Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Association diocésaine de Saint-Denis-en-France
  • mg_3319-ok.jpg
Actions sur le document
  • Partager

Depuis un an « Visemploi93 » accompagne bénévolement les demandeurs d'emploi

L’objectif de cette association basée à Villemomble est d'aider, grâce au parrainage, ceux qui ont du mal à trouver un emploi.

Créée il y a une dizaine d’année et souvent implantée dans les paroisses qui l'hébergent, l’Association Visemploi Ile-de-France est forte de 150 bénévoles, retraités ou non.

Les services proposés sont gratuits et s’adressent à tous ceux qui, à Villemomble ou en Seine-Saint-Denis, sont en situation d’exclusion sociale ou professionnelle. Après un premier contact, un tandem parrain / demandeur d'emploi est mis en place : le premier apporte son soutien par des entretiens réguliers et par son réseau de relations pour les démarches, lettres de motivation, préparation aux entretiens... La personne suivie effectue ses recherches par elle-même, en s’appuyant sur Pôle Emploi et divers réseaux de solidarités… L’Association organise, quant à elle, des ateliers de formation à la recherche d’emploi.

L’association n’est pas un bureau de placement, ne remplace ni Pôle Emploi, ni les organismes sociaux existants avec lesquels elle collabore. L’Association Visemploi bénéficie d’un soutien financier de l’Etat.

Bénévoles, actifs ou retraités sont vivement attendus pour accueillir ou parrainer des chercheurs d’emploi.
 

Contact

Visemploi93
18 Place de la République, 93250 Villemomble
Tél. : 07 60 98 87 78
Email
Site Internet

Permanence chaque mardi de 10h à 12h (hors vacances scolaires)... et sur rendez-vous en contactant le 07 60 98 87 78

 

Témoignage

Nathalie Bouchez, habitante de Villemomble, a rejoint Visemploi93 comme marraine en mai 2013. Son premier filleul, Mamadou, a retrouvé un emploi après un accompagnement de plusieurs mois. Expérience d'une solidarité qui a porté du fruit...

Nathalie, qu’est-ce qui vous a donné envie de rejoindre Visemploi93 ?
N.B : J’avais cette envie d’aider les autres dans une association de ce type et une évolution dans ma vie professionnelle m’a permis de dégager un peu de temps pour ça. J’ai choisi de rejoindre Visemploi pour son objet et son professionnalisme : tant les parrains / marraines que les filleuls bénéficient d’ateliers de formation et d’un suivi de bon niveau.

Qu’elle était la situation de Mamadou lorsqu’il a sollicité Visemploi ?
N.B : Diplômé BAC+5, Mamadou ne travaillait plus depuis fin 2012, suite à une fin de CDD. Je l’ai rencontré pour la première fois en mai 2013 et il semblait très motivé pour retrouver un emploi. En situation de travailleur handicapé, reconnu Cotorep, il avait bien sûr déjà fait beaucoup de démarches et était en lien avec Pôle Emploi et Cap Emploi. D’emblée, il s’est montré très coopératif et a accepté toutes mes exigences (ex. avoir un vrai suivi des résultats et motifs de refus suite aux candidatures envoyées).

Que pensez-vous avoir apporté à Mamadou ?
N.B. : Dans un premier temps, je l’ai aidé à refaire un CV synthétique. Mais il a lancé lui-même beaucoup de démarches et envois de candidatures personnalisées. Le plus dur, c’est lorsqu’on envoie beaucoup de candidatures et qu’on ne reçoit que peu de réponses, même négatives, des entreprises. Mamadou a donc connu des baisses de moral et c’est là que mon soutien a été précieux. Je l’ai épaulé alors dans certaines actions. Pugnace, il a finalement et grâce à ses propres démarches trouvé un emploi en septembre en CDD dans une entreprise renommée, où il peut avoir l’opportunité d’être embauché en CDI. A un stade de notre compagnonnage, Mamadou aurait été prêt à accepter n’importe quel emploi. Je l’ai soutenu pour qu’il reste fidèle à ses objectifs. Retrouver un emploi si vite et compagnonner avec un filleul aussi sérieux et motivé, c’est presque un conte de fée ! Bien sûr, souvent, les personnes qui sollicitent Visemploi ont accumulé quelques difficultés (familiales, professionnelles,…) et ont besoin d’un réel soutien. Je ne regrette pas cet engagement et le poursuis avec de nouveaux filleuls aujourd’hui.

Propos recueillis par Anne-Claire Carraz