotes, divertissantes pour certaines, particulièrement émouvantes pour d'autres, et de très nombreuses images d'archives, ce film nous amène à rencontrer des êtres véritablement exceptionnels.

Une coproduction KTO / Cat productions, 2014. Réalisé par Armand Isnard


Mardi 11 novembre à 20h40 / Les mardis des Bernardins : « De la Grande Guerre aux conflits actuels » (2014, 52')

Il y a cent ans commençait la Première Guerre mondiale : un affrontement d’une ampleur meurtrière sans précédent. Un second conflit planétaire a éclaté vingt-cinq plus tard. Aucune guerre de telles proportions n’a eu lieu depuis, mais des conflits armés ne cessent localement d’ensanglanter le monde, sous des formes parfois anciennes et parfois nouvelles, dont le terrorisme. Peut-on exiger, avec Paul VI à l’ONU, qu’il n’y ait « plus jamais la guerre » ? Existe-t-il des « guerres justes » ? Les « guerres préventives » peuvent-elles se justifier ? En collaboration avec l’Académie Catholique de France et la Mission centenaire. Olivier Chaline professeur d’histoire à la Sorbonne Dominique de Courcelles ancienne élève de l’École nationale des chartes, directrice de recherches au CNRS Général Bruno Dary Officier général de l'armée de terre française, président des cérémonies de la flamme.
 

Mercredi 12 novembre à 20h40 : « Les Religieuses dans la grande guerre » (2014, 52’)

La place des religieuses dans la grande guerre a été immense même si on en parle peu. Elles ont vu de très près toutes les misères de la guerre. Dans ce conflit dramatique qui va provoquer des millions de morts et de blessés, les soeurs vont tout naturellement trouver le sens de leur engagement : aider, recueillir et soigner. Elles encadrent les populations, soignent les blessés. Elles jouent un rôle primordial dans les hôpitaux militaires où elles ont un rôle auprès des populations réfugiées. Le contact des soldats et des blessés fut pour les religieuses l'occasion d'expérience spirituelle : " Nous les aimons comme les membres souffrants de notre Seigneur".

Une coproduction KTO/Betula productions, 2014. Réalisé par Alexandre Dolgorouky.

 

Documents Episcopat n°3/2014

Cent ans après, Mémoire chrétienne de la Grande Guerre

 

La mémoire est une dimension de notre foi chrétienne et commémorer permet à l’Église d’évangéliser le temps en proposant une vision de l’histoire. Faire mémoire ensemble aujourd’hui de la Grande Guerre et proposer des initiatives durant le cycle des commémorations est le défi que l’Église entend relever.

Acheter en ligne (5,00 € TTC)