Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Association diocésaine de Saint-Denis-en-France
  • dscf6364-ok.jpg
Actions sur le document
  • Partager

Méditer le chemin de croix avec le père Mveng, artiste-jésuite camerounais assassiné en avril 1995

Ce chemin de croix, reprise d'une oeuvre du père Mveng, est visible en l'église Saint-Paul-des-Nations à Noisy-le-Grand.

PARCOURIR LES 14 STATIONS DU CHEMIN DE CROIX
 

   

Mieux comprendre les symboliques...

Les images
Les dessins s’inspirent directement de l’art traditionnel africain, spécialement de l’art Bamoun, peuple des montages de l’ouest camerounais. Tous les visages sont des masques simplifiés : le masque, traditionnellement, désigne une fonction.

Pilate
Il est représenté sous les traits d’un masque royal Bamoun, avec sur la coiffure le symbole du Ngaame, l’araignée de la divination qui préside aux jugements des tribunaux. Il porte en outre un vaste manteau de couleur sombre, brodé de rouge, avec le symbole du serpent royal Bamoun. Tout le groupe de la Première station évoque la fausse rectitude et la raideur des tribunaux humains, devant lesquels le Christ condamné est comme brisé, mais toujours calme et recueilli.

Les autres personnages
Ce sont des masques bichromes, dont l’expression s’inspire du rôle qu’ils jouent dans la Station.

Le Christ
C'est ce masque qui est au centre des toutes les expressions et de tous les symboles. Il est bichrome, rouge et noir. Il porte en guise de couronne d'épines, un bonnet de fibres et de piquants, qui lui colle sur la tête. Il a les yeux baissés, pour signifier que la dimension intérieure de sa Passion dépasse tout ce que l'on peut voir, et ce recueillement symbolise le don libre et total qu'il fait de sa vie.

Les soldats
Ce sont des masques noirs, couleur de la souffrance. C'est le masque par excellence des exécutants au regard creux : ils sont le bras qui frappe sans discernement.

La Vierge
Elle est représentée sous le masque d'une jeune maman, avec des tresses plates, car dans la Passion, elle demeure toujours la Mère douloureuse, qui enfante l'Eglise par le sacrifice de son fils.

Les couleurs
Le noir, comme dans la symbolique de la divination par le Ngaame, est la couleur de la souffrance. Le rouge est symbole de vie. Le blanc est la couleur du deuil.
Le Christ est toujours habillé de rouge comme sur la croix. A la mise au tombeau, le rouge envahit toute la scène, pour signifier le triomphe, par le Christ, de la Vie sur la Mort, et l'annonce du matin de Pâques. Les autres personnages sont habillés de blanc, pour symboliser le deuil de l'univers dans la Passion de son Dieu.
 

Père Mveng,
artiste-jésuite camerounais