Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Association diocésaine de Saint-Denis-en-France
  • dscf3385-ok.jpg
Actions sur le document
  • Partager

Samedi 22 mars 2014 (15h) : Messe en mémoire du cardinal Emile Biayenda

La cardinal Emile Biayenda a été assassiné le 22 mars 1977, alors qu'il était archevêque de Brazzavlle.

Cette messe d'action de grâce, organisée par l'association Cardinal Emile Biayendi, a lieu chaque année.
 

Lieu

Eglise Saint-Denys de la Chapelle
16-18 rue de la Chapelle, Paris 18e


Association Cardinal Emile Biayenda
3 Cité de l'Amitié - 93000 Bobigny
Envoyer un courriel

 

Qui était le cardinal Emile Biayenda ?

Le cardinal Emile Biayenda est né en 1927, dans le district de Kindamba. Après des études primaires dans les écoles catholiques de ce district et à Boudji (nord du Congo), il entre au petit séminaire Saint-Paul de Mbamou, puis entreprend, de 1950 à 1958, des études de philosophie et de théologie au grand séminaire Libermann de Brazzaville. Ordonné prêtre en 1958, il exerce son ministère dans différentes paroisses de Brazzaville, d’abord comme vicaire, puis comme curé d’août 1959 à juillet 1965.

Responsable diocésain de la Légion de Marie, cette forme d’apostolat lui vaudra l’inimitié de certains hommes politiques. Il est arrêté et torturé, en même temps que le père Robyr de la congrégation du Saint-Esprit. Pour la première fois, il subit dans sa chair le contrecoup des luttes politiques auxquelles il est totalement étranger.

De 1965 à 1969, Emile Biayenda poursuit ses études dans les facultés catholiques de Lyon (France) où il obtient une licence de théologie et un doctorat en sociologie.

Rentré à Brazzaville en mai 1969, il devient rapidement vicaire épiscopal. En 1970, il est nommé archevêque coadjuteur. Il succède à Monseigneur Théophile Mbemba, décédé le 14 juin 1971 à Brazzaville. Le 2 février 1973, il est créé cardinal par le pape Paul VI. En mai de la même année, de retour de Rome, la chrétienté congolaise lui réserve un accueil triomphal.

Mais la situation politique du pays est toujours sous l’emprise marxiste-léniniste. Le gouvernement congolais de l’époque, fortement marqué par cette idéologie, connaît une instabilité certaine du fait des rivalités internes dans le parti unique. Cela aboutit, le 18 mars  1977, à l’assassinat du Président de la République, Marien Ngouabi. En représailles, le 22 mars, le Cardinal est enlevé et froidement assassiné quelques heures plus tard.

Il nous laisse un message adressé à ses compatriotes peu avant sa mort, message de paix, en quelque sorte son testament et la conclusion de sa mission évangélique parmi nous :
« A tous nos frères croyants du Nord, du Centre et du Sud, nous demandons beaucoup de calme, de fraternité et de confiance en Dieu, Père de toutes races et de toutes tribus ; afin qu’aucun geste déraisonnable ne puisse compromettre un climat de paix que nous souhaitons tous. »

Lors de sa venue à Brazzaville, le 5 juin 1980, le pape Jean-Paul II s’est incliné sur la tombe du cardinal Emile Biayenda, son ami, disait-il. Depuis septembre 1996, sa cause en canonisation à été introduite à Rome.

ACEB-France (Association Cardinal Emile Biayenda-France)

Déclarée en la préfecture de la Seine-Saint Denis en décembre 1993, cette association loi 1901 a été créée pour promouvoir la mémoire du cardinal Emile Biayenda à travers des publications et des œuvres humanitaires (santé, éducation, bien-être des populations). Elle a effectué de nombreuses missions humanitaires au Congo-Brazzaville, en collaboration avec les évêques du Congo, et à La Havane (Cuba) près de l’Eglise catholique de Cuba.

In memoriam

Ainsi, chaque année, notre association tient à perpétuer cette mémoire de l’illustre disparu par une messe d’action de grâce.


Gabriel Sounga Boukono,
Président

 

Le 22 mars 1977, le Congo-Brazzaville devenait le premier pays d'Afrique où un cardinal de l'Eglise catholique, Emile Biayenda, archevêque de Brazzaville, était assassiné. Cet événement intervenait dans un contexte de coup d'Etat, qui coûta la vie au président marxiste-léniniste congolais, Marien Ngouabi, et à l'ancien président "socialiste bantou", Alphonse Massamba-Débat.

Le cardinal Biayenda et le Congo-Brazzaville
de Rémy Bazenguissa-Ganga, Gabriel Sounga-Boukono, René Tabard
Ed. Karthala, 2012 - 26 euros