Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Association diocésaine de Saint-Denis-en-France
  • bun22161-ok.jpg
Actions sur le document
  • Partager

Edito juill.-août 2009

L'année sacerdotale

mgr pascal delannoy (n. perrier lp).jpg

L’année sacerdotale

Le 19 juin prochain, à l’occasion du 150e anniversaire de la mort du curé d’Ars, le Saint-Père ouvrira l’année sacerdotale : « Une année de prière des prêtres, avec les prêtres et pour les prêtres, une année de renouveau de la spiritualité du presbyterium et de chaque prêtre…» (1).

En 1818, quand Jean-Marie Vianney est envoyé comme curé à Ars-sur-Fromans, le village ne compte guère que 230 habitants. Pasteur d’un peuple, Jean-Marie Vianney se met à l’écoute de ses paroissiens, de leur quotidien de simples paysans. L’annonce de la parole de Dieu et la célébration des sacrements, notamment l’eucharistie et la réconciliation, sont le coeur de son ministère. Homme d’action, il ouvre des écoles et organise même des fêtes afin qu’elles ne soient plus des “lieux de perdition” ! Passionné de Dieu, passionné par le peuple qui lui est confié, Jean-Marie Vianney, curé d’Ars durant 41 ans, sera proclamé patron de tous les curés de l’univers par Pie XI en 1929.

Depuis le XIXe siècle, bien des choses ont changé ! Les villages de la Seine-Saint-Denis sont devenus des villes importantes marquées par une diversité culturelle, les champs d’autrefois ont laissé la place aux cités et les flux migratoires quotidiens nous invitent à relativiser la notion de territoire. Depuis mon arrivée, je n’ai pas rencontré des prêtres “curés d’Ars” mais des prêtres “Jean-Marie”, autrement dit des prêtres passionnés par l’annonce de l’Évangile et par le peuple auquel ils sont envoyés ! Des prêtres heureux de rassembler, par l’annonce de la Parole et la célébration de l’eucharistie, les communautés chrétiennes afin qu’elles soient « Corps du Christ » dans le monde d’aujourd’hui. Des prêtres heureux de vivre la mission avec d’autres baptisés qui ont pour noms : diacres, religieux, religieuses, laïcs.
Frères prêtres, que cette année sacerdotale soit l’occasion de partager ce bonheur qui vous habite et de développer votre amitié avec celui qui en est la source !

La crise comme période de transition Je n’ignore pas que cette année sacerdotale survient alors que beaucoup se posent des questions sur ce qu’il est convenu d’appeler la crise des vocations. Dans son sens originel, le mot “crise” ne signifie pas catastrophe ou effondrement, il désigne une situation intermédiaire, un moment de décision. La crise des vocations apparaît dès lors comme une interpellation provocante : des prêtres, pour quoi ? Que cette année sacerdotale soit aussi l’occasion d’approfondir notre connaissance du ministère presbytéral car « les prêtres sont importants non seulement pour ce qu’ils font, mais aussi pour ce qu’ils sont »*. N’est-ce pas là une réflexion indispensable pour que nous demeurions une Église missionnaire et appelante ?


+ Pascal Delannoy

Evêque de Saint-Denis-en-France


(1) Cardinal Claudio Hummes, préfet de la Congrégation pour le clergé, Lettre aux prêtres pour l’année sacerdotale