Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Association diocésaine de Saint-Denis-en-France
  • dscf0112-ok.jpg
Actions sur le document
  • Partager

Des jeunes rêvent leur ville... à Saint-Ouen

Article publié dans la revue Chantiers des Fils de la charité (N°181, mars 2014).

 

Saint-Ouen est une ville moyenne de quarante-huit mille habitants. Mais c'est une ville proche de Paris qui se développe beaucoup et qui, à court terme, accueillera plus de cinquante-cinq mille habitants dans des quartiers qui surgissent de terre.

La ville propose de belles infrastructures comme la médiathèque ou la piscine. La ville est assez vivante avec pas mal d'associations. Mais si c'était idéal « la ville comporterait tout d'abord une bibliothèque ou une salle de travail ouverte le week-end pour étudiants en études supérieures. Les étudiants sont aidés par la ville par une bourse régionale, ce qui est très bien » (Kevin T).

Mais ce qu'ils attendent tous c'est un meilleur accompagnement dans leurs études et leurs parcours professionnels. « Être mieux informé sur ce que propose la ville au niveau scolaire pour ne pas être perdu dans l'avenir. Par exemple, je ne savais pas que les missions locales existaient et qu'elles pouvaient aider à bâtir un projet professionnel. J'ai perdu du temps pour rien à l'école, j'aurais dû m'orienter différemment » (Kevin M). De plus « il faudrait aider les jeunes à trouver des stages sur une ville comme Saint-Ouen où il y a tant d'entreprises » (Stéphane).

« Souvent critiqués, les conseillers d'orientation orienteraient de plus en plus mal les élèves notamment les collégiens. Ce qui apparaît comme banal aujourd'hui peut devenir un véritable fléau pour l'avenir d'un jeune » (Lionel).

Le fléau numéro 1 de la ville c'est la drogue et l'insécurité qui en découle.

« Ce qui me choque c'est de voir comment les gens que j'ai connus à l'école sont devenus des gars qui font du trafic » (Justine). « C'est vrai les jeunes sont un peu perdus, ils ne trouvent pas de boulot, mais en même temps ils ne font pas beaucoup d'efforts pour s'en sortir" (Stéphane).

« Il serait intéressant que les citoyens apprennent ou prennent le temps de mieux se comprendre. Des initiatives sont déjà existantes pour promouvoir le dialogue interculturel, mais ce n'est pas assez, il faudrait les multiplier. De plus, ce qu'il faudrait c'est écouter les craintes des jeunes Audoniens notamment sur leur avenir, intervenir dès le collège » (Lionel).

« La ville est assez vivante avec des fêtes et occasions organisées régulièrement. La mairie est aussi plutôt investie dans les aides sociales (exemple du village d'insertion Rom il y a quelques années) » (Kevin T) « Il y a aussi la ligne 14 du métro à la mairie qui va aider au transport » (Justine).

Mais cela a quand même un contrecoup « La pollution sonore devient un véritable problème et il devient de plus en plus difficile de circuler. Même si les travaux sont nécessaires pour l'avenir de Saint-Ouen, peut-être faudrait-il penser aux habitants d'aujourd'hui qui en souffrent » (Lionel). La ville se développe : « Elle devient plus belle, mais elle ressemble de plus en plus à Paris avec la vie qui augmente et qui devient chère » (Stéphane).

La ville de Saint-Ouen propose beaucoup de choses pour les jeunes, mais elle développe aussi deux risques majeurs quant à l'avenir : l'insécurité à cause de la drogue et de la forte demande liée à ceux qui viennent travailler sur Saint-Ouen ; et le risque de voir le coût de la vie augmenter de plus en plus poussant les moins aisés à partir.

 

Propos recueillis par Benjamin Vergniaud,
Fils de la charité, prêtre à Saint-Ouen