Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Association diocésaine de Saint-Denis-en-France
  • bun21553-ok.jpg
Actions sur le document
  • Partager

Engagement de Marie-Benoît Orville dans la vie monastique

Marie-Benoît Orville qui a pris l’habit sous le nom de Frère Marie-Joseph fera sa profession solennelle samedi 12 juillet en l’Abbaye Notre-Dame de Cîteaux.

Marie-Benoît Orville, originaire de la Martinique, a passé six années en Seine-Saint-Denis, plus précisément aux Lilas. Il a bien voulu répondre à quelques questions avant cet engagement définitif…


Parlez-nous un peu de votre vie quand vous étiez en Seine-Saint-Denis…

J’ai résidé dans ce département de 2002 à 2008, à la jonction des trois villes que sont Pantin, Le Pré-Saint-Gervais et Les Lilas. Ma paroisse étant celle de Notre-Dame-du-Rosaire aux Lilas. Le père Frédéric Benoist était alors curé du lieu. J’ai vu le chantier de la nouvelle église mais je n’étais malheureusement pas présent lors de sa consécration en 2010. Certes j’ai habité le 93 mais je bougeais beaucoup, que ce soit pour rejoindre un groupe du Renouveau charismatique dans les Hauts-de-Seine, ou le Sacré-Cœur de Montmartre et les Missionnaires de la Charité à Paris comme bénévole. En 2005, avec un groupe de jeunes de la paroisse des Lilas et Paulraj Rock, séminariste à l’époque, nous sommes partis à Cologne en Allemagne pour participer aux Journées mondiales de la jeunesse. Ce qui m’a le plus marqué c’est la veillée de prière avant la messe de clôture avec le pape Benoît XVI.
 

A quel moment cet appel à rejoindre la vie monastique s’est concrétisé ?

J’ai senti l’appel du Seigneur au fond de mon cœur le premier samedi de l’année 2008, lors d’un Rosaire que je faisais avec ma mère. Tous les premiers samedis du mois nous faisions ensemble cette prière. Ma mère priait pour moi… « Je sais que le Seigneur t’appelle ! » me dit-elle soudainement ; je vois encore son visage éclairé. En fait, les jours précédents elle avait rencontré un moine Cistercien (mon Ordre actuel, fondé par saint Benoît) qui était venu pour l’ordination d’un cousin. A ce moment précis, elle a entendu cet appel du Seigneur pour moi… Mon prénom « Marie-Benoît » était prémonitoire. Trois jours plus tard, lors d’une messe au Sacré-Cœur de Montmartre, j’ai dit : « Oui ! » Un ami m’avait confié : « accueille avec ton cœur et laisse l’Esprit travailler. » Ne connaissant rien de la vie monastique, je suis allé sur Internet pour découvrir l’Abbaye de Cîteaux et l’Ordre des Cisterciens. J’ai ensuite appelé un moine qui m’a proposé de venir sur place ; ce que j’ai fait quelques temps plus tard pour vivre un temps en communauté. Comme par hasard, j’avais posé des vacances au mois de mai. Ces trois semaines de découverte ont montré que j’étais déjà modelé à cette vie : tous les matins je me levais à quatre heures pour aller travailler et partageais déjà une vie de prière. Là-bas, je me suis retrouvé à la maison comme si le Seigneur avait bien préparé tout cela. Et le 7 octobre 2008 – jour de la fête de Notre-Dame du Rosaire – j’ai décidé de prendre l’habit de moine à Cîteaux.
 

Comment est rythmée une journée à l’Abbaye de Cîteaux ?

Notre charisme est la prière et le travail. Nous avons sept temps de prière dans la journée : Vigile à 4 heures, Laudes à 7 heures suivi de la messe, Tierce à 9 heures et demi, Sexte à midi trente, None à 14 heures 30, Vêpres à 18 heures, Complies à 20 heures. Entre ces temps, nous travaillons le matin et l’après-midi. Nous fabriquons du fromage… le fromage de l’Abbaye de Cîteaux a une très bonne réputation.

Photos : Abbaye de Cîteaux


Que vivez-vous en communauté ?

Nous sommes tous différents, chaque moine a son propre caractère et sa propre histoire. Ce n’est pas toujours facile de vivre ensemble… mais comme nous dit saint Benoît nous devons pardonner à notre frère avant le coucher du soleil (Règle de St Benoît 4, 73). Plus j’avance, plus je découvre que nous sommes aimés de Dieu. Cet amour nous apprend à pardonner. Dieu nous ouvre notre cœur pour accueillir son amour ; le Seigneur n’enlève rien, il donne tout. Cet amour est manifesté par les frères, par les regards, les gestes, … Nous sommes le plus souvent en silence mais nous échangeons parfois dans ce lieu que nous appelons « chapitre ».


Comment va se dérouler votre profession solennelle ?

C’est Mgr Olivier de Berranger qui présidera la messe. Comme il vient une à deux fois par an pour une retraite à l’Abbaye, je lui ai demandé s’il accepterait de présider l’eucharistie et de faire l’homélie. Ce qu’il a accepté. Quand un évêque vient à l’Abbaye, le père Abbé propose souvent à la communauté un temps d’échange avec lui… En fait, je l’ai connu ici, à l’Abbaye. Ce qu’il exprimait sur la Seine-Saint-Denis était proche de ce que je pensais et de ce que j’ai pu vivre moi-même …
« Me voici » est la source de mon engagement de vie ; c’est la réponse qui ressort des lectures que j’ai choisies pour cette profession solennelle. Dans la première lecture – du jour – c’est la vocation d’Isaïe ; Dieu se révèle à lui (Isaïe 6, 1-8). La deuxième lecture est la Lettre aux Hébreux (10, 5-10). Entre ces deux lectures, le psaume 39, enfin l’Evangile de l’Annonciation (Luc 1, 26-38). C’est Marie qui m’emmène et m’accompagne partout. Cela explique ma devise « Ecce Fiat » (Me voici… qu'il me soit fait selon ta volonté).


Propos recueillis par B. Rastoin


Télécharger l’invitation

Photos : Abbaye de Cîteaux

 

Abbaye Notre-Dame de Cîteaux
21700 Saint-Nicolas-lès-Cîteaux
Tél. : 03 80 61 11 53 - Courriel - Site Internet

 

« Vénérer les anciens. Aimer les plus jeunes. Par amour du Christ prier pour ses ennemis. Se réconcilier avant le coucher du soleil, avec qui on est en discorde. » Règle de St Benoît 4, 70-73

« Les frères se serviront mutuellement. » Règle de St Benoît 35, 1

« C'est alors qu'ils seront vraiment moines lorsqu'ils vivront du travail de leurs mains. » Règle de St Benoît 48, 8

 

24 heures avec les moines de Cîteaux (Pèlerin)

Prier sept fois le jour (La Croix, 16/08/13)